Vous lisez actuellement les articles publié en décembre 2013

Page 1 de 4

Au gui l’an neuf…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, ,

Amis de la mécanique des fluides et du canard laqué réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 31 décembre 2013, onzième jour de Nivôse dédié au granit. En ce dernier jour de l’année, petit salut en forme d’hommage (à moins que ce ne soit l’inverse) à deux personnages qui, chacun dans leur catégorie m’ont inspiré un certain nombre de billets. L’un est né un 31 décembre en 1928, l’autre est décédé ce même jour en 1877.

D‘abord, le dessinateur SINÉ, né un 31 décembre en 1928 et toujours la rage au ventre. La liste serait trop longue s’il fallait lenrage0001énumérer ses combats: Anticapitaliste – Antisioniste -Anticlérical -Anticolonialiste – Antiraciste… On le retrouve toujours avec la même délectation dans SINE-MENSUEL. Il se trouvera bien un dieu libertaire et paien pour lui accorder encore quelques belles années. Voici un dessin qui date de 68, paru dans « L’enragé », journal qu’il avait créé à l’époque et dont j’ai retrouvé tous les numéros au fond d’un carton.

 

Tout le monde bien sur connait Gustave COURBET. Peintre de génie auteur de  » l’origine du monde »  tableau source de polémiques, de scandales et de censures. Mais qui connaît le Peintre de renom, socialiste révolutionnaire, proudhonien, communard et libertaire. Après l’école chez les curés qui le rendra anticlérical, il poursuit ses études à Paris. Passionné de peinture, il est admis au salon de 1844 et devient le chef de file du « réalisme ». Devenu socialiste en 1848, il ouvre un club social qui s’opposera au clubs jacobins et montagnards « Républicains sans nature propre ». Le 4 septembre 1870, c’est le portrpjpretour de la république. La Commune de Paris proclamée, il en est élu membre et s’occupe de la commission de l’enseignement, puis devient un des responsables de la Fédération des artistes. La destruction de la colonne Vendôme ayant été décrétée, il en réclame l’exécution, ce qui le désignera ensuite comme responsable de sa destruction. Arrêté le 7 juin 1871, il est condamné à six mois de prison, mais la réaction conçoit ensuite le projet de lui faire payer la reconstruction de la colonne. Courbet se réfugie en Suisse, mais ses biens et tableaux sont saisis.
On peut citer parmi ses œuvres, un magnifique portrait de Proudhon entouré de ses filles, ainsi que le tableau « L’origine du monde », qui fait toujours scandale chez les tenants de l’ordre moral. J’aime ces gens qui ont l’élégance de naître ou de disparaître le dernier jour de l’année, quelle classe…

Voici donc que 2013 tire à sa fin et, vaille que vaille nous avons tenu notre pari d’un petit billet quotidien depuis cinq ans. Je vous remercie tous d’y avoir jeter un œil indulgent, je vous souhaite plein de bonnes choses, bloavez mat ha yec’hed mat et je vous dis pour la 1687è fois: portez vous bien et, à demain l’année prochaine peut-être.

 


Ca branle dans le manche…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’économie solidaire et des ormeaux-juste-poëlés-avec-un-peu-d’ail réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 3071420027_p décembre 2013 et les jours ressemblent de plus en plus aux derniers de l’année. C’est encore le 10è jour de nivôse, dédié au Fléau dans notre calendrier républicain. Le notre de fléau ne devrait pas tarder à nous présenter ses vœux alors, faites comme moi, boycottez, éteignez la télé, allez boire un coup en entonnant cette chanson de la Commune:

 

Seulement voilà, c’est la crise madame Michu, la crise… Donc aujourd’hui, c’est économie au programme ; prenez vos cahiers, indiquez la date dans la marge et recopiez la maxime du jour. « le capital c’est du travail accumulé. Seulement, comme on ne peut pas tout faire, ce sont les uns qui travaillent et les autres qui accumulent » (Auguste Detoeuf – qui se fit connaître par son recueil d’aphorismes :Propos de O.L. Barenton, confiseur, Éd. du Tambourinaire, 1962. Je pense qu’on le trouve encore en librairie). Allez, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.

