Vous lisez actuellement les articles publié en novembre 2013

Page 1 de 3

Je vaque, tu vaques, il ou elle…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la métempsycose et du homard à l’armoricaine réunis, bonjour ! Nous sommes le samedi 30 novembre 2013, dixième jour de Frimaire dans le calendrier républicain, dédié à la pioche. Allez, une citation de ce cher Victor, pour finir le mois et oublier les paradoxes de la démocratie.  « Ne soyons plus anglais ni français ni allemands. Soyons européens. Ne soyons plus européens, soyons hommes. – Soyons l’humanité. Il nous reste à abdiquer un dernier égoïsme : la patrie.  « Choses vues » (1887), dans Oeuvres complètes, Victor HUGO.

Puisque novembre s’achève comme il a débuté, sous la pluie, et devant bon gré mal gré nous rendre à l’évidence, nous constatons que ce fut une année sans trompettes où si peu, sauf peut être celles de la renommée que G. BRASSENS imagestrouvait fort mal embouchées. Je parle des champignons bien entendu ! Nous n’irons plus au bois, d’ici le printemps prochain; par ailleurs ce refrain me fait penser que j’ai mes lauriers à tailler et je ne peux guère compter sur une belle pour aller les ramasser. J’allais continuer ce billet en évoquant le double sens de ces chansons populaires, ritournelles, comptines et berceuses que nous avons tous fredonnées un jour; lorsque je m’aperçois que l’ami Paul sur son site La feuille charbinoise l’a fait avant moi et de façon bien plus talentueuse que je ne saurais le faire. N’hésitez donc pas à lui rendre visite pour tout savoir sur les bergères, les chaperons rouges et autres moines libidineux.

Quand à votre serviteur, il s’en va vaquer à ses domestiques occupations. Contre sens s’il en est car vaquer signifie justement ne rien faire; emprunté au latin vacare « être libre, images-1inoccupé, vacant, oisif ». En vieux français, un vacant désignait un oisif, une personne en vacances, et celles-ci ont remplacé les vacations sauf dans le domaine judiciaire où elles désignent encore les périodes où les tribunaux interrompent leurs travaux. Dans la même famille on trouve aussi evacuare: faire le vide, en français moderne évacuation. Tous ces termes venant du latin vacuus à qui l’on doit le mot français vacuité. Bon, ben, dans quoi j’m'embarque là ? Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Gros gin comme devin…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’oxymoron et du pudding aux carottes réunis, bonjour! Nous sommes le vendredi 29 novembre 2013, 9è jour de frimaire dédié au genièvre. Cette boisson à base d’alcool de grain était très consommée au siècle dernier notamment dans70524665_p le Nord de la France. Voici ce qu’en disait François-Joseph Grille en 1825 après avoir visité cette région : « Ajoutons que dans les arrondissements formés de l’ancienne Flandre, on fait abus de liqueurs fortes ; de là, disent les docteurs, viennent des maux sans nombre que la sobriété seule peut réparer. Ainsi, dans ces contrées, le genièvre et l’humidité se disputent le triste honneur de moissonner plus cruellement une population imprévoyante.»

Au Québec cette boisson est appelée gros gin…d’où l’expression gros gin comme devin; mais naaaan, j’rigole! C’est l’effet du genièvre. En vérité, je ne sais plus ce que voulais dire. Et pourtant, « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. » disait Boileau. Boileau/genièvre…Oui, bon. Nos journalistes, et particulièrement aux journaux télévisés, semblent avoir quelques difficultés avec ce concept… Je sais bien qu’aujourd’hui les incompatibilités sont légion, que l’UMP a inventé la droite sociale, que certains n’hésitent plus à parler de capitalisme humaniste et que d’aucuns continuent de croire que les socialistes sont de gauche. Je crois bien que je vais m’arrêter là car j’ai de l’ouvrage comme dit l’autre. J’essaierai de me rattraper un autre jour. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

A bicyclette…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’ésotérisme et du café-cognac réunis, bonjour ! Nous sommes le jeudi 28 novembre 2013, huitième jour de Frimaire dédié au Miel. Que les dieux me tripotent si je ne suis pas victime d’une nouvelle crise de flemmingite aigüe qui m’amène à rediffuser ce billet.

