Vous lisez actuellement les articles publié en août 2013

Page 1 de 4

Au trente et un du mois d’août…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de la perfide Albion (y-en a) et de la panse de brebis farcie réunies, bonjour ! Nous sommes le 31 du mois d’août, 14è jour de Fructidor dédié à la noix. A l’heure où vous lirez ce billet je dégusterai une Sagrès dans un bouge de l’Alfama bercé par les plaintes d’un Fado éternel. Mais, à propos de coque de noix, je ne pouvais pas laisser 56568121_p-150x150passer ce jour sans entonner avec vous cette chanson qui a accompagné tant de nos soirées quelque peu agitées. « Au 31 du mois d’août ». Celle-ci est d’autant plus intéressante qu’elle relate un fait historique. Il s’agit de la prise du  HMS KENT , bâtiment appartenant à sa très gracieuse majesté dont on voit ici une représentation, par un petit navire  La Confiance  commandée par Surcouf, corsaire Malouin.

Le 7 octobre 18OO (?), dans la baie du Bengal, le Kent, navire anglais de guerre face à La Confiance. A trois hommes contre un, deux canons pour deux, le Kent était sûr de vaincre. Surcouf, fin tacticien, réussit toutefois à donner à ses hommes le courage nécéssaire à la prise du 56504491_pKent. Soixante-dix anglais furent tués, dont le capitaine, et seuls (!) vingt hommes de Surcouf succombèrent. La légende nous a légué ce fameux dialogue:  Officier anglais : Nous, Anglais, nous nous battons pour l’honneur, et vous les Français, vous vous battez pour l’argent ! Robert Surcouf : Chacun se bat pour ce qui lui manque !  Cela ne l’a pas empêché de finir baron et armateur et porteur de la légion d’honneur. Il faut reconnaître qu’il n’a pas le profil de Long John Silver ou de Barberousse et qu’il fait davantage penser à un gras bourgeois de l’époque… En tous cas, un malouin malin :

Bon, allez, je poursuis ma balade au Portugal en compagnie de ma fiancée, je vous parie deux paquets d’Arielle Dombasle contre un paquet de mer à la pointe du raz que le soleil va revenir ! En attendant, portez vous bien et à demain peut-être

 

LE PETIT CHAT EST MORT…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis de l’underground et du cri de l’ormeau réunis, bonjour ! Nous sommes le vendredi 30 août 2013, treizième jour de Fructidor dédié à l‘épine-vinette. C’ est un arbuste épineux qui donne de petits fruits DownloadedFilerouges brillants. Pouvant atteindre 3 m de hauteur, il pousse sur des terrains ensoleillés, dans les haies ou les talus pierreux. En France et en Europe, vous pouvez le croiser lors de randonnées en montagne, et observer de mai à juillet ses fleurs jaunes en grappe. Attention, les baies qui apparaîtront à la fin de l’été, remplies de pépins, ne sont pas comestibles tout de suite ! Elles contiennent de la berbérine, qui les rend toxiques jusqu’à leur maturité… L’Iran est le principal producteur et consommateur des baies d’épine-vinette. Tout comme en Afghanistan, ces baies séchées y sont utilisées comme condiment, notamment pour le riz traditionnel (riz aux « zereshks », son nom persan).

Tout à fait autre chose.

Je cherchais une occasion pour ajouter à notre galerie de portraits celui de Robert CRUMB. Profitant de son anniversaire (30 aout 1943), je 67770204_pvous le propose aujourd’hui. Né à Philadelphie en Pennsylvanie, Robert Crumb plonge très tôt dans la bande dessinée, entraîné (forcé, même) par son grand frère Charles. Avec le plus jeune Maxon, les trois frères s’échappent ainsi dans un monde imaginaire loin des coups de leur père, ancien marine qui voudrait en faire les durs qu’ils ne sont absolument pas et une mère dépressive. Comme on a pu le voir dans le magnifique documentaire de Terry Zwiggof, Charles en grandissant devint un reclus, hanté par des fantasmes homosexuels et pédophiles. Jamais il n’a quitté le domicile parental et il a finit par se donner la mort en 1994. Maxon était dans le film un artiste-mendiant crève la dalle un peu taré. Sans doute en partie grâce au film et à la notoriété de son frère, il serait aujourd’hui un artiste crève la dalle un peu taré mais plus un mendiant.

