Chaîne et boulets…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

, , ,

Amis du grand Nord et des lichouseries réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 11 décembre 2013, 21è jour de frimaire dédié à l’érable à sucre. C’est aussi le jour anniversaire de la naissance de Big Mama Thornton, une des plus grandes DownloadedFile4 chanteuses de blues et de gospel que le monde ait connu. De son vrai nom Willie Mae Thornton, elle était née en Alabama un 11 décembre 1926. Malheureusement, elle eut une triste fin, seule, sans le sou et, il faut bien le reconnaître, quelque peu alcoolisée; elle mourut en 1984. Fille d’un pasteur et d’une mère chanteuse d’église, elle semblait prédestinée à une telle carrière. Je pense que c’était une des rares femmes du blues des années 50 & 60. On se souvient de « Ball ‘n’chain» et de l’extraordinaire reprise qu’en fit Janis Joplin.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Elle connut les premières places du hit parade avec Hound Dog  et le célébrissime orchestre de Johnny Otis, pendant plusieurs images-22semaines. « Après 1957, Big Mama connaît une période difficile. Sans orchestre, sans enregistrement, elle vivote dans de petits clubs de la côte Ouest où elle s’est installée. Comme pour beaucoup d’artistes noirs, c’est le blues revival qui va la remettre en selle ». ( in: La grande encyclopédie du blues – Gérard Herzhaft – Fayard) Si l’actualité  vous met vraiment le cafard, glisser un 33 tours de Big Mama sur votre platine, servez vous un verre de bourbon du Kentucky et… Laissez vous porter par cette voix puissante, rocailleuse comme l’Alabama.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

3 commentaires

  1. lediazec

    Bonjour cénobite. Je me laisse porter et même emporter par tes sages propositions : Big Mama, le verre de bourbon du Kentucky et… par tout le reste.
    Bonne journée.

  2. babelouest

    Et vive le bourbon, et ses saveurs si particulières !

    (bien qu’un bon whisky de Brocéliande soit lui aussi délectable)

    Bon primidi, souligné par la blancheur matinale de l’herbe.

  3. Hobo-Lullaby

    Bonsoir Erwan

    J’ajouterais qu’elle était une harmoniciste d’exception.
    Par les froids qui courent, écouter du blues en buvant du bourbon devrait relever de la santé public ! Merci pour cette série blues qui réchauffe.

    Amitiés

    Serge

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).