Dans la série des grands bonshommes, un petit mot sur ce monsieur né un 28 novembre en 1900. Je gage qu’il existe près de chez vous une école, un stade, une maison des 220px-Léo_Lagrange-1932jeunes, qui porte son nom. Léo LAGRANGE. Adolescent, il fréquente les Éclaireurs de France, mouvement de scoutisme alors neutre au point de vue confessionnel.   Devenu avocat, il s’inscrit en 1922 au barreau de Paris. Touché par les horreurs de la guerre, il réserve, en particulier, ses services aux tuberculeux, aux malades des poumons et aux gazés. Léo Lagrange se mêle ensuite au bouillonnement intellectuel des années 1930, s’unissant à nombre d’écrivains, historiens, artistes et savants. Devenu rédacteur au journal Le Populaire, organe de la SFIO, il y relate, dans sa chronique, l’actualité judiciaire.

Lors des élections de mai 1932, il est désigné comme candidat socialiste pour reconquérir la première circonscription d’Avesnes-sur-Helpe, dans le Nord. Lors des réunions publiques, il met l’accent sur la nécessité, pour la classe conges-payes-300x217ouvrière, d’être instruite et organisée si elle veut diriger un jour. Une fois élu, il est ensuite nommé sous-secrétaire d’État aux Sports et à l’organisation des Loisirs auprès du ministre de la Santé publique Henri Sellier sous le gouvernement du Front populaire, en 1936. C’est la première fois qu’un maroquin de cet ordre est créé en accompagnement des congés payés et de l’apparition pour les masses laborieuses d’un temps libre, dans lequel Léo Lagrange à la suite d’Albert Thomas voit la condition de la dignité de l’homme. Sa mission s’adresse donc à toute la société et non pas exclusivement à la jeunesse.

« … Il ne peut s’agir dans un pays démocratique de caporaliser les distractions et les plaisirs des masses populaires et de transformer la joie habilement distribuée en moyen de ne pas penser. »

Il s’emploie à développer les loisirs sportifs, touristiques et culturels. Il est à l’origine de la création du billet populaire de congés annuels qui accorde 40 % de réduction sur les transports ferroviaires, tandis qu’il encourage et impulse le mouvement des auberges de jeunesse. Léo Lagrange s’occupe aussi des Olympiades populaires, Jeux olympiques alternatifs qui devaient se substituer aux Jeux olympiques de Berlin. Prévues à Barcelone, les épreuves officielles qualificatives pour ces Olympiades populaires se déroulent le 4 juillet 1936 au stade Pershing à Paris. À travers leur club, la FSGT, ou individuellement, 1 200 athlètes français s’inscrivent à ces olympiades anti-fascistes. Pourtant, le 9 juillet, toute la droite vote « pour » la participation de la France aux Jeux olympiques de Berlin, tandis que l’ensemble de la gauche (PCF compris) s’abstient  à l’exception notable de Pierre Mendès France. Néanmoins, des sportifs français se rendent tout de même à Barcelone, où les Olympiades sont interrompues le 18 juillet 1936 par le pronunciamento militaire du général Franco.

Après avoir quitté le sous-secrétariat, il devient alors président du Comité laïc des auberges de jeunesse. À la déclaration de guerre, en 1939, alors parlementaire, il rejoint volontairement le commandement militaire, avant d’être tué le 9 juin 1940 à Évergnicourt d’un éclat d’obus. (Wikipédia)

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

A en perdre la tête…

Posté par erwandekeramoal dans LES BEAUX SAINTS

, , , ,

Amis de la culture pour tous et du poulet aux marrons réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 27 novembre 2013 et en ce 7è jour de frimaire, nous saluons le chou-fleur qui est un 59345149_ppeu le légume emblématique du Léon (Finistère nord). Restons donc dans le Léon puisque aujourd’hui, nous célébrons les Tangi. La figurine du p’tit moine agité pour annoncer un billet qui s’inscrit dans la catégorie « Ah, les beaux saints ». Encore un moine me direz vous. Celui-ci, de son vrai nom Gurguy, fonda l’abbaye de St-Mathieu au Conquet et la légende dit qu’il était fils du seigneur Galono de Trémazan (rien à voir avec Galouzeau de Villepin) en Léon, près de Portsall (à gauche les ruines du château de Trémazan). Ce seigneur donc, aurait épousé en seconde noce une femme 300px-Trémazanqui n’avait de cesse de maltraiter le jeune Gurguy et sa sœur. Voici la façon dont Albert le Grand nous présente la chose: « Cette nouvelle dame ne fut gueres en son ménage, qu’elle commença à regarder de travers nos jeunes Saints & se montrer vraye marastre en leur endroit ; elle les rudoyoit & maltraitoit de parole & de fait & leur tint ces rigueurs huit ans durant ; lesquels expirez, Gurguy, déja grand, & à qui le sang commençoit à boilillonner dans les veines, ennuyé d’estre si mal-traité par cette femme, dans la maison de son pere, se résolut de quitter le pays pour quelque temps, & en obtint congé de son Pere, lequel luy donna une bonne somme d’argent & train honorable. »