Femen avant l’heure…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

 

Amis de l’égalité des sexes et du jambon de Bayonne réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 29 décembre 2013, 9è jour de nivôse, officiellement déclaré jour du salpêtre… Je vous ai déjà proposé dans ce blog quelques billets qui rappelaient la lutte des femmes et particulièrement de quelques pionnières comme Olympe de Gouges, Maria Deraisme, Louise Michel, Voltairine de Cleyre ou Renée Vivien. Voici l’une d’entre elles, passablement oubliée mais qui fut une militante de tous les combats. Je veux parler de Madeleine PELLETIER. Sa mère tient une boutique de fruits et légumes 71393131_pdans le Marais. Sa bigoterie romaine et ses opinions royalistes la font surnommer la Jésuite ou Mme Sévigné. Son père, cocher de fiacre, est frappé d’hémiplégie en 1878, mais cloué sur son fauteuil roulant, il discute énormément avec la petite Madeleine pour qui l’école devient l’alternative à la misère et à l’enfermement familial. C’est au moment de son entrée à l’internat que son collègue Paul-Maurice Legrand, président de la Grande Loge Symbolique Écossaise « maintenue et mixte » la dirige vers cette obédience. Madeleine Pelletier est reçue apprentie le 27 mai 1904 à la loge parisienne La Philosophie Sociale. Dans une lettre, elle revendique l’honneur d’avoir conduit Louise Michel jusqu’à la franc-maçonnerie .(je vous jure que ce n’est pas Oliver Hardy sur la photo de droite)

 

Première femme psychiatre interne des hôpitaux de Paris, elle milite également dans le mouvement socialiste, anarchiste et communiste. Elle crée et édite le journal La Suffragiste de 1907 à 1914, afin d’accentuer la lutte pour le vote des femmes.
Dans les années 20, Madeleine Pelletier lutte pour la liberté de contraception et d’avortement avec les néomalthusiens. Pour elle, la femme doit être libre de sa créativité et libre de choisir 71393171_pson destin : En France une vingtaine de féministes, dont Madeleine Pelletier, se présentent aux élections législatives de 1910 mais leurs candidatures sont rejetées. Madeleine Pelletier est l’une des rares femmes déléguées syndicales du début du siècle, mais particulièrement âpre à défendre la cause des femmes. Elle est représentante du Nord au congrès qui fonde le parti socialiste en 1905, puis membre du PS. Féminisme et syndicalisme sont pour elle étroitement liés : La manière dont elle s’habille reflète également ses idées : elle a coupé ses cheveux et s’habille comme un homme : « Je montrerai les miens [de seins] dès que les hommes commenceront à s’habiller avec une sorte de pantalon qui montre leur c.. » dit-elle. Elle prône aussi la chasteté comme71393209_p manière d’échapper à une sexualité où s’exprime la domination masculine (oui, bon là, heu…). Ces actions ont été perçues comme un attentat porté contre l’identité sexuelle. Inculpée pour avoir pratiqué des avortements, puis relaxée mais déclarée folle, Madeleine Pelletier est placée en asile psychiatrique. Quelques ami(e)s politiques ou féministes tentent sans succès une action judiciaire pour la faire sortir de l’asile. Madeleine meurt isolée, le 29 décembre 1939, d’une apoplexie cérébrale.

