Godin: Un poêle dans la main…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , ,

Amis de l’entre-deux et du soufflé au fromage réunis, bonjour! Nous sommes le dimanche 26 janvier 2014, 7è jour de Pluviôse dédié à l’Amadouvier. C’est une espèce de champignon dont on tirait le fameux amadou. Les plus anciens se souviennent des lampes et briquets à amadou que l’on DownloadedFile-1-150x150appelait les briquets tempête et qui faisaient partie du barda militaire à une époque. Savez vous qu’au Portugal, l’usage et la simple détention de briquets nécessita une licence entre 1937 et 1970. Ce décret-loi fut institué sous la dictature d’Antonio Salazar, afin de soutenir les fabricants locaux d’allumettes. Les contrevenants s’exposaient à une amende de 250 escudos (la somme était doublée pour les fonctionnaires et les militaires). Le décret ne fut abrogé qu’en mai 1970.

Le 26 janvier 1817, naissance de Jean-Baptiste GODIN.  Chacun connaît les fameux poêles du même nom mais peu l’histoire de cet inventeur social et humaniste.
Penseur socialiste utopique, Fourieriste, fondateur du 48965230_pFamilistère de Guise. En 1840, il se lance dans la fabrication de poêles et fourneaux en fonte, remplaçant la tôle jusque-là utilisée. Le succès est au rendez-vous, il emploie alors quelques ouvriers.
Militant républicain, socialiste et anticlérical, influencé par les idées de phalanstères chères à Charles Fourier , il n’aura de cesse, le succès aidant, d’adapter et de mettre en pratique ces théories. En 1843 il adhère à « L’École Sociétaire » (phalanstérienne) et correspond avec Victor Considérant. Ses idées étant suspectes aux autorités après le coup d’État de Bonaparte, il ouvre en 1854 une succursale à Laeken-les-Bruxelles (Belgique) pour se prémunir d’un possible exil. Après avoir acheté un terrain à Guise (dép. de l’Aisne) en 1846, il va, à partir de 1859, concrétiser son rêve de construction du « Palais social ». Vaste ensemble architectural qui prendra le nom de « Familistère » (Palais des Familles) voir la photo plus bas . Il comptera jusqu’à 500 logements et regroupera progressivement autour de l’usine: nourricerie, pouponnat, économat, théâtre,écoles et buanderie. L’entreprise compte 900 employés en 1867.

En 1871, devenu Maire de la ville de Guise, il est élu député à l’Assemblée Nationale et expose ses idées dans l’ouvrage « Solutions Sociales » qui sera publié pendant la Commune de DownloadedFile7Paris. Après avoir créée la revue « Le Devoir » (en 1878), la Société du Familistère de Guise « Association coopérative du Capital et du Travail » voit le jour le 13 août 1880, elle durera jusqu’en 1968. En 1882, le Familistère ne suffisant plus pour loger les ouvriers de l’usine, des bâtiments annexes sont construits.
Jean-Baptiste Godin s’éteint le 15 janvier 1888. L’entreprise poursuivra l’aventure symbolisée par le succès des poêles Godin (avec 2500 employés en 1926) et maintiendra son statut coopératif jusqu’en 1968. Aujourd’hui le Familistère (qui est classé monument historique) se visite, et un « Banquet de l’Utopie » y est organisé chaque 1er mai.

Allez, merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

4 commentaires

  1. Rem*

    J’allais couper la radio (Fr.Inter) lorsque j’entends dire que la parole est à « Erwan deker… » -kèkchoz(j’ai pas retenu koi!). Piqué de curiosité, d’autant qu’il s’agit d’un éminent spécialiste du poivre, j’écoute un instant… puis je comprends qu’il ne s’agit pas de notre tranquille cénobite du Finistère. Cet Erwan là vit en pays vinicole vers Tours ! … Mais peut-être est-il cénobite et… fouriériste même ???

  2. Corsico

    Erwann de Kerros… originaire de Lamballe…ce doit être du Poivre d’Arvor.
    ….manque pas de celte non plus…
    (Papy! tes cachets! n.d.l.c)
    O.k. je sors.

    • erwandekeramoal

      Bon, OK, celle la je me la mets de côté, elle peut encore servir… Le bonjour te va !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).