Vous lisez actuellement les articles publié en février 2014

Page 1 de 3

La belle et la bêche…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis de la peinture à l’eau et des sardines à l’huile réunies, bonjour! Nous sommes le vendredi 28 février de l’an 2014, autant dire que c’est la fin du mois. Ce jour correspond au 10 de ventôse dédié à la Bêche, ce qui n’est pas une raison pour Ecorchealphonselamise prendre la tête (tête-bêche). La bêche à toujours été sujet de passion allez savoir pourquoi… Peut-être symbolise t-elle le travail et dans ce cas, certains candidats aux prochaines élections  dont je tairai le nom, pourraient en faire leur étendard. Si vos pas vous conduise vers le musée d’anatomie de Montpellier, ne manquez pas le fameux écorché à la bêche, que l’on doit à Alphonse LAMI -1857- Son père François Lami était fils bâtard du prince Francesco Borghèse, premier écuyer de Napoléon; ce qui, vous en conviendrez a autant d’importance que le nom du futur sous-secrétaire d’État aux outre-mers. Bon, je vous l’accorde, il faut vraiment une bonne raison pour se promener dans un musée de l’anatomie. En attendant, comme disait le laboureur à ses enfants: « creusez, fouillez, bêchez; ne laissez nulle place où la main ne passe et repasse. » Pour en revenir à l’expression « tête-bêche », cela n’a rien à voir bien entendu avec ce qui précède. Il s’agit d’un emprunt au vieux français Beschevet terme de charpenterie qui par extension a désigné toutes les positions qui consistaient à mettre la tête de l’un aux pieds de l’autre, comme celle de Jean-Baptiste à ceux de Salomée. Ainsi, bescheveter est devenu tête-bêche. Étonnant, non !

Je ne sais vraiment pas pourquoi je vous raconte tout ça. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Ils vont voter et puis après…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la numérologie et de la Française Des Jeux réunies, bonjour ! Nous sommes le jeudi 27 février 2014 correspondant au 9ème jour de ventôse et c’est le jour de Sophie, heu non, de 800px-Salix_capreaMarsault (jeu de mot Capelo). Le saule marsault (Salix caprea) est une espèce de saule commune en Europe et en Afrique du Nord. Le nom scientifique Salix caprea (saule des chèvres) vient sans doute de la première illustration connue de l’espèce dans le livre de Hiéronymus Bock (bien connu dans son immeuble) où on voit la plante broutée par une chèvre. L’espèce a été historiquement aussi largement utilisée comme fourrage pour les chèvres. On dit qu’elle est excellente pour le miel car elle fleurit très tôt. Cela tombe bien car le miel est en train de devenir aussi rare que la perle du même nom…

Nous sommes donc en février et il émane de notre actualité une forte odeur de remaniement. Nous risquons donc d’assister une fois encore au jeu des chaises musicales où Machin remplace Truc qui prend la place de Chose, bref, 98437581comme disait mon ancien patron: on change tout mais on touche à rien. Pendant ce temps, Juppé-droit-dans-ses-bottes se dit qu’il y a peut-être une fenêtre de tir qui s’ouvre pour 2017. Bayrou et Borloo sont dans un bateau. Les écolos font le gros dos et Mélenchon est fort grognon. Et tandis que la cour s’amuse et que les princes du CAC 40 se font des couilles en or, le petit peuple voit le chômage de longue durée qui augmente comme le prix du gasoil, du gaz, de l’électricité, des transports, des assurances, des médicaments, j’en passe et des moins vertes.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.


Mais qu’importe tout cela, nous sommes en période électorale et l’heure a sonné de ressortir les épouvantails des placards. Depuis la chute du mur, le bolchevik-couteau-entre-les-dents, ne fait plus recette, place au terroriste-islamiste qui vient voiler (jeu de mot) nos filles et nos compagnes; retour à nos-revesl’identité nationale, à la franchouillardise de bon aloi, laissons les mosquées à Moscou, les voiles à la Marine (Le pen), le canard à l’orange et Tintin au Congo.
Voilà pourquoi je partage entièrement le point de vue de Jean-Pierre Mignard « …lorsqu’on n’a plus rien à dire, lorsqu’on n’a plus de projets, lorsque les paroles ont été contredites par les faits, que les masques ont été arrachés, il ne reste plus qu’à plonger dans de vieux bouillons peu honorables et à inventer des débats. »
Allez, voilà madame Michu, la suite au journal de 20h. En attendant portez vous bien et à demain peut-être.