Elle méritait bien qu’on lui fasse une petite place dans notre galerie de portraits. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Nobody’s innocent…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , , , , ,

Amis de la mistoufle et des restos du cœur réunis, bonjour ! Nous sommes le samedi 28 décembre 2013, 8è jour de nivôse que les républicains dans leur grande magnanimité et leur petit calendrier avaient dédié au fumier, allez savoir pourquoi justement le jour de la « saints innocents »… Peut-être justement parce que Nobody’s innocent ! Le cénobite, c’est bien connu, faisant partie des empêcheurs de réveillonner en rond, au lieu d’évoquer les huitres et les marrons chauds nous parle de la Palestine; enfin, ce qu’il en reste…

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, Richard Falk, a exprimé sa vive préoccupation devant la pénurie d’électricité dans le territoire palestinien occupé et en etat-1946-2011-2509121-300x213particulier à Gaza, où 1,7 million de personnes vivent dans des conditions très difficiles : trois semaines après la fermeture de l’unique centrale électrique de la bande, en raison d’un manque de carburant, l’électricité ne fonctionne plus que six heures par jour. La situation à Gaza est proche de la catastrophe » affirme M. Falk dans un communiqué de presse. « La pénurie de carburant et les coupures d’électricité ont fragilisé des infrastructures déjà précaires et perturbé la fourniture de services de base, comme les soins de santé, l’approvisionnement en eau et l’assainissement. Le début de l’hiver va certainement détériorer encore cette situation ». Les patients de Gaza, a observé M. Falk, n’ont même plus la possibilité de se rendre en Égypte pour y recevoir des soins, puisque le régime de ce pays a décidé de fermer l’unique point de passage à Rafah depuis plusieurs semaines. Depuis, les 3.000 résidents du quartier d’Az-Zetoun, parmi lesquels de nombreux enfants, vivent dans un égout à ciel ouvert après que la plus grande usine de retraitement des eaux usées a cessé de fonctionner, faute d’électricité.« Jusqu’à 40% des habitants ont de l’eau un jour sur trois. Face à cette situation, ceux qui en ont les moyens achètent de l’eau auprès d’individus sans scrupules qui en vendent sans garantie de propreté », a déploré le Rapporteur spécial.
Selon l’expert, une des raisons de cette crise est la décision de l’Égypte de détruire les tunnels qui permettait de faire passer sous le manteau des marchandises entre l’Égypte et Gaza, 3515023_6_4496_des-palestiniens-attendent-pour-pouvoir-remplir_e9d9fd9d7358804a3756bf1606d9837bainsi que les réservoirs de carburant le long de la frontière égypto-palestinienne. Auparavant, cette économie informelle permettait d’atténuer le blocage israélien de Gaza en place depuis 2007. « N’oublions pas que la véritable cause du manque d’hôpitaux et de structures adéquates pour les soins spécialisés est le blocus israélien illégal », a affirmé M. Falk. En décembre, la Palestine a été touchée par une tempête qui a duré près d’une semaine. Pour empirer la situation, Israël a ouvert les vannes d’un barrage à l’est de Rafah avec pour conséquence que les habitations de centaines de Gazaouites se sont retrouvées sous l’eau.  L’unique centrale de la bande de Gaza a de nouveau cessé de fonctionner vendredi 27 décembre faute d’un approvisionnement en fuel en provenance d’Israël, a indiqué un responsable de la compagnie d’électricité locale. La pénurie de fuel est provoquée par la fermeture du point de passage de Kerem Shalom, qui permet l’approvisionnement, a expliqué le directeur adjoint de la centrale.                                   L‘année dernière, jour pour jour, je concluais mon billet par ces mots: « Mais ce qui se passe à deux heures d’avion de chez nous, sous le regard complice et le silence assourdissant de la communauté internationale me révolte profondément. Celle-là même qui se mobilise et se dit prête à utiliser la force pour « débarrasser le Nord Mali de ses islamistes », détourne ostensiblement les yeux dès qu’il s’agit d’Israël. » Aujourd’hui « ON » s’occupe de la Centrafrique mais les habitants de Gaza continuent de crever dans l’indifférence générale. C’est désespérant ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Libertaire toi même…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, ,

Amis de la procrastination et du trot monté réunis, bonjour ! Nous sommes le vendredi 27 décembre 2013. L’année à peine a fini sa carrière (ô lac !) et c’est le 7è jour de nivôse dédié à l’humus.