Envoyé à la cour du roi franc Childebert 1er, pour son éducation, il devint chevalier. (déjà à l’époque, il fallait monter à la capitale pour réussir). Il laissa sa sœur Haude (Eodez en breton) au pays; ce qu’il ne faut jamais faire, n’importe quel saint vous le dira. À son retour la marâtre lui parle de sa sœur comme ayant déshonoré la famille par son comportement et Tanguy la tua (la sœur, pas la belle-mère) en la décapitantimages10-120x300 d’un coup d’épée. C’est qu’on ne rigolait pas avec ces choses là. La victime, me croirez vous, prend alors sa tête dans ses mains et ses jambes à son cou et rentre à la maison pour demander les sacrements avant de mourir. Horrifié, et malgré le pardon de sa sœur, Gurguy se repens sincèrement et demande à Paul-Aurélien de le faire moine. Il serait apparu la tête auréolée d’un disque de feu et Saint-Paul aurait alors changé son nom en Tanguy, du breton tan, feu, et lui aurait donné l’habit monastique. Plus tard il fonda sur la pointe St Mathieu (appelée en breton Locmazhé) une nouvelle abbaye où il fut enterré. Pourtant, faire perdre la tête à sa sœur, pour une vie de saint, ça commençait mal ! On peut admirer une magnifique statue en bois polychrome (XVIè) de sainte Haude dans la chapelle Notre-Dame-de-Kersaint à Landunvez.

Bon allez, vous prenez pas la tête (Hi,hi,hi) portez vous bien et à demain peut-être.

Je voudrais rendre grâce à celui qui peut-être…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis du travailler-moins-pour-gagner-plus et du porc chop
suey réunis, bonjour ! Nous sommes le mardi 26 novembre 2013, 6è jour de Frimaire consacré à la mâche, tiens encore un truc de nantais, ailleurs on l’appelle aussi Blanchette, doucette, clairette, oreillette, rampon et même Valérianelle…  

C‘est un 26 novembre, en 1911, que nous
quittait Paul Lafargue à qui nous devons ce merveilleux
ouvrage, Le droit à la paresse, paru en 1880.

« Pour qu’il parvienne à la conscience de sa force, il faut que le 59308837_pprolétariat foule aux pieds les préjugés de la morale chrétienne, économique, … il faut qu’il retourne à ses instincts naturels, qu’il proclame les Droits de la Paresse, mille et mille fois plus sacrés que les
phtisiques Droits de l’Homme concoctés par les avocats
métaphysiques de la révolution bourgeoise ; qu’il se contraigne à ne travailler que trois heures par jour, à fainéanter et bombancer le reste de la journée et de la nuit.
» A droite, magnifique gravure que l’on doit à Félix Vallotton.

150 ans avant le débat sur les retraites, Lafargue posait déjà les vraies questions. Il est vrai qu’il avait des circonstances atténuantes; d’abord il était né à Cuba et puis, bien que très 59309007_pinfluencé par les idées de Proudhon, il avait épousé la fille de Karl Marx. Ce visionnaire mériterait le Panthéon, qu’on en juge: « Une étrange folie possède les
classes ouvrières des nations où règne la civilisation
capitaliste. Cette folie traine à sa suite des misères
individuelles et sociales qui, depuis deux siècles, torturent la
triste humanité. Cette folie est l’amour du travail, la passion
moribonde du travail, poussée jusqu’à l’épuisement des forces
vitales de l’individu et de sa progéniture…
»

À 69 ans, en 1911, il se suicide en compagnie de sa femme, en se justifiant dans une courte lettre : « Sain de corps et d’esprit, je me tue avant que l’impitoyable vieillesse qui m’enlève un à un les plaisirs et les joies de l’existence et qui me dépouille de mes
forces physiques et intellectuelles ne paralyse mon énergie, ne
brise ma volonté et ne fasse de moi une charge à moi et aux
autres
».