A Fanny de Recouvrance…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

Amis de la ville rose et du cassoulet réunis, bonjour ! Pourquoi Toulouse, parce que nous sommes le mercredi 26 février 2014, autrement dit le 8è jour de ventôse dédié à la violette. Or Toulouse est la ville de la violette et de ses fameux bonbons. On dit que cette fleur symbolise la timidité, la modestie et la 62177161_ppudeur. Mais une autre interprétation veut que la Pensée, famille dont fait partie la violette, représente le souvenir. Dans la mythologie, la nymphe Io, bien connue des cruciverbistes, fut aimée de Jupiter. Mais les amours de celui-ci furent une fois de plus contrariées par son épouse Junon, qui se vengea en changeant sa rivale en blanche génisse. Ainsi métamorphosée, Io errait tristement dans les allées du salon de l’agriculture lorsqu’elle vit sortir de terre de petites fleurs qui tournèrent leurs corolles vers elle. Elle reconnut en elles les pensées de ses amis venus la consoler. C’est pas touchant ça, madame Michu…

Tiens, juste un mot à propos de ce grand bonhomme qu’était Pierre Mac-Orlan.De son vrai nom Pierre Dumarchey, il est né à Péronne dans la Somme un 26 février en 1882.  Après une 50167250_penfance assez délicate, il fait l’école normale d’instituteurs à Rouen puis il s’installe à Paris où il vit chichement au « bateau lavoir » haut lieu de résidence des artistes en tous genres. Il fréquentait assidument le cabaret « le lapin agile » dont il épousa la fille du patron.  Proche de Max Jacob, de Picasso et d’Apollinaire, il voit son roman « quai des brumes » adapté au cinéma par Marcel Carné qui le fait entrer dans la légende. Le fameux « Quai des brumes » doit d’ailleurs son nom à cet établissement qui était surnommé « le quai ». 

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.


Journaliste, poète, bourlingueur, il siégea vingt ans à l’académie Goncourt au coté de Dorgelès et Carco. De Montmartre aux ports du nord peuplés de filles à matelots, il pierre-mac-orlanétait passé maitre dans l’art du roman d’aventures à l’image d’un Stevenson ou d’un Kipling. Mobilisé pendant la grande guerre, il est blessé en 1916 devant Péronne sa ville natale. On lui doit entre autres, l’ancre de miséricorde, les clients du bon chien jaune, la bandera…Et de nombreuses chansons dont ma préférée « Fanny de Laninon », souvenez vous: « Allons sur le quai Gueydon, devant l’pitit pont, chanter la chanson, le branle bas de la croisière et dans la blanche baleinière…« . Nombre d’entre elles furent interprétées par de grands noms comme Catherine Sauvage, Juliette Gréco, et plus récemment Renaud. Il est décédé à St Cyr sur morin en juin1970. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Les aristos à la lanterne…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du patrimoine national et du veau Marengo réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 25 février 2014. Ce 7è jour de ventôse est celui de l’alaterne. Vous connaissez la chanson, les aristocrates à l’alaterne… Non, je plaisante, il s’agit d’une plante communément appelée le prunier noir qui produit des baies rouges puis noires et que l’on rencontre communément dans les garrigues. Autant vous dire qu’il n’y en a pas XIR175526beaucoup par ici… Mais puisque l’on parle de la Lanterne, saviez vous que ce fameux refrain qui symbolise la Révolution, Ah ! ça ira, ça ira, ça ira, fut entendu pour la première fois en mai 1790. Son auteur, un ancien soldat chanteur des rues du nom de Ladré, avait adapté des paroles anodines sur le Carillon national, un air de contredanse très populaire dû à Bécourt, violoniste au théâtre Beaujolais, et que la reine Marie-Antoinette elle-même aimait souvent jouer sur son clavecin. Elle ne pouvait pas imaginer qu’elle en perdrait la tête. Voici une version amusante par Oktoberklub (fameux groupe des années 60/70 en RDA):

