Vous lisez actuellement les articles publié le décembre 31st, 2013

Page 1 de 1

Au gui l’an neuf…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la mécanique des fluides et du canard laqué réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 31 décembre 2013, onzième jour de Nivôse dédié au granit. En ce dernier jour de l’année, petit salut en forme d’hommage (à moins que ce ne soit l’inverse) à deux personnages qui, chacun dans leur catégorie m’ont inspiré un certain nombre de billets. L’un est né un 31 décembre en 1928, l’autre est décédé ce même jour en 1877.

D‘abord, le dessinateur SINÉ, né un 31 décembre en 1928 et toujours la rage au ventre. La liste serait trop longue s’il fallait lenrage0001énumérer ses combats: Anticapitaliste – Antisioniste -Anticlérical -Anticolonialiste – Antiraciste… On le retrouve toujours avec la même délectation dans SINE-MENSUEL. Il se trouvera bien un dieu libertaire et paien pour lui accorder encore quelques belles années. Voici un dessin qui date de 68, paru dans « L’enragé », journal qu’il avait créé à l’époque et dont j’ai retrouvé tous les numéros au fond d’un carton.

 

Tout le monde bien sur connait Gustave COURBET. Peintre de génie auteur de  » l’origine du monde »  tableau source de polémiques, de scandales et de censures. Mais qui connaît le Peintre de renom, socialiste révolutionnaire, proudhonien, communard et libertaire. Après l’école chez les curés qui le rendra anticlérical, il poursuit ses études à Paris. Passionné de peinture, il est admis au salon de 1844 et devient le chef de file du « réalisme ». Devenu socialiste en 1848, il ouvre un club social qui s’opposera au clubs jacobins et montagnards « Républicains sans nature propre ». Le 4 septembre 1870, c’est le portrpjpretour de la république. La Commune de Paris proclamée, il en est élu membre et s’occupe de la commission de l’enseignement, puis devient un des responsables de la Fédération des artistes. La destruction de la colonne Vendôme ayant été décrétée, il en réclame l’exécution, ce qui le désignera ensuite comme responsable de sa destruction. Arrêté le 7 juin 1871, il est condamné à six mois de prison, mais la réaction conçoit ensuite le projet de lui faire payer la reconstruction de la colonne. Courbet se réfugie en Suisse, mais ses biens et tableaux sont saisis.
On peut citer parmi ses œuvres, un magnifique portrait de Proudhon entouré de ses filles, ainsi que le tableau « L’origine du monde », qui fait toujours scandale chez les tenants de l’ordre moral. J’aime ces gens qui ont l’élégance de naître ou de disparaître le dernier jour de l’année, quelle classe…

Voici donc que 2013 tire à sa fin et, vaille que vaille nous avons tenu notre pari d’un petit billet quotidien depuis cinq ans. Je vous remercie tous d’y avoir jeter un œil indulgent, je vous souhaite plein de bonnes choses, bloavez mat ha yec’hed mat et je vous dis pour la 1687è fois: portez vous bien et, à demain l’année prochaine peut-être.