Le 27 décembre1821, naissance de Joseph DEJACQUE, à Paris.
Socialiste anti-autoritaire et véritable premier militant « libertaire » (mot dont il est l’inventeur). Orphelin de son père, il est élevé par sa mère, lingère. Entré en 1834 comme apprenti, il devient, en 1839, commis de vente dans un 71338387_pcommerce de papiers peints (j’suis pas sûr pour les accords). En 1841, il s’engage dans la Marine, découvre l’Orient mais aussi l’autoritarisme militaire. En 1847, il commence à s’intéresser aux idées socialistes, et collabore au journal « L’Atelier ». L’insurrection parisienne de février 1848 met fin à la monarchie de Louis-Philippe, mais très vite l’alliance des bourgeois républicains et du prolétariat ouvrier vole en éclat. Dejacque publie un poème « Aux ci-devant dynastiques, aux tartuffes du peuple et de la liberté » dans laquelle il se fait le porte parole des aspirations ouvrières. Et puisque vous avez été particulièrement fidèles pendant ces fêtes, un petit bonus…

En avril, les premiers affrontements ont lieu entre les forces de la bourgeoisie qui ont proclamé « La République honnête » et les ouvriers socialisants. Le 15 mai, l’Assemblée Constituante est envahie par les ouvriers, mais les principaux responsables socialistes sont arrêtés. Les ouvriers occuperont la moitié de la 71338412_pville aux cris de « Vive la révolution sociale ». La répression est terrible, l’armée usant de l’artillerie, massacre trois mille insurgés. Quinze mille sont arrêtés et déportés sur les pontons de Cherbourg et de Brest. Dejacque est parmi eux, bien qu’il n’ait pas participé directement à l’insurrection. Libéré en 1849, il rejoint Paris et, en août 1851, publie « Les Lazaréennes, fables et poésies sociales » qui lui valent aussitôt une condamnation à 2 ans de prison et 200 fr d’amende. En 1855, il signe le manifeste inaugural de l’A.I.T, puis se fixe à la Nouvelle-Orléans où il écrit « l’Humanisphère, utopie anarchique », et prend la défense des femmes dans une lettre à Proudhon où apparaît pour la première fois un vocable de l’invention de Joseph Déjacque, ‘‘libertaire’’. L’objet polémique en est le statut social de la femme, sujet alors largement débattu. Proudhon assignait aux femmes le rôle de mère au foyer se consacrant à sa famille, soumise à l’époux dans un couple monogamique rigide (le mariage chrétien laïcisé), peu instruite et interdite de participation à la vie publique.

En 1861, découragé, il rentre en France à la faveur de l’amnistie de 1860. Mais, dans la misère, il sombre dans la folie et meurt à Paris en 1864.
« Privilégiés! – pour qui a semé l’esclavage, l’heure est venue de récolter la rébellion. Il n’est pas un travailleur qui, sous les lambris de sa cervelle, ne confectionne clandestinement quelques pensées de destruction. Vous avez, vous, la baîonnette et le Code pénal, le catéchisme et la guillotine; nous avons, nous, la barricade et l’utopie… »
In: l’Humanisphère, utopie anarchique. Sources : Ephémérides anarchistes.

Voila pour notre galerie de portraits. Portez vous bien et à demain peut-être.

A la tienne, Etienne…

Posté par erwandekeramoal dans TRADITION

, , , ,

Amis de la celtitude et de la Smithwick’s réunies, bonjour ! Nous sommes le jeudi 26 décembre 2013, sixième jour de Nivôse dédié à la lave. C’est aussi le jour de la St Etienne, « Stephen’s day » pour les ultra-manchots. Aux alentours de l’ermitage de Keramoal, en ce lendemain de Noël, les éléments se sont calmés en attendant le prochain coup de tabac.