Mieux adapté socialement que ses frères, Robert est tout de même un intello frustré, brimé par ses camarades de classe. Il épouse « la première venue », Dana Morgan et utilise son talent pour le dessin dans une fabrique de cartes de vœux. En 1967 il prend pour la première fois 67770244_pde l’acide avec sa femme et le couple déménage à San Francisco. Crumb commence à se faire un nom dans les milieux underground avec une multitude de BD autopubliées : Zap Comix, Big Ass Comics, Snatch, Mr Natural… Ces délires dessinés sous acide, pleins de sexe, de violence et de critique sociale à double tranchant deviennent sur un malentendu un emblème de la contre-culture hippie. Crumb lui même avoue n’avoir pas alors eu conscience du côté profondément satirique de son œuvre, trop défoncé qu’il était, mais une chose est sûre : Robert Crumb déteste le rock et les hippies. Il réalise un de ses travaux les plus célèbres à l’époque, la pochette de Cheap Thrills pour Big Brother and The Holding Company, groupe de Janis Joplin, mais il n’a jamais écouté que des vieux 78 tours de blues ou de jazz dont il s’est constitué une collection de classe mondiale au fil des ans.

Au cours des années 1970 les BD de Crumb deviennent de plus en plus noires, expérimentales et paranoïaques. Les drogues montrent leur 67770314_pcôté sombre, Crumb rencontre des problèmes financiers et supporte de moins en moins les hippies et leur amour. Son personnage Fritz The Cat est le héros d’un film à succès qu’il déteste, Dana Morgan aurait cédé les droits sans son accord. Crumb se vengera en tuant Fritz dans une de ses BD. Il fait la rencontre à San Francisco d’Aline Kominsky. Il dessine notamment avec elle la série « Dirty Laundry Comics ». Il abandonne les drogues et il épouse Kominsky en 1978. Ils ont une fille Sophie en 1981. Petit à petit, entre ses BD les plus délirantes, Crumb se met en scène, un misanthrope amoureux d’une vieille Amérique fantasmée, à sa place ni dans la culture ni dans la «contre-culture » moderne.

Dans les années 1980, Crumb contribue régulièrement au magazine Weirdo. La mutation amorcée dans les années 1970 est consommée, les fantaisies infantiles, masturbatoires et de mauvais goût sont DownloadedFile-1maintenant inséparables d’un contexte, celui de Crumb, auteur respecté (mais toujours pas respectable), mythe vivant de la BD alternative. Au début des années 1990, dégoûtés des USA, Aline et Robert déménagent avec leur fille dans le Sud de la France où ils ont acquis une maison en échange de six carnets de croquis de Crumb. Robert Crumb peut maintenant vivre confortablement grâce à la reconnaissance des milieux artistiques. Ses originaux s’échangent à prix d’or, de grand musées se constituent des collections « Crumb » et il dessine régulièrement des couvertures et des illustrations intérieures pour le New Yorker.

En 2009, il publie son premier travail de longue haleine, une adaptation de la Genèse en bande-dessinée. Paru chez Denoël graphics en France, La Genèse de Crumb figurera dans la sélection officielle du Festival d’Angoulême 2010. Sources: Bédéthèque -Fluctuat.net – (avant que le site ne soit racheté par le groupe Lagardère) Wikipédia.

Bon voila, ça s’est fait. Portez vous bien et à demain peut-être.

 

Ca sent le gaz, non ?