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

La lanterne de la chanson des sans-culottes, était la potence 2109114324de fer qui soutenait jadis la vieille lanterne de la Grève qui éclairait au temps de Louis XV la place de l’Hôtel-de-Ville. Le 14 juillet, la foule y pendra  le major de Losme, le défenseur de la Bastille. Le 22 juillet 1789, ce sera le tour de l’intendant Foulon de Doué, accusé d’affamer le peuple et en octobre un boulanger accusé du même crime.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

Il n’est pas de sauveur suprême…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

 

Amis du piano à bretelles et de la ceinture Gibaud réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 24 février 2014, sixième jour de Ventôse dédié à l’Asaret, petite plante vivace de nos sous-bois.

Ainsi donc, comme le disait Babelouest dans son commentaire: »…Ukraine, où le criminel Occident amène au premier plan les sinistres extrême-droitards de Svoboda, et bouscule le président élu… » A Kiev, les preux chevaliers de l’Ouest sont Bg8_SzKIIAALvCEvenus à bout de la menace stalinienne qui pesait sur l’humanité.(à gauche, les « gentils » manifestants) Et du coup, ils ont ressorti du placard la blonde Iseut que l’on reconnait dans le monde entier à sa longue tresse blonde, coiffure traditionnelle des paysannes ukrainiennes, et à son visage angélique. Il est vrai qu’à côté d’elle, notre Parisot fait figure de dame patronnesse.

Mais Ioulia Timochenko est avant tout une oligarque et un personnage politique controversé.  Rompue aux techniques de communication, elle s’est faite connaître en 2004 en devenant l’égérie de la révolution orange pro-occidentale (déjà) qui secouait le pays. Elle haranguait alors les foules à Kiev contre le premier ministre de l’époque, également candidat à la 1556284_alexander-prokopenko-pool-afpprésidentielle et soutenu par Moscou (re-déjà), Viktor Ianoukovitch. La coalition «orange» qu’elle formait alors avec Viktor Iouchtchenko l’emporte, soutenue par les Occidentaux, et au grand dam de la Russie. Elle sera par la suite condamnée, en 2011, à sept ans de prison pour avoir signé en sa qualité de chef du gouvernement un accord gazier avec la Russie à des conditions jugées défavorables à son pays. Elle est également soupçonnée de complicité dans le meurtre d’un député. Son incarcération et sa condamnation deviennent très rapidement un écueil majeur dans les relations entre l’Ukraine et les Occidentaux, qui demandent sa libération. En prison, cette politique aux nerfs solides continue de combattre  Ianoukovitch,  et certains n’hésitent pas à en faire une nouvelle «dame de fer». D’ailleurs,dans le bureau qu’elle occupait à Kiev, une statuette de Jeanne d’Arc, les mémoires de  Margaret Thatcher et un livre sur l’ancienne secrétaire d’État Étatsunienne, Madeleine Albright, ne laissaient guère de doute sur les orientations philosophico-politiques de la dame. Ses adversaires politiques, eux, la considèrent comme une pure opportuniste et une manipulatrice et s’appliquent à souligner les zones d’ombre de son parcours.
Ingénieur-économiste à l’époque de l’URSS, elle a notamment dirigé une importante compagnie énergétique, bénéficiant du monopole de l’importation de gaz russe en Ukraine après l’indépendance du pays en 1991. Selon ses détracteurs, elle ukraine6coopérait alors très étroitement avec Pavlo Lazarenko, ex-Premier ministre aujourd’hui incarcéré aux États-Unis pour escroquerie et blanchiment d’argent. Pour certains observateurs sa libération et son retour en force ce samedi soir place de l’Indépendance n’est pas forcément une bonne nouvelle pour l’opposition; ses leaders «en ont horriblement peur, bien plus que de Ianoukovitch», a estimé le politologue russe Stanislav Belkovski … Ca promet ! L’histoire étant une grande farceuse, je ne serai pas étonné de voir la Crimée occuper prochainement les premières pages de nos actualités et ses statues menhirs décider d’émigrer pour rejoindre notre vallée des saints à Carnoët.

Allez, merci d’être passé par ici et de vous y être arrêté un instant. Portez vous bien et à demain peut-être.