Tiens, à ce propos, le lendemain de Noël chez nos cousins d’Irlande, du Pays de Galles ou de l’île de Man subsiste encore la tradition de la «Chasse au Wran» ou le «Roitelet». Faut-il DownloadedFile-13rappeler que le roitelet est l’oiseau sacré des druides avec qui il partage le nom d’origine Dryw en Gallois et Drew en breton. Les irlandais lui ont donné le nom de « druide des oiseaux » Dreoilin; d’où le nom de cette fête: là an dreoilin. Les gens se déguisent avec des vieux vêtements et se peignent le visage, portent des chapeaux de paille et voyagent de maison en maison avec des chants, de la musique et en dansant. Naguère en Irlande, les jeunes garçons et les hommes connus sous le nom de «The Boys Wren» allaient dans les bois. Ils chassaient et tuaient un roitelet, puis faisaient un défilé avec l’oiseau mort à travers la ville au sommet d’un mât décoré. C’était d’une délicatesse désarmante, non ?

L‘origine ce cette tradition est bien entendu très controversée. Il semblerait (c’est ainsi qu’on me l’a contée dans un pub de images15Dublin) que dans un lointain passé, des soldats irlandais tentèrent d’attaquer un camp Viking mais leur plan fut déjoué grâce ou à cause de roitelets (l’oiseau) qui en piquetant du bec sur les tambours alertèrent les Vikings. Dès lors, le roitelet fut connu sous le nom de l’oiseau du diable. Les garçons roitelet chantaient cette chanson traditionnelle à chaque maison:

Le wran, le wran
le roi de tous les oiseaux
le jour de la saint Etienne
il a été capturé dans les ajoncs
avec la bouilloire et vers le bas avec la casserole
me donner un sou pour enterrer le wran.

Cette tradition, quoique en voie de disparition et surtout, de folklorisation, peut encore être vue dans certaines villes et villages en Irlande. Les garçons Wren marchent dans les rues vêtus de costumes traditionnels (généralement quelque chose fabriqué à partir de paille) au rythme des tambours et ils s’arrêtent devant les bars en jouant de la musique traditionnelle. (cela me rappelle le Mardi Gras à Douarnenez; sauf que nous on s’arrête dans les bars même quand c’est pas la fête…). L’argent qui est perçu est reversé aux œuvres de charité et bien sûr le roitelet n’est plus tué, les garçons Wren marchent avec un oiseau factice. Et voilà pour ce lendemain de fête. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

De la myrrhe et de l’encens pour un bébé naissant…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la tradition et de la marennes-Oléron réunies, bonjour ! Nous sommes donc le mercredi 25 décembre 2013, cinquième jour de Nivôse, dédié au Chien dans notre calendrier républicain. L’ermitage de Keramoal a résisté à ce premier coup de vent de l’hiver et, force est de constater que les jours rallongent… Par ailleurs il reste quelques personnes à considérer ce jour comme celui de la naissance du Christ, un certain Jésus de Nazareth, leur Messie, mais si ! Quoique, Palestine-noel_bethlhem_noel-400x283historiquement, ni l’année ni le jour de la naissance de Jésus de Nazareth ne sont connues. Les Évangiles ne donnent aucune précision quant à la date de sa naissance. paradoxalement, Jésus de Nazareth pourrait bien être né « avant Jésus Christ » : l’origine de l’ère commune est en effet censée être la naissance du Christ. Les dates retenues concernant l’année de naissance de Jésus prêtent à discussion. Les Évangiles selon Matthieu et selon Luc la situent sous le règne d’Hérode le Grand dont le long règne s’achève quatre ans avant notre ère, c’est à dire avant la naissance du nazaréen…  C’est le Pape Libère qui aurait institué cette date en 354. Ecoutez voir Julos Beaucarne nous conter l’histoire.

Il faut bien reconnaître que c’était un fameux coup de marketing car de nombreuses traditions ancestrales liées au solstice d’hiver avaient lieu à cette époque de l’année. Aujourd’hui, le charpentier et sa jeune épouse auraient quelques difficultés à s’approcher de Bethléem et les rois mages feraient grise mine aux checkpoints israéliens mais, ceci est une autre histoire. Allez je vous souhaite de très bonnes fêtes, je vous remercie de votre fidélité et de votre indulgence à l’égard de l’auteur. Portez vous bien et à demain peut-être.