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de la bravitude et des plateaux de fruits de mer réunis, bonjour !  Nous sommes le jeudi 29 août 2013, douzième jour de Fructidor dédié au fenouil. Ah, l’été à La Rochelle ! Martine à la plage, Ségo DownloadedFile-1monte un bateau, François joue les gros bras, Montebourg est pris de court, un menuet pour Valls, Jean-Marc se démarque… Un vrai plaisir pour les éditorialistes en mal de titres et pour le peuple de gauche en attente d’un programme susceptible de mettre un terme aux abominations socialo-libérales et de renvoyer à la niche (fiscale) tous ces fossoyeurs du mieux vivre ensemble qui préfèrent taxer la limonade plutôt que la spéculation. Ecoutez ce petit bijou des « 4 barbus » – 1958 quand même…

 

Tout à fait autre chose:

Pendant ce temps, en Syrie, la boucherie reste ouverte. Et c’est peu dire qu’il y a du gaz dans l’air. Selon un média algérien, Al Khabar, la Russie aurait produit, lors de la réunion en urgence du Conseil de Sécurité DownloadedFile-2portant sur le massacre d’Al Ghouta, des images satellites montrant que 2 missiles chimiques auraient été tirés depuis une position rebelle. Déjà au mois de mai, l’ex procureur Carla del Ponte avait affirmé que l’utilisation de gaz toxique était imputable aux rebelles. Néanmoins, l’empire et ses accolytes continuent d’affirmer que c’est le méchant Bachar qui fait rien que tuer son propre peuple. Mais pourquoi ? La réponse s’appelle Nabucco… Il s’agit de faciliter l’extraction de gaz au Qatar pour tenter de couvrir la demande européenne et de réduire l’impact de la dépendance de l’Europe envers le gaz russe. L’impossibilité du transport du gaz du Qatar vers l’Europe par gazoduc, a rendu nécessaire de liquéfier le gaz malgré le coût élevé de cette opération. La Syrie a refusé le passage d’un tel gazoduc puisque Qatar imposait d’y transporter du gaz israélien. Cette position stratégique syrienne restera en rigueur tant que le problème palestinien ne sera pas réglé. sources

Le projet initial Nabucco était un gazoduc  reliant l’Iran et les pays de laTranscaucasie à l’Europe centrale. Soutenu par l’Union européenne (UE), il permettrait, dès 2017, de diversifier les sources 300px-Nabucco_Gas_Pipeline-fr.svgd’approvisionnement énergétique de l’Europe, notamment d’un pays comme la Hongrie, qui dépend à 80 % du gaz russe. D’une longueur de 3300 km, il aurait une capacité maximale de 31 milliards de mêtres cube de gaz.  Sa position au cœur de la Turquie permet au gazoduc d’être éventuellement relié, à terme, aux réseaux de transport syrien et surtout irakien. Un accord intergouvernemental entre la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et l’Autriche a été signé le 13 juillet 2009. Nabucco est en concurrence directe avec le projet South-Stream, un gazoduc qui devrait être construit par le consortium de Gazprom  (Russie) sources                  Le Qatar ne fait pas que financer le PSG, il est aussi le principal soutien des « rebelles » syriens…

Bon ben dites moi, madame Michu, c’est pas un peu trop sérieux ça pour une fin d’été. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

C’est la saint Augustin…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, PORTRAIT

Amis de l’internationalisme et de la soupe aux choux réunis, bonjour! Je profite de ce mercredi 28 août 2013, jour de la saint Augustin et aussi 11è jour de fructidor dédié à la pastèque, pour évoquer une grande figure de l’anarchisme international, n’y voyez aucune allusion. Evoquer Augustin SOUCHY, c’est s’atteler à couvrir 75 ans de révolutions dans le monde. Doyen des anarchistes allemands, il s’est éteint le 1er janvier 1984 à Munich où il avait décidé de s’établir en 1966 après des périples nombreux et périlleux à travers le monde. Il nait en 1892, le 28 août, non loin de la frontière Russo-Polonaise, et quelques années plus tard, c’est tout naturellement que sa famille accueille les ennemis du tsarisme lors de la première révolution russe de 1905.