 

Oui mais, ça branle dans le manche…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la butte Montmartre et de la chakchouka réunies, bonjour ! Nous sommes le dimanche 23 février 2014 correspondant au 5è jour de ventôse qui était généralement imagesdédié au bouc, ce qui bien évidemment n’a rien à voir avec ce qui suit. Je me dois, chers lecteurs, de vous faire un aveu; je suis super à la bourre. Les intempéries ayant momentanément décidé de lever le pied, je sors les miens de leur sabot unique pour me précipiter au jardin. En conséquence de quoi je délaisse le clavier pour le sécateur. Néanmoins, je n’oublie pas que le 23 février marque l’anniversaire de la disparition de Jeanbaptiste CLEMENT, ce qui me permet de vous offrir cette magnifique chanson que l’on voudrait prémonitoire.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Ils étaient vingt et trois…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la médecine vétérinaire et du crabe mayo réunis, bonjour ! Au train où vont les choses, ça devait bien finir par arriver… Nous sommes le samedi 22 février 2014 c’est à dire le quatrième jour de ventôse, dédié au troène. Jolie plante qui égaye nos haies mais qui s’avère mortelle pour les chevaux. Il n’y a, parait-il aucun antidote. Même pas un remède de 72919427cheval. Je profite de l’occasion que nous offre l’entrée au panthéon de grands résistants (tel Jean Zay à qui j’ai consacré plusieurs billets) pour évoquer ceux du groupe Francs-Tireurs et Partisans de la Main d’Oeuvre Immigrée (FTP-MOI), fusillés au Mont-Valérien le 21 février 1944. À l’heure où tant de Français ont peur des migrants et ont oublié l’action capitale des étrangers dans la Libération de notre pays du joug nazi, il est bon de leur rappeler que sans eux, sans des hommes comme Manouchian et tant d’autres jeunes hommes et jeunes femmes venus rendre courage et confiance, la résistance aurait connu bien des heures plus cruelles encore.

Missak Manouchian est né dans une famille de paysans Arméniens en Turquie. Enfant, il perd son père, probablement tué par des militaires turcs lors du génocide Arménien.  Missak écrit des poèmes et, avec son ami arménien Semma, il fonde manouchian1deux revues littéraires, Tchank (l’Effort) et Machagouyt (Culture), où ils publient des articles concernant la littérature Française et Arménienne ; ils traduisent Baudelaire Verlaine et Rimbaud en arménien. À la même époque, Missak et Semma s’inscrivent à la Sorbonne comme auditeurs libres. En1934, Missak adhère au parti communiste. En 1935, il est élu secrétaire du comité de secours pour l’Arménie  qui relève en fait de la MOI (main d’œuvre immigrée). Il devient alors un militant permanent. C’est là qu’il rencontre Mélinée qui deviendra sa compagne.
Au moment de la guerre, il semble qu’en tant qu’étranger, il ait été affecté dans une usine de la région de Rouen en qualité de tourneur. Mais rentré à Paris, après la défaite de juin 1940, il 49962298_preprend ses activités militantes, devenues illégales puisque le parti communiste est interdit depuis septembre 1939. Il est arrêté au cours d’une rafle anticommuniste avant le 21 juin, date de l’invasion de l’URSS par les Allemands. Interné au camp de Compiègne, il est libéré au bout de quelques semaines, aucune charge n’étant retenue contre lui.
Il devient alors responsable politique de la section arménienne clandestine de la MOI dont on ne connaît guère l’activité jusqu’en 1943. En février 43, Manouchian est versé dans les FTP-MOI, groupe des francs-tireurs et partisans main d’oeuvre immigrée de Paris : il s’agit de groupes armés constitués en avril 42. Le premier détachement où il est affecté comporte essentiellement des Juifs roumains et hongrois et quelques Arméniens.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.


