La fin du mois, la fin du Mac…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la calligraphie et du poulet-gingembre réunis, bonjour ! Nous voici le lundi 30 septembre 2013, 9è jour de Vendémiaire, c’est vous dire que cela ressemble fichtrement à la fin du mois. Dans notre calendrier républicain, c’est le jour du Panais. A part cela, je dois vous transmettre quelques nouvelles de l’intendance. Oui, le Mac a rendu l’âme et je bricole derechef sur un petit portable en me posant cette question existentiellement angoissante: les Mac ont-ils une âme ? Tiens, interrogeons saint Lery avant de lui permettre de rejoindre notre galerie de portraits.

Il aurait été disciple de saint Méen et le roi Judicaël lui aurait octroyé des terres où il fonda un monastère près de Mauron en Brocéliande dans le OLYMPUS DIGITAL CAMERAMorbihan. La légende le fit naître à Tours sans préciser pourquoi, ni comment il arriva à St-Léry. Toujours est-il qu’à Tours, il s’appelait alors Jérôme et qu’à son arrivée dans notre pays il se mit au service d’un prêtre. Celui-ci était très exigeant, et ne voulait pour faire sa messe, que l’eau de la fontaine de Lorfouillé qui était assez éloigné du presbytère. Il fallait que chaque matin, son domestique qui lui servait aussi la messe allât par n’importe quel temps lui chercher de l’eau. Cela ennuyait fortement le petit Jérôme. Or un matin, il neigeait et le froid était très vif. Le petit enfant de chœur s’en alla dans le jardin du presbytère, frappa la terre de son bâton en priant Dieu d’y faire sourdre une fontaine dont le goût serait le même que l’eau de la source de Lorfouillé de manière à ce que le recteur ne s’en aperçut pas.Un damné persécuté par des saint lery 2monstres cruels incarnant les sept péchés capitaux, telle est l’œuvre extrêmement rare qui s’expose à l’extérieur de l’église paroissiale de Saint-Léry. pour l’évêque de Saint-Malo Jean de l’épervier, cette sculpture est une réaffirmation de la prééminence épiscopale sur la cure paroissiale aux dépens de l’abbé de Saint-Méen Robert de Coëtlogon, son ennemi intime. Sources
L’autre version dit qu’il vint d’Angleterre, plus précisément d’Aleth.

Il débarqua sur la côte de St Malo, puis après un bref séjour sur les bords cite-alethde l’Oust, Léry fut accueilli par Judicaël qui lui donna l’ermitage d’Elocau. Il y trouva un  lieu de culte et quelques ustensiles de premières nécessités laissés par Elocau. Léry habita ce lieu de façon solitaire afin de s’adonner à la vie contemplative. Mais bientôt, attirés par la renommés de ces vertus, des compagnons se joignirent à lui, il dut alors se résoudre à construire d’autres cellules, et, cela aboutit à la construction d’un monastère (situé entre la doueff et l’actuel presbytère).
Cet homme était doté de vertus exceptionnelles. Par sa bonté, il se concilia sans la rechercher l’estime de tous, grands et petits, simples paysans et grands seigneurs. Il était aimé de tous et particulièrement du roi Judicaël et des grands de sa cour, ce qui, à l’époque n’était pas facile à obtenir quand un prêtre désirait accomplir son devoir! sources

.Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

 

2 commentaires

  1. Sceptique

    Je compatis à la douleur de perdre une si merveilleuse machine. Mais n’étant pas Saint-Martin, et pas croyant, par dessus le marché, je ne couperai pas mon Mac en deux pour vous secourir. Car, en plus, ce serait idiot !
    À Brest, on doit pouvoir trouver un remplaçant. Il y a une FNAC…mon petit fils y a travaillé.

    • erwandekeramoal

      C’est l’intention qui compte disait mon aïeule… Je suis sur une piste pour le renouvellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).