Augustin SOUCHY écoute les récits des fuyards et rêve de révolution. Il poursuit des études de laborantin à Berlin où il rencontre E. Bernstein, Karl Liebknecht, Clara Zetkin. Il lit Gustav LANDAUER, Pierre RAMUS. 67682111_pLe soir, il fréquente les bibliothèques. Militant socialiste et pacifiste, il est emprisonné une première fois le 18 mai 1911, journée du souvenir des morts de 1848. Quand éclate le premier conflit mondial, il est à Vienne. Il est antimilitariste et participe au groupe Befreiung. Il est arrêté, on l’attache à un autre prisonnier et on lui accroche une pancarte sur laquelle on lit: « Attention: Anarchiste ! ». Insoumis, il refuse de participer au carnage et s’exile en Suède où il entreprend d’approfondir les idées libertaires. La prise du Palais d’Hiver en 1917 redonne espoir à toute une génération de révolutionnaires. Il rejoint les rangs des anarcho-syndicalistes et collabore au journal « Der Syndikalist ». Il est en Russie en 1920 pour participer, sur invitation de Lénine, au second congrès de la IIIe Internationale. Augustin SOUCHY flaire la magouille marxiste et déconseille à ses camarades la collaboration avec le Komintern. Il connaît le sort réservé aux opposants au régime bolchévique. Lors de ce séjour russe, il rencontre Pierre KROPOTKINE, Alexandre BERKMAN et Emma GOLDMAN.

On le retrouve à Paris, le 20 mai 1921, devant le Mur des Fédérés, pour la commémoration du 50e anniversaire de l’écrasement de la 67682187_pCommune. Il entreprend ensuite une série de voyages en Amérique du Sud pour nouer des contacts avec les organisations proches et amies sur ce continent. Séjour de plusieurs mois en Argentine. Participe au congrès des anarcho-syndicalistes latino-américains à Buenos-Aires ; conférences en Argentine et en Uruguay. Il est à Berlin quand Hitler prend le pouvoir. Augustin SOUCHY se réfugie à Paris où les exilés politiques allemands sont nombreux. Il se rapproche de Louis LECOIN, et gagne sa pitance en tant que journaliste indépendant.

1936, l’Espagne offre un terrain de mise en pratique d’idéal longtemps rêvé. Augustin SOUCHY arrive quelques jours avant la tentative du putsch de Franco à Barcelone. Il a la quarantaine, n’a jamais été soldat, se bat aux côtés des anarchistes. A la veille de l’écrasement du 67682229_pmouvement par la coalition fasciste internationale, il regagne la France. Là, sous le coup des lois xénophobes, il est interné dans les camps de Marolles, puis Audierne (Bretagne), d’où il s’évade à l’approche des troupes allemandes. Augustin SOUCHY réussit à gagner Marseille et croise sur sa route VOLINE, misérable et tout à l’écriture de « La Révolution inconnue » (qui raconte l’histoire de la révolution makhnoviste en Ukraine qui a duré de 1918 à 1921).

Il s’embarque pour le Mexique via Casablanca qui accueille alors les réfugiés de la guerre d’Espagne. Septuagénaire, Augustin SOUCHY 67682261_pvivra encore 20 ans. Il suit de près les mouvements sociaux, en particulier la révolution de 1975 au Portugal. Il écrit, participe à des débats. Son livre « Nacht über Spanien » (Nuit sur l’Espagne), paru en 1955, est réédité dans les années 70. Un lectorat jeune et ouvert aux idées libertaires se l’arrache. Il se sert des médias comme tribune pour défendre l’humanisme libertaire et les idées forces de l’anarchisme. En 1977 paraissent ses mémoires: « Vorsicht: Anarchist ! -Ein Leben für die Freiheit » (Attention: anarchiste ! – Une vie pour la liberté - Presque aveugle, il meurt de vieillesse le jour de l’an. « Direkte Aktion » lui consacre un long article pour « rendre hommage à un compagnon et un grand humaniste qui ne s’est agenouillé ni devant les dieux, ni devant les pouvoirs ».