Paul Lafargue et Laura Marx sont enterrés au cimetière du
Père-Lachaise (division 77), face au mur des fédérés. Georges59309323_p
Moustaki lui rend hommage dans une de ses chansons. Ici à droite, ce n’est pas Moustaki mais bel et bien Karl Marx, un peu arrangé.

Je voudrais rendre grâce à celui qui, peut-être,                                a été mon premier et mon unique maître,                                             Un philosophe mort voici quelques décades,                                     Mort de son propre choix, ni trop vieux ni malade.

Bon, et bien je vais me recoucher moi. Merci de votre visite,
portez vous bien et à demain peut-être.

Allez faire vos cochonneries ailleurs…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis du porc-no-chic et des pieds paquets réunis, bonjour ! Nous sommes le lundi 25 novembre 2013, 5è jour de brumaire, et dans le calendrier républicain, c’est le jour du a-ecol-fleurcochon… Dans le calendrier des postes, c’est la Sainte Catherine là où tout bois prend racine; ce qui me fait me souvenir que j’ai promis à ma fiancée de planter un lilas… Et comme le disait mon aïeule: pour la Sainte Catherine, le porc couine ! J’en profite aussi pour souhaiter une bonne fête à ma neveuse Katell. Oui, à l’Ouest du Pécos Couesnon, on dit Katell plutôt que Catherine. Il sont comme cela les bretons, il faut toujours qu’ils se singularisent; non contents de porter des chapeaux ronds et des bonnets rouges, ils ne peuvent pas appeler un chat un chat et une Catherine une Catherine… Ma doue beniget ! J’ai piqué le dessin de Goutal sur Les habits du dimanche, sans autorisation évidemment.

Bon, c’est pas tout ça, j’ai un billet à écrire moi. Ces histoires de cochon, de manif., d’agriculture productiviste, de modèle breton, me remettent en mémoire le magnifique et bouleversant film militant de Jean-Louis Le Tacon, sous la direction de Jean ROUCH, c’était en 1979 je crois. Le titre: Cochon qui s’en dédit est à lui seul tout un programme. Plus de trente ans et déjà tout y était. L’histoire: Cela fait trois ans que Maxime Duchemin essaie de faire vivre sa porcherie. Pour monter cet élevage hors sol, il s’est endetté auprès des banques et tout le travail qu’il produit ne lui sert qu’à 70388058_prembourser les intérêts de ces emprunts. Maxime est devenu une machine, un esclave de l’élevage. Il passe son temps à nourrir les porcs, à les faire se reproduire, à les castrer, à couper les incisives, les queues, à nettoyer les excréments qui s’amoncellent, à gaver les bêtes d’antibiotiques et de compléments nutritifs… Il est pris dans une spirale dont il n’entrevoit pas le bout. L’élevage le submerge totalement : il occupe toute sa vie, ses pensées et même ses rêves.. Ce pamphlet d’une rare violence nous fait ressentir physiquement de quoi est faite la machine capitaliste de production. Maxime produit à partir du vivant qui n’est plus ici considéré que comme de la matière première malléable, transformable à volonté. Les syndicats agricoles s’arrangent pour que ce soient des jeunes qui s’occupent des élevages hors sol afin que toute la tradition du métier soit oubliée, perdue, et qu’aucune voix contestant le bien-fondé des techniques employées ne puisse s’élever. La quantité de travail à fournir est telle, pour simplement rembourser les emprunts, que l’éleveur devient à son tour une pièce de la machine productiviste. Maxime sait qu’il n’est qu’une pièce parmi d’autre, que le système lui a volé sa vie.

A l’ère des nitrates et de l’azote, des algues vertes, et quand la FDSEA fait semblant de s’intéresser au sort des travailleurs de l’agroalimentaire il peut être bon de revoir ce film; je crois qu’on le trouve en DVD. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Léon-Paul Fargue…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE, PORTRAIT

, , , , , , ,

Amis des belles lettres et du canard à l’orange réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 24 novembre 2013, 4è jour de frimaire dédié à la nèfle. Les frimas ont fait leur apparition et les vanneaux sont au rendez-vous. Pour nous réchauffer l’âme ayons une pensée pour un grand poète70354809_p disparu un 24 novembre. Léon-Paul Fargue est né le 4 mars 1876 à Paris. Il fait de bonnes études au collège Rollin, au lycée Janson-de-Sailly, puis brièvement au lycée Henri IV où il se lie avec Alfred Jarry. Etudiant, il hésite entre la littérature, la musique et la peinture. Après quelques essais à Pont-Aven sur les traces de Gauguin, il choisit finalement d’écrire et publie en 1895 sa première œuvre : Tancrède. Il traîne dans la bohème de Montmartre sous l’ombre de Verlaine et du Cabaret du Chat Noir, puis il rencontre Mallarmé, Valéry, Gide ou Vuillard.