En juillet 43, il devient commissaire technique des FTP-MOI parisiens puis en août, il est nommé commissaire militaire, à la place de Boris Holban. On doit mettre l’actif de son groupe l’exécution, le 28 septembre 43, du général Julius RITTER, adjoint pour la France de Fritz SAUKEL, responsable de la mobilisation de la main-d’œuvre (STO). Les groupes de Manouchian accomplissent près de trente opérations en plein Paris d’août à la mi novembre 43.
Les Renseignements Généraux, après avoir  réussi deux coups de filet en mars et juillet 1943, purent mener à bien une vaste filature qui aboutit au démantèlement complet des FTP-MOI montvalerien-2-france-germany-wwii-manouchian-klarsfeld_311parisiens à la mi-novembre avec 68 arrestations dont celles de Manouchian et Joseph Epstein. Au matin du 16 novembre, Manouchian est arrêté. Sa compagne Mélinée parvient à échapper à la police. Missak Manouchian, torturé, et vingt-trois de ses camarades sont livrés aux Allemands.
Missak ­Manouchian meurt fusillé à 38 ans. Après avoir refusé qu’on leur bande les yeux, les vingt-deux hommes sont fusillés au Mont-Valérien le 21 février 44. Seule Olga Bancic, vingt-troisième membre du groupe, fut décapitée à la prison de Stuttgard le 10 mai 44.
Dans la foulée de ces exécutions, la propagande allemande placarde 15 000 exemplaires de ces fameuses affiches rouges portant en médaillons noirs les visages de dix fusillés. Au centre, la photo ­de Manouchian, avec cette inscription : « Arménien, chef de bande, 56 attentats, 150 morts, 600 blessés. ».
Mais l’affaire de l’Affiche rouge, placardée sur les murs de Paris par l’ennemi, produit l’effet contraire à celui escompté : pour toute la Résistance, elle devient l’emblème du martyre.lieux-94-ivry-cimetiere-manouchian3 Chacun se souvient du magnifique texte d’Aragon mis en musique par Léo Ferré non moins magnifiquement.Voici ce qu’écrivait Serge Venturini dans un billet consacré au poète Manoukian sur le très beau site Esprits Nomades: « La tombe de Manouchian est oubliée, elle n’est plus même entretenue. Faut-il y voir un signe des temps où la démocratie recule un peu plus chaque jour, où le racisme même n’est plus combattu et devient ordinaire, temps des égoïsmes, des peurs et des mépris où les régressions sont la marque des enténébreurs ? »

Allez, c’est pas gai tout cela, désolé d’avoir fait un peu long. Portez vous bien et à demain peut-être.

Ton panthéon est décousu…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Le poème qui suit a été écrit en 1924 par Jean Zay, qui va entrer au Panthéon… Aujourd’hui, il vaudrait à son auteur amende et prison, pour injure au drapeau français. Le cénobite, qui adore se faire des amis, décide de le publier.
Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là
Quinze cent mille dans mon pays, quinze millions dans tous les pays.
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore…
Quinze cent mille morts dont chacun avait une mère, une maîtresse,
Des enfants, une maison, une vie, un espoir, un cœur…
Qu’est-ce que c’est que cette loque pour laquelle ils sont morts ?
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille morts pour cette saloperie.
Quinze cent mille éventrés, déchiquetés,
Anéantis dans le fumier d’un champ de bataille,
Quinze cent mille que nous n’entendrons plus JAMAIS,
que leurs amours ne reverront plus JAMAIS.
Quinze cent mille pourris dans quelque cimetière
Sans planches et sans prières…
Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux
De vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ?
Ils ne sont plus que de la pourriture…
Pour cette immonde petite guenille !
Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement,
Oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes
Pour le sang frais, le sang humain aux odeurs âpres qui gicle sous tes plis
Je te hais au nom des squelettes… Ils étaient quinze cent mille
Je te hais pour tous ceux qui te saluent,
Je te hais à cause des peigne-culs, des couillons, des putains,
Qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre, Je hais en toi toute la vieille oppression séculaire, le dieu bestial,
Le défi aux hommes que nous ne savons pas être.
Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel,
Le blanc livide de tes remords.
Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grands coups
Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.
Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires,
Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.
Extrait de Les Respects. 6 mars 1924

Demandez la fin du Monde…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, , , ,

 

Amis de la littérature libertaire et du canard à l’orange réunis, bonjour ! Nous sommes le vendredi 21 février 2014, troisième jour de Ventôse, dédié au violier, c’est une espèce de giroflée. DD771F32-3048-7BE8-781C15873A1F59EDCela me rappelle une comptine que nous imposait mon aïeule lors des sorties nature le jeudi après-midi: Giroflé, girofla, on dit qu’elle est malade. Giroflé, girofla, on dit qu’elle en mourra. Giroflé, girofla... Si vous connaissez la suite. Je crois que c’est sur un air de polka. Les paroles modernes sont de Rosa Holt, poétesse allemande anti-nazie, réfugiée en France, et ont été publiées en 1935 dans un recueil posthume de l’auteur. La musique est d’un certain Henri Goublier fils, inspirée de la  ronde enfantine du même nom, et créée en 1937 au Caveau de la République.  La chanson est bien connue par l’interprétation qu’en a faite Yves Montand, dans les années 50.