Sources :Martine REMON. Sur le site Anarchie 23

Voilà un portrait de plus pour notre galerie. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Souriez, vous êtes photographiés…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, ,

Amis de la liberté de circulation et du far aux pruneaux réunis, bonjour !    Nous sommes le mardi 27 août 2013, dixième jour de Fructidor dédié à l’échelle.

Peut-être avez-vous remarqué sur les routes de vos vacances des nouveaux portiques surplombant les réseaux routiers et autoroutiers (sauf celui de Guiclan, RN 12, que les paysans ont jeté à terre). Il ne s’agit pas de nouveau radar mais du système qui permet de collecter la « taxe poids lourds » (TPL) ou écotaxe. Cette taxe concernera les imagesvéhicules de transport de marchandises de plus de 3,5 tonnes, français et étrangers, circulant en France.  Le dispositif, validé par le Conseil Constitutionnel  a débuté l’enregistrement des véhicules le 19 juillet. Cet enregistrement permet la constitution d’un fichier détenu par l’administration des Douanes et Droits Indirects comprenant un grand nombre d’informations sur les véhicules (arrêté du 04 juillet 2013)  autorisant la création d’un traitement automatisé dénommé « taxe poids lourds ») dont le numéro et pays d’immatriculation du véhicule, les points de géolocalisation associés (positions) et les images associées faisant apparaître la totalité de la cabine du véhicule, sa plaque d’immatriculation et le nombre d’essieux. Je sens que je vais encore être traité de gauchiste. Je laisse donc Caussimon répondre à ma place:

Vous me direz cela ne vous concerne pas, vous roulez en véhicule léger et n’êtes donc pas concerné par la TPL … Et bien justement la CNIL (commission nationale informatique et liberté) relève que « tous les véhicules sont photographiés par le dispositif de contrôle automatique, qu’ils soient ou non assujettis à la taxe (notamment les véhicules légers) et qu’ils circulent sur le réseau taxable ou non taxable (pour les images-3portiques installés aux frontières)« . (délibération N° 2013-038 du 14 février 2013) portant avis sur un projet d’arrêté autorisant la création par le ministère de l’économie et des finances d’un traitement automatisé dénommé « taxe poids lourds » (TPL).  Elle relève donc que ceci conduit à la « collecte d’une grande quantité d’information non justifiée par rapport à la finalité poursuivie« . En réponse, le ministère a indiqué « qu’il n’était plus, à ce stade, possible de modifier le dispositif technique et qu’il n’était pas techniquement envisageable de déclencher le dispositif de reconnaissance de forme avant la prise de photographies« . Dans sa délibération, la commission mentionne qu’elle « ne peut que regretter que la contrainte d’une solution technique permettant d’éviter la collecte d’une grande quantité de données non pertinentes n’ait pas été introduite par le ministère au stade de la conception du système. Elle ne peut donc considérer que les données collectées sont adéquates, pertinentes et non excessives. A tout le moins, des mesures de suppression immédiate des données non pertinentes doivent en conséquence être mises à l’étude. » sources

En attendant, souriez, vous êtes photographiés… Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

MON POTE LE GITAN…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

, , ,

Amis de la liberté (sans adjectif) et de la réglisse (sans adjuvant) réunies, bonjour ! Oui, je vous rappelle que nous sommes le lundi  26 août 2013, neuvième jour de fructidor, journée consacrée à la réglisse images-1qui est comme chacun le sait tout à fait indiquée dans la lutte contre le mauvais cholestérol. Ça c’est pour ceux qui aurait fait quelques excès durant l’été. A présent, quelques réflexions sur le monde tel qu’il va et le PS tel qu’il est. Pendant les universités d’été, les expulsions, les démantèlement des camps, tout cela continue et c’est trop grave pour qu’on puisse faire semblant de ne rien voir. Voici une évocation du monde Gitan par Kusturica pour ne pas oublier, à travers un extrait de son film « le temps des gitans ».