Dès 1902, il est introduit dans la sphère musicale, aux côtés de Ricardo Viñes et Maurice Ravel, avec qui il formera la fameuse bande des « Apaches d’Auteuil ». Il ne publie presque rien durant cette période, cependant il participe aux débuts de La Nouvelle Revue Française. En 1909, il rencontre Valery 70354853_pLarbaud et ce sera le début d’une amitié importante. Enfin en 1912 paraît Poèmes son second livre, fondateur par son utilisation des mots et de la langue, qui fera des émules et qui lui assurera la notoriété auprès de gens très divers, d’Apollinaire à Claudel, d’Alain-Fournier à Proust. Mobilisé en 1914 à Laon, il sera rapidement réformé et retrouvera, autour de la libraire Adrienne Monnier, ses amis Jean Cocteau et Erik Satie, lequel composera peu après six mélodies sur les Ludions. Dans les années 20, Fargue fonde et dirige la prestigieuse revue Commerce avec Valery Larbaud et Paul Valéry, relayé par Jean Paulhan. Les années 30 sont marquées par une nouvelle activité, très prolixe, la chronique journalistique, qui donnera des essais sur des sujets très divers, de la critique littéraire à des thèmes beaucoup plus légers comme les aléas de la mode, mais où l’art, la poésie et l’homme sont omniprésents.

Peu avant la seconde guerre mondiale, Fargue rencontre sa future femme, le peintre Chériane, chez qui il s’installe boulevard Montparnasse. En 1941 il publie Haute solitude parfois considéré comme son chef d’œuvre poétique. En 1943,70354869_p au cours d’un repas avec Picasso, il est frappé d’hémiplégie et restera paralysé. Il n’en continue pas moins à écrire et reçoit en 1946 le grand Prix de la Ville de Paris. Paul Valéry saluait l’originalité de son art, et Rilke écrivait en 1926 «Fargue est un de nos plus grands poètes. » Il meurt à 71 ans, le 24 novembre 1947, chez lui à Paris. Il est enterré au cimetière du Montparnasse cher à Brassens. On lui doit cette fameuse pensée: Le travail est une chose élevée, digne, excellente et morale, mais assez fastidieuse à la longue.

Allez, voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

lakaat e voned ruz…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , , , ,

Amis de la propédeutique et du Glenfarclas (40 ans) réunis, bonjour. Oui, nous sommes le samedi 23 novembre 2013, c’est 59244785_pà dire le troisième jour de frimaire (mais non, pas fille-mère, madame Michu) dédié à la chicorée. Vous connaissez tous les bienfaits de cette plante quasi miraculeuse qui produit aussi bien un succédané de café que de la bonne endive (chicon) et qui arbore cette jolie fleur moins connue. Mon aïeule, à qui je dois cette éducation désastreuse, m’a élevé au bol de café plus qu’au verre de lait mais, elle n’imaginait pas un instant que l’on puisse faire un café sans y rajouter deux cuillers à soupe de chicorée Leroux.

L’homme du jour est: François Noël Babeuf, connu sous le nom de Gracchus Babeuf, né le 23 novembre 1760 à Saint-Quentin et mort à Vendôme le 27 mai 1797 (8 prairial an V), est un révolutionnaire français. Il forma la « conjuration des Égaux » contre le Directoire et fut exécuté. A partir du 3 septembre 1794, Babeuf publie le Journal de la Liberté de la presse, qui 53485886_pdevient le 14 vendémiaire an III, Le Tribun du peuple. Ce journal, où il combat avec la dernière violence la réaction thermidorienne, acquiert une forte audience. Il adhère, à la même période, au Club électoral, club de discussion des sans-culottes. Le 3 novembre, il demande que les femmes soient admises dans les clubs. Arrêté et emprisonné à de multiple reprises, Il se bat contre les impôts indirects, organise pétitions et réunions. En conséquence, il est à nouveau arrêté le 19 mai 1790 et emprisonné. Il est libéré en juillet, grâce à la pression du révolutionnaire Jean-Paul Marat. À la même époque, il rompt avec le catholicisme (il écrit en 1793 : « Le christianisme et la liberté sont incompatibles »).