Chi va piano va sano…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ, PORTRAIT

,

Amis de la liberté de conscience et de la clé à molette réunies, bonjour ! Nous sommes le mardi 24 décembre 2013, ce jour où tout un chacun s’apprête à réveillonner en famille, correspond au quatrième jour de nivôse dédié au soufre. Si je vous dis que, précisément, la famille, est le lieu qui, à mes yeux, sent le plus le soufre, vous allez croire que je badine… Que nenni ! Je vous l’ai dit, le cénobite est en déplacement et donc, rediff…

Je voulais profiter de ce 24 décembre donc, pour rendre hommage à un grand, très grand artiste, quasiment oublié 60211930_pmalgré tout ce qu’il a apporté à la musique et à l’ancêtre du jazz: LE RAGTIME. J’ai nommé l’illustrissime SCOTT JOPLIN. Et pour commencer, voici un air qui vous est forcément connu, (rappelez vous le film L’arnaque) quand bien même vous ne sauriez identifier son auteur. Imaginez Harold LLYOD où encore Charlot et même Groucho Marx, ils ont tous utilisé le ragtime pour illustrer leurs films. Scott Joplin est né (croit-on) vers 1867 au Texas dans une famille pauvre issue de l’esclavage. Pauvre mais musicienne, ce qui permis à Scott de révéler très tôt ses talents. L’histoire raconte que Scott enfant, accompagnait sa mère qui faisait le ménage dans les maisons des Blancs et c’est ainsi qu’il découvrit le piano. Il y fera d’ailleurs allusion dans son opéra Treemonisha en 1911.

Vers la fin des années 1880, Joplin débute sa carrière musicale avec le Queen City Concert Band, il fera aussi partie d’une troupe de musiciens folk à Texarkana. En 1894, Il déménage dans le Missouri, où il travaille comme pianiste dans des clubs comme le Maple Leaf et le Black 400. En même temps, il enseigne à 60212033_p1plusieurs jeunes musiciens locaux.C’est en 1895, qu’il publie sa première œuvre, Please Say You Will, bientôt suivie d’une autre, A Picture of Her Face. L’année 1899 est celle de sa composition la plus célèbre : le Maple Leaf Rag. Cette pièce devient un véritable phénomène dans l’environnement musical américain, et la partition se vendra à au moins un million d’exemplaires dans les années qui suivent. C’est d’ailleurs la première composition dont la partition atteint ces ventes. Cependant, le compositeur touche une part infime sur chaque vente de ses morceaux (un cent par vente). La publication du Maple Leaf Rag fait de Joplin l’une des grandes figures de ce nouveau courant musical, et son nom devient bientôt synonyme de ragtime.

Après avoir connu le succès et l’oubli, Scott Joplin va mourir en 1917 des suites de la syphilis, il avait 49 ans. Il aura 60212018_p1marqué l’histoire de la musique Afro-américaine par son
apport considérable. D’ailleurs, en 1976, Joplin reçoit à titre posthume le prix Pulitzer pour sa contribution importante à la musique américaine. Pour terminer ce billet, une anecdote amusante: Le troisième album de Lucky Luke s’appelle « L’homme de Washington »; et bien dans cet album, Lucky Luke rencontre Scott Joplin…Amusant, non !

Allez, joyeux Noël à tous, ne vous freinez pas sur les chocolats, goinfrez vous de foie gras, ne modérez pas votre consommation de bulles, mais, attention au verglas, sortez couverts, portez vous bien et à demain peut-être.

Avis de tempête…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis du grand soir et des petits matins réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 23 décembre 2013, 3è jour de nivôse consacré au bitume… Sans commentaires. A propos du 23 décembre, vous souvenez vous de  Beau dommage ? Mais si, La complainte du phoque en Alaska . Et bien ils ont aussi commis une chanson qui s’intitule « 23 décembre ». Étonnant non !