Qui se souvient que les Tziganes ont été victimes d’un génocide durant la deuxième guerre mondiale. Pour eux, c’était le triangle noir des images-3asociaux. Henriette ASSEO, spécialiste du monde Tzigane, nous explique que le génocide à concerné sans doute entre 350 000 et 600 000 d’entre eux. Aujourd’hui, les cathos essaient de se refaire une virginité en dénonçant le sort réservé aux migrants. Même Boutin en son temps y était allé de sa menace: « Si ça continue…Faut qu’ça cesse, sinon, j’m'en va quitter l’UMP » et Galouzeau lui, y allait de son couplet lyrique « … une tache sur le drapeau de la France » et le curé, et l’évêque et même et oui…Sa très grandiose Sainteté monsieur le Pape en personne. Chez ces gens là, on a du coeur, madame Michu !

Hélas, dans la même famille politique de sinistres relents franchouillards abreuvent nos sillons (Le député maire de Cholet qui semble regretter que Hitler n’en ait pas tué assez; le maire de Nice qui matamore) alors qu’à gôche le tartarin de la rue de Grenelle envoie sesimages sbires bouter cette engeance hors de nos villes. Je vous recommande la lecture du livre de Xavier Rothéa épuisé je crois mais mis en ligne dorénavant France, pays des droits des Roms ? Gitans, “Bohémiens”, “gens du voyage”, Tsiganes… face aux pouvoirs publics depuis le 19e siècle. Le terme “gens du voyage” est une création du législateur français, utilisé pour remplacer celui de “nomade” après 1978. Ce terme sert de façade hypocrite à la désignation d’une minorité présente depuis au moins six siècles sur le territoire français : les Roms. Ceux-ci sont plus connus sous des dénominations exogènes telles que Tsiganes, Gitans, Bohémiens ou endogènes telles que Manouches, Sinti, Kalé, Rroms ou encore Roms. Ce dernier terme est de plus en plus employé, notamment par les militants des mouvements d’émancipation des Roms, pour désigner l’ensemble des ces populations, de manière à faire valoir leur unité culturelle et historique.

Bon et bien on commence bien la semaine. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

ISABELLE…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis des printemps libérateurs et des moules marinières réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 25 août 2013, huitième jour de DownloadedFile-1Fructidor dédié à l’Apocyn… Et comme dirait Corsico: à l’Apocyn, nul n’est tenu ! Les savants l’appellent l’asclépiade de Syrie et le petit peuple la nomme l’herbe aux perruches. C’est une plante toxique, consommée par la chenille du papillon Monarque qui devient lui-même toxique grâce à elle (chenille et adulte), ce qui lui permet d’échapper à de nombreux prédateurs. Et si les armes chimiques utilisée en Syrie étaient confectionnées à base d’Asclépiade ? C’est quand même plus poétique que le gaz Sarin…

Tout à fait autre chose: Vous rappelez vous de Ricet Barrier ?