Abandonnant le prénom Camille, qu’il avait adopté en 1792, il se fait alors appeler Gracchus, en hommage aux Gracques, initiateurs d’une réforme agraire dans la Rome antique.(Aujourd’hui encore il existe un groupe de réflexion à Gauche -social,libéral- qui porte ce nom et est constitué en partie d’anciens haut fonctionnaires …) Babeuf défend la nécessité d’une « insurrection pacifique ». Cette impossibilité d’agir légalement aboutit à la création de la « Conjuration des égaux ». Le réseau des « Égaux » recouvre tous les arrondissements 53486253_pde Paris et de nombreuses villes de province. À sa tête, un « Directoire secret de salut public », dirigé par Babeuf, coordonne la lutte. Le but est de continuer la révolution, et d’aboutir à la collectivisation des terres et des moyens de production, pour obtenir « la parfaite égalité » et « le bonheur commun ». Grâce aux informations d’un indicateur, la police arrête Babeuf, Buonarroti, Darthé et les principaux meneurs des Égaux le 10 mai 1796 (19 floréal an IV). Une tentative populaire de les libérer échoue le 29 juin . Pour éviter que le peuple ne les libère, les Égaux sont transférés à Vendôme. Une haute cour est constituée, et le procès s’ouvre le 20 février 1797 en présence de deux ministres. Babeuf, à qui on reproche l’initiative du complot, et Darthé sont condamnés à mort. En entendant sa condamnation à mort, Babeuf se frappa, dans le prétoire même, de plusieurs coups de stylet et futimages-1 porté mourant le lendemain à l’échafaud. Darthé, qui avait également tenté de se suicider, est guillotiné avec lui le 8 prairial an V. Buonarroti, Germain et cinq autres accusés sont condamnés à la déportation. Cinquante-six autres accusés, dont Jean-Baptiste-André Amar, sont acquittés. Ses enfants furent adoptés par Lepeletier et Turreau. Certains parlent d’un courant politique qui serait propre à Babeuf, le babouvisme dont se rapprocherait Auguste Blanqui, revendiquant l’égalitarisme et esquissant un présocialisme utopique. Friedrich Engels et Karl Marx ont reconnu en lui un précurseur, et en la Conjuration des Égaux « le premier parti communiste ». Babeuf est souvent considéré comme le premier véritable militant communiste. Selon Rosa Luxemburg, Babeuf est « le premier précurseur des soulèvements révolutionnaires du prolétariat ».

Et bien voilà, c’était le petit rappel historique du samedi. Ce sont ces hommes et ces femmes qui ont fait notre histoire. Qui ont fait ce que nous sommes aujourd’hui, deux siècles plus tard, à nous interroger sur l’âge de départ à la retraite, et à regarder ces gros bouffis de céréaliers plein de tunes, gavés jusqu’à plus soif de subventions européennes, occuper le haut du pavé coiffés de bonnets rouges. Pour les non-initiés, le titre du billet est une vieille expression bretonne que je tiens de mon aïeule bien sûr: lakaat e vonet ruz c’est à dire mettre son bonnet rouge ou, en d’autres termes, « piquer une colère noire ». Allez, merci d’être passé, portez vous bien et à demain peut-être.

Kan bale Nevenoë…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

, , , , ,

Amis de la bretonnitude et du chouchenn chaud réunis, bonjour ! Nous sommes le vendredi 22 novembre 2013, deuxième jour de Frimaire dédié au navet.

Skoulmet mat eo hirie chadenn ar goskoret                                      kousket noz kousket de kalon ar vretoned.