Tout à fait autre chose.

Selon le Daily Mail (article en anglais), mercredi 19 février, la mythologie nordique prévoit l’Apocalypse pour le samedi 22 février. Avouez que c’est un peu court pour se préparer. Nommée « Ragnarok » (Crépuscule des dieux), la fin du monde viking consiste en une dernière bataille entre les dieux 3202080497_1_2_HCQLIzOtcréateurs. Selon la légende, le son de la corne appellera les fils du dieu Odin et les héros de la bataille, avant que ceux-ci ne soient tués par Fenrir, un loup gigantesque.
Une autre partie de la légende prétend que Jormungand, un immense serpent de mer, doit se libérer de sa queue et se lever de l’océan. Certains adeptes de cette mythologie ont affirmé que cela s’était déjà réalisé l’an dernier, lorsque deux poissons géants se sont échoués sur la côte californienne, précise le quotidien britannique.  Toujours selon le Daily Mail, des Vikings modernes se dirigeraient même vers le village britannique de York pour participer au combat final.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Le 22 février correspond à la fin de la fête viking de Jolablot. Cent jours auparavant, un Viking aurait fait sonner un instrument sacré, le Gjallarhorn.  Or, dernièrement,  un Viking à joué du Gjallarhorn, ce cor atypique. L’homme voulait 118388-2e7fc9de-985e-11e3-a5ad-5f99c6c437b4promouvoir la trentième édition du Festival Viking Jorvik qui a présentement lieu en Angleterre jusqu’au 23 février. En jouant du cor scandinave, le Viking moderne aurait reproduit l’action du dieu Heimdall, de la mythologie nordique, lorsqu’il a envoyé un message aux autres dieux et aux hommes pour leur annoncer la fin du monde. Le musicien en herbe aurait donc amorcé le fatidique compte à rebours, il y a 100 jours, vers la fin de notre civilisation! Fort heureusement, l’humanité devrait renaître grâce à la survie de deux êtres humains, qui auront la lourde tâche de peupler un monde nouveau.

Bon, allez, après Paco Rabane, les Mayas et autres illuminés, attendons la prochaine. Et pendant ce temps là, portez vous bien et à demain peut-être.

Si la Garonne avait voulu…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de l’érotisme biblique et des muffins aux bananes réunis, bonjour! Nous sommes le jeudi 20 février 2014, deuxième jour de ventôse dédié au Cornouiller, jolie plante qui a laissé sa trace dans la culture Occitane. En effet, En Occitanie la 227435_1floraison et la fructification du Cornouiller Mâle (Cornu Mas) ont constitué une sorte de convention collective avant la lettre. La floraison indiquait la période à partir de laquelle les servantes des fermières n’étaient plus tenues de ravauder, filer ou tricoter après le repas du soir. Inversement la maturité des fruits imposait cette obligation. En langue occitane la prescription se formulait en ces termes: « comma roja, veilla hoja. Quand la comma a florit la veillada a falit ». Dans certaines régions, la plante est désignée par le joyeux vocable de: « couilles de Suisse » tout comme une fameuse recette belge dont je mets la recette en lien pour madame dansmacuizine. Il existe d’ailleurs, dans le Brabant Wallon une confrérie des compagnons de la Couille de Suisse qui ambitionne de « donner au passé les dimensions d’un présent qui aurait de l’avenir ». On dirait du Pierre DAC;  amusant, non !

Tiens, le 20 février 1820, naissance de Gustave NADAUD, célèbre goguettier, membre de La lice chansonnière,  à qui l’on doit des centaines de textes dont celui-ci repris par Julos Beaucarne:

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Allez, soyez remercié de vos nombreuses visites qui me touchent toujours autant. Portez vous bien et à demain peut-être.