Ricet Barrier est un auteur-compositeur-interprète humoristique. Il est principalement connu à travers les interprétations que les Frères Jacques ont donné de nombre de ses chansons (Dolly 25, les 56324364_pSpermatozoïdes, La marchande de poissons…). Il a eu un collaborateur de longue date, Bernard Lelou (né Georges Weil). Ils ont travaillé étroitement tant au niveau des paroles que de la musique jusqu’à la mort de celui-ci en 1990. Ricet Barrier a interprété des chansons pour plusieurs émissions télévisées enfantines telles que l’ours Colargol, Saturnin le canard (dont il est co-auteur des dialogues et a aussi prêté sa voix au personnage de Saturnin) et la série  Barbapapa (dont il est le narrateur et la voix unique de la première série). On lui doit également avec son trio vocal la résurrection d’une belle chanson française ancienne, Belle qui tiens ma vie, chantée a capella. Grand Prix de l’Académie du disque en 1958, pour son premier album.

Bon, c’est encore l’été, on peut rigoler; quand bien même, les clowneries des universités d’été ne font plus rire personne depuis longtemps. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Leo Ferre. What else !

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de la méditation transcendantale et du pain perdu réunis, bonjour ! Nous sommes le samedi 24 août 2013, septième jour de Fructidor dédié au sucrion. C’est une des aberrations du calendrier républicain car le quatrième jour de Fructidor est lui, dédié à l’escourgeon qui sont en fait la même plante… Difficile pour « les cénobites » de ne pas saluer le jour anniversaire de la naissance du grand Léo.

Le 24 août 1916, naissance de Léo FERRÉ à Monaco. Poète, anarchiste, auteur-compositeur-interprète de chansons et écrivain. Il naît DownloadedFiledans une famille aisée et très jeune se passionne pour la musique. A 9 ans, ses parents le placent en pension dans un collège religieux à Bodighera en Italie; il y passera 8 ans (lire « Benoît Misère ») et découvrira à 14 ans le mot « anarchie » dans les pages d’un dictionnaire. En 1935, il arrive à Paris pour y étudier le droit. Lorsque la guerre éclate, il est mobilisé jusqu’en août 40. De retour à Monaco, il commence à composer. En février 1941, il se produit pour la première fois en public. En 1946, il retourne à Paris, où commence véritablement sa vie d’artiste. Il se produit dans des cabarets, il y rencontre Jean-Roger Caussimon, rencontre fertile en amitiés et en créations. Mais le succès tarde à venir et sa compagne le quitte, écoutez La vie d’artiste.

Edith Piaf lui vient en aide en interprètant une de ses chansons « Les Amants de Paris ». En juin 1950, il enregistre son premier disque (78t). En 1952, Catherine Sauvage enregistre sa chanson « Paris-Canaille » qui devient rapidement un succès national. Léo est véritablement lancé. imagesEn mars 1955, il est en vedette à l’Olympia. Dès lors tout va très vite, il adapte les textes des poètes, Rimbaud, Verlaine, Aragon, Baudelaire. Le succès est au rendez-vous et l’argent aussi. Mais en 1961, il est victime de la censure, un de ses albums est pilonné: « Mon général », « Regardez-les », etc. Dès lors ses chansons se font plus engagées: en 1964, c’est « Franco la muerte », mais aussi « Ni Dieu ni Maître ». Début 1968, il collabore au « Monde libertaire » (qu’il aidera ensuite par des galas de soutien comme ce 10 mai 68) et à la revue « La Rue ». En 1969, il enregistre son spectacle à Bobino, puis part s’installer en Toscane (Italie). Sa carrière et son succès se poursuivront au delà des frontières, mais il continuera de soutenir « Le Monde libertaire », « Radio Libertaire » et le « Théâtre Libertaire de Paris ». Malade, il meurt en Toscane le 14 juillet 1993.

« Cette parole d’Evangile

Qui fait plier les imbéciles

Et qui met dans l’horreur civile

De la noblesse et puis du style

Ce cri qui n’a pas la rosette

Cette parole de prophète

Je la revendique et vous souhaite NI DIEU NI MAITRE. » 

Et bien, moi aussi. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

RIP Marian McPartland…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis du romantisme et du tournedos Rossini réunis, bonjour ! Et bien voilà, je n’ai pas vu le temps passer et nous sommes le vendredi 23 août 2013, 6è jour de fructidor dédié à la tubéreuse. En Italie, on interdisait aux jeunes filles de se promener le soir dans les jardins où poussait la tubéreuse, car elles n’auraient pas su résister aux jeunes gens, eux-mêmes grisés par son parfum érotique. Quel dommage !

