V’la la relève… Des compteurs.

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la blogosphère libérée et du poulet frites réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 15 décembre 2013, 25è jour de Frimaire dédié au grillon. A cette époque de l’année les jardins de Keramoal réclament ma présence pour les travaux d’hiver, moins de temps donc devant l’ordi. Du coup, jetant un œil distrait (Hem !) sur le compteur, m’est venu l’idée de rediffuser ce billet en pensant aux nouveaux lecteurs; les autres me pardonneront cette facilité.

Mais qui dira l’incommensurabilité de l’égo du blogueur ordinaire ? Il est là, guettant son compteur comme l’épicier son tiroir-caisse. Voici la 168 000è visite, flatteuse et images-13flagorneuse qui lui ouvre des horizons littéraires aussi lointains qu’inaccessibles. C’est son Goncourt, son Renaudot et son Molière à la fois. Ah, César, souviens toi que tu es mortel disait le prêtre à l’impérator. Et rappelons nous les premiers mots de l’Ecclésiaste: Vanitas, vanitatum, omnia vanitas… Souviens toi, petit scarabée, que la blogosphère est immense, quasi infinie, et l’infime particule que représente ton apport est quantité négligeable au regard des milliards de données qui transitent chaque minute sur la toile. Garde toi de croire que c’est arrivé. Remercie ces visiteurs qui te font l’honneur de jeter un regard sur tes élucubrations quotidiennes, ta prose approximative, tes fautes d’orthographe, tes accords désaccordés, tes jugements à l’emporte pièce, tes raccourcis saisissants, ta galerie de portraits qui doit davantage à l’archéologie sociale qu’à l’analyse concrète d’une situation concrète. Laisse tes mots images-23enfourcher les vents de l’Ouest qui balayent Keramoal au rythme des dépressions et qui secouent le ponant comme d’autres le cocotier. Le calme revenu, ils iront se déposer comme autant de feuilles mortes sur les écrans de ces anonymes (de moins en moins anonymes) visiteurs qui, au hasard d’un moteur de recherche auront échoué sur ton site. Ce sont des bois flottés qui ornent la laisse de basse mer des ordinateurs, leurs écrans depuis longtemps sont devenus leurs estrans, rivages modernes de rêveurs impénitents et les dédales informatiques leurs tiennent lieu de chemin des douaniers. Puisse ce petit journal rester sans prétentions autres que celles qui consistent à taquiner la muse, raviver les mémoires, jouer avec les mots et rassurer mes proches sur mon état de santé (poil au nez).

Allez, merci à vous pour votre fidélité et votre indulgence à l’égard de l’auteur. Portez vous bien et à demain peut-être.

9 commentaires

  1. babelouest

    168000 ? Ah, avec mon blog perso je suis un jeunot. Environ 154000. Et puis, quand on ne recherche pas l’audience pour l’audience…. Je connais quelqu’un qui, grâce à ses (au moins) dix blogs et sites, arrive à six millions, avec un départ il y a pas mal d’années. Après, c’est au détriment de la vie tout court. Il faut raison garder.

    Début de journée calme, c’est dimanche jour du repos pour le seigneur des ânes, ho ! Hier soir l’ami Rem* m’appelait au téléphone. Il a désormais rangé son exposition de photos (argentiques). Il a tellement bourlingué !

    Salut à tous les citoyens de passage. Pour rappel, c’est le 15 décembre 2000 qu’a été officiellement fermée la centrale de Tchernobyl. Hommage à tous les « liquidateurs » qui y ont laissé la vie.

  2. Cacha

    Bravo pour votre prose – pas du tout approximative – que je lis très régulièrement.
    Elle a la saveur des embruns bretons, nous conte l’épopée des saints d’Armorique et surtout nous instruit sur la biographie d’anarchistes connus ou … méconnus.
    C’est sans doute pour tout cela que le compteur en est à la 168105ème visite à cette heure !

  3. gencyve

    J’adore quand le cénobite se laisse aller dans l’incommensurabilité de son style allant du Renaudot ou Goncourt de César à l’Ecclésiaste pour finir dans les estrans non moins incommensurables des rivages bretons;
    Bonne journée aux résidents de Keramoal

  4. lediazec

    Salut le Cénobite. Du retard à l’allumage, because soirée théâtre à Carantec. Pas de regret.
    J’adore le poulet frites. Les vraies frites ! Et le vrai poulet ! Tu écris, entre autres : « Laisse tes mots enfourcher les vents de l’Ouest qui balayent Keramoal au rythme des dépressions et qui secouent le ponant comme d’autres le cocotier. Le calme revenu, ils iront se déposer comme autant de feuilles mortes sur les écrans de ces anonymes… »
    Voilà en partie ce qui explique pourquoi, venu passer quelques jours sur un île des Côtes d’Armor » en 1975, je n’ai plus quitté la Bretagne depuis…
    Bon dimanche à toi.

Répondre à babelouest Annuler la réponse.

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).