« Aujourd’hui bien nouée, la chaîne des esclaves endort nuit et jour le cœur des Bretons. » J’emprunte à Glenmor ces quelques vers de « La marche de Nominoë » pour commémorer la victoire de ses troupes bretonnes sur celles (franques) de Charles le chauve. Nous sommes un 22 nominoe2novembre de l’an de grâce 845, dans la campagne de Ballon près de Redon. Celui que les historiens allaient nommer « Tad ar vro », le père de la patrie, venait de donner naissance à une Bretagne unifiée et indépendante. Pour autant, il n’était pas roi mais Duc. C’est son fils Erispoë qui prendra le titre de roi, ce fut le premier et sans doute le dernier; par la suite, les souverains bretons porteront à nouveau et définitivement le titre de Duc. Vous me connaissez, je déteste les commémo., je hais toutes les guerres, j’exècre les nationalismes, je conchie les imbéciles heureux qui sont nés quelque part. Je ne veux en aucun cas rivaliser de ridicule avec George Sand qui écrivait en 1866 dans Promenades autour d’un village: « Le Tribut de Nomenoe (du Barzaz Breiz) est un poème de 140 vers, plus grand que l’Iliade, plus beau, plus parfait qu’aucun chef-d’œuvre sorti de l’esprit humain.
{…} En vérité, aucun de ceux qui tiennent une plume ne devrait rencontrer un Breton sans lui ôter son chapeau. » Considérons donc qu’il s’agit ici d’un coup d’œil dans le rétro de l’histoire.

 

Nominoë, grand soldat et fin stratège, réussi à négocier le départ des guerriers venus du Nord après avoir pourtant subi trois défaites consécutives. Il mourut en 851 près de DownloadedFile-21Vendôme non sans avoir conquis le Maine et l’Anjou. On peut donc raisonnablement penser qu’il exista une « Bretagne » entre 845 et 1532 date du traité d’union avec la France. Était-ce un État, un royaume, une Nation ? Appartient elle aujourd’hui à cette liste de nations invisibles, nations fossiles et sans État comme disent certains historiens. Kurdes, Basques, Corses, Tsiganes, Amérindiens, Aborigènes, Catalans, Berbères, Bretons, Palestiniens, Touaregs, Bonis, Québécois, Tibétains, Ouighours etc… La question vaut d’être posée et débattue.

Bon allez, c’est pas tout, Il tonne sur Keramoal, il pleut bergère,  en tous cas, pas un temps à mettre un historien  dehors fut-il cénobite. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

Raiponce pour un champion…

Posté par erwandekeramoal dans LECTURE

, , , ,

Amis Républicains, bonjour ! Nous voici donc le jeudi 21 novembre 2013, 1er jour de Frimaire et il est vrai que les frimas font leur apparition. Les initiateurs du calendrier qui nous intéresse en ont fait le jour de la Raiponce. En photoimages5 (plus bas à gauche), Campanula rapunculus,  plante de la famille des campanulacées mais ça, je suppose que c’est le cadet (de Gascogne) de vos soucis. La Raiponce est un légume dont on consomme toute la plante, racines et feuilles, à partir du mois de novembre, en même temps que les Mâches. Ses jolies racines allongées, pointues, d’un blanc nacré à chair blanche, et croquante, sont d’une saveur douce et se mangent crues en salade, ainsi que ses feuilles, qui sont très tendres et analogues comme saveur à la mâche.

Raiponce (en allemand Rapunzel) c’est aussi le titre d’un conte recueilli par les frères Grimm. Une histoire de sorcière, de jeune fille aux longs cheveux et de prince charmant. images-17Raiponce (Rapunzel) est le douzième des Contes pour les enfants et le foyer (Kinder- und Hausmärchen) de Jacob et Wilhelm Grimm, une place qui restera inchangée entre la première édition de 1812 à Berlin et la dernière de 1857, à Göttingen. Et quand je vous aurais dit que Owen Hurley s’en est inspiré pour réaliser un film d’animation dont l’héroïne n’est autre que la fameuse Barbie, vous pourrez vous présenter à « Questions pour un champion ».

Hé bien, si un jour on m’avait dit que je parlerai de Barbie dans ce blog… Il est vrai que l’éclectisme, y compris en philosophie, n’est pas pour me déplaire. Ce n’est pas celui-ci images-1qui me démentira: je veux parler de Potamon. Un vieux monsieur des temps anciens  et qui a disparu des tablettes, lui qui fut chef de file des néo-Platoniciens et « inventeur » de l’éclectisme. Il aura fallu attendre le XIXè siècle pour que Victor Cousin et ses disciples le remette au goût du jour. Allez, sur ces considérations, je vous abandonne non sans vous remercier d’avoir consacré un peu de votre temps à visiter ce blog. Portez vous bien et à demain peut-être.