Je ne sais pas chez vous mais ici on essuie un coup de suroit article_tempetestmalodepuis quelques jours et, ça bastonne. Ma fiancée et moi on fait un saut jusqu’à Rennes via Saint-Malo histoire de garnir le sapin des petiots et sur le sillon, c’est pas triste non plus. Oui bon d’accord, c’est pas le plus court chemin mais la Bretagne est belle quand elle pleut comme disait l’autre…AFP PHOTO / DAMIEN MEYER

Voilà pour aujourd’hui, en attendant la suite portez vous bien et à demain peut-être.

La houille du cénobite…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR, Non classé

,

Amis de la bio diversité et des pâtes carbonara réunies, bonjour ! Nous sommes le dimanche 22 décembre 2013, deuxième jour de Nivose dédié à la houille. Vous voyez comme vous êtes, dès que le titre du billet se fait évocateur, le nombre de visiteurs augmente très sensiblement… Alors, supercherie, ou marketing ? Le débat est ouvert mais force est de constater que beaucoup s’intéressent davantage aux fesses qu’aux faits, à la température de Carla qu’à celle du globe. Mais, je persiste et je signe et pour rester dans la métaphore cinématographique initiée par certains de vos commentaires et reprendre une phrase fameuse de Lino Ventura, je vous avoue que les atermoiements de nos dirigeants commencent très sérieusement à me les briser menu.

Les 195 pays de la Convention des Nations Unies sur le climat sont finalement parvenus à un accord à Varsovie le mois dernier. Les tractations ont été extrêmement dures pour trouver un équilibre entre les exigences des pays en  imagesdéveloppement dont la priorité a été de mettre les pays industrialisés face aux engagements pris en 2009 à Copenhague, et la nécessité d’aller de l’avant en adoptant une feuille de route jusqu’en décembre 2015, date à laquelle un accord mondial engageant pour la première fois tous les pays doit être signé. Il entrera en vigueur en 2020. Sans vouloir vous raser avec une fastidieuse litanie des sommets depuis Rio jusqu’à Varsovie en passant par Cancun et Kyoto et après le fiasco de Copenhague, rendez-vous à Paris en 2015.

Et pendant que le pôle fond, l’écolo se morfond. Pendant que le roi Arthus Bertrand poursuit sa quête du Graal, Boorlo se désespère de trouver encore des glaçons pour sa solution hydro-alcoolique. Obama ne dit mot et Hulot le pense tout bas. Les Indiens n’en veulent point, les Chinois, pas plus qu’ça, le Brésil est sur le grill et les libéraux rêvent d’une gouvernance mondiale pour remplacer l’ONU. Le temps est venu disent-ils de remplacer le « machin » comme disait le florian-roulies-copenhague-dessinGénéral par un « bidule » comme le croit Gudule. Et pendant ce temps là, le gulf stream a mauvaise mine, el Nino a un coup de chaud et la terre Adélie aura bientôt des airs de Ténéré. Je vous échange deux paquets d’Arielle Dombasle contre un paquet de mer à la pointe du Raz que les conclusions de Paris (2015) seront étrangement ressemblantes à celles de Copenhague (2009), de Rio (1992) et de Varsovie. (photo extraite du site; Les mots ont un sens) Tant que nous n’aurons pas intégré l’idée que ce n’est pas l’humanité mais son avatar, le capitalisme, qui est l’ennemi public n° 1, toutes ces conférences seront cautères sur jambes de bois et pipi dans le violon. L’écologie est au capitalisme ce que le doryphore est à la pomme de terre, il y a incompatibilité génétique; et Monsanto n’y changera rien. La révolution environnementale que le XXIème siècle attend, exige que l’on se débarrasse de ces goinfres affamés de profit qui se fichent de la planète comme de leur première Rollex. Avis aux amateurs.

Et voila pour aujourd’hui, rien de tel qu’un petit coup de gueule pour vous redonner le moral. Allez, ne désespérez pas, portez vous bien et, à demain peut-être.