Vous lisez actuellement les articles publié le août 8th, 2013

Page 1 de 1

Abbey road…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la littérature romanesque et du Picon-bière réunis, bonjour ! Ce matin du jeudi 8 août 2013 semble à peu près aussi grisailleux que l’était le soir du 7 sur cette pointe du Finistère offerte aux vents de la mer d’Iroise. Dans le calendrier républicain, c’est le jour de la carline, ne cherchez pas, c’est une espèce de sorte de genre de chardon qui n’a guère d’autre utilité que d’occuper le temps du préposé aux écritures du jardin des plantes. Aussi vais-je en profiter pour vous parler de Abbey Road ce qui, vous en conviendrez, n’a strictement rien à voir…

S’il fallait n’en choisir qu’un, beaucoup de fans des Beatles emporteraient sans doute Abbey Road sur une île déserte. En effet, cet DownloadedFile-1ultime enregistrement des Fab Four recèle un nombre incroyable de perles entrées dans l’histoire de la musique pop. A commencer par Come together, un hymne à la libération sexuelle composé par John Lennon, également auteur du planant I want you, très imprégné de sa muse Yoko Ono, et du sublime Because, une variation sur les premières notes de la Sonate au clair de lune de Beethoven. 

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Au-delà de l’aspect musical, ce disque est aussi devenu mythique grâce à sa pochette. Dire qu’il aurait pu s’intituler Everest, du nom de la BQn4ZLMCEAEexAC.jpg-largemarque de cigarettes que fumait l’ingénieur Geoff Emerick! Mais, plutôt que de s’envoler vers l’Himalaya, les Beatles ont préféré poser devant les studios d’EMI. Du coup, le disque s’est appelé Abbey Road, non sans ironie, car les Beatles n’appréciaient pas vraiment ces lieux austères. D’ailleurs, ce n’est qu’après son succès que les studios ont adopté le nom d’Abbey Road… Voici une photo des plus amusantes dans le style un quart d’heure avant JC ! 

 

Pour la pochette, Paul McCartney dessina un croquis du passage piéton situé devant la bâtisse géorgienne. Le 6 août 1969, le photographe Iain Macmillan se charge des six prises de vue. Trois aller-retour en quelques minutes, pendant que la police retient le trafic. imagesL’image N°5 deviendra une icône mondiale, maintes fois plagiée et qui suscita bien des théories fumeuses. Certains en effet y virent la «preuve» de la mort de McCartney, le seul à pieds nus, le seul à fumer une cigarette, le seul à contretemps… Seule certitude: Paul Cole, le touriste américain sur la droite de l’image, ne pensait pas se retrouver comme simple figurant sur l’une des images les plus connues du XXe siècle. Tout comme cette VW Coccinelle, que les Anglais appellent beetle. Sans doute un clin d’œil.

On peut imaginer que la petite dame à conseillé aux Beatles ne rester dans les clous… Etonnant, non ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.