Nous apprenons la disparition d’une véritable légende du jazz, Marian McPartland à l’âge de 95 ans et après une carrière de soixante ans.  D’origine anglaise, Marian Mc Partland, qui est aussi connue pour avoir animé pendant trente ans son émission article_Marian_McPartland-1«Piano Jazz» sur une radio populaire américaine, National Public Radio (NPR), est morte mardi soir dans sa maison de Long Island, à New York, a indiqué Concord Music Group. Epouse divorcée puis remariée du musicien Jimmy McPartland, elle a enregistré plus de cinquante albums et a été récompensée par de nombreux prix.

Dans son émission de radio, elle a interviewé pratiquement tous les majors du jazz de l’après Seconde guerre mondiale, selon NPR. Elle a raconté à la radio en 2005 que sa passion pour la musique avait commencé très tôt, quand elle était petite, après avoir entendu sa mère jouer du piano. «A partir de ce moment, je ne me rappelle pas quand je n’ai pas joué du piano, j’en jouais jour et nuit, partout où je me trouvais», a-t-elle dit. «Chez ma tante, au jardin d’enfant, partout où il y avait un piano, j’en jouais», a raconté la pianiste, qui est décédée d’un arrêt cardiaque.

Voilà pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

Henri Cartier-Bresson

Posté par erwandekeramoal dans Non classé, PORTRAIT

Amis de l’argentique et du mouton de prés salés réunis, bonjour ! Nous sommes le jeudi 22 août 2013, 5è jour de Fructidor dédié au saumon dans notre fameux calendrier républicain. Pourquoi le saumon ? Je n’en sais fichtrement rien. Ils auraient pu choisir la truite vagabonde ou encore le gardon frétillant, l’ablette rigolote, ou la muette carpe; et bien non, ce fut le saumon…

On sait trop peu que le grand photographe Henri Cartier-Bresson ne cachait pas ses sympathies pour les idées libertaires. Rendons lui un petit hommage en ce jour anniversaire. Le 22 août 1908, naissance de Henri CARTIER-BRESSON, à Chanteloup (Seine-et-Marne) France. L’un des plus grands photographes du siècle et aussi un anarchiste de coeur qui ne cesse d’invoquer le plus célèbre révolté: Bakounine. Sa prisonnier_revolte-195x300famille, propriétaire d’une manufacture de coton à Pantin, essaye sans succès de lui transmettre une éducation bourgeoise et chrétienne. « Jamais! jamais! je n’ai eu la foi. C’était impossible (…) » Très jeune révolté, il refuse l’esprit de compétition du sport et se passionne pour la peinture, ce qui l’amène à fréquenter les surréalistes. Mais il abandonne la peinture et part à la découverte du monde avec un « Leïca ». En 1932, ses premières photographies sont nées à New York. En 1934, il part un an au Mexique où il témoigne de la vie dans les quartiers pauvres de Mexico.( La photo de droite est prise dans la prison de Leesbury aux Etats-Unis en 1975 ). En 1935, il est aux Etats-Unis où il s’initie au cinéma. En 1936-39, il est de retour en France et travaille comme assistant de Jean Renoir. En 1937, il réalise durant la révolution espagnole un documentaire sur les hôpitaux républicains « Victoire de la vie ». En 1940, il est emprisonné par les Allemands mais il parvient à s’évader en 1943 (après deux tentatives infructueuses), il prend alors part à une organisation DownloadedFile4clandestine d’aide aux prisonniers. Il photographie ensuite la libération de Paris puis retourne aux USA. En 1947, il fonde avec Robert Capa, David Seymour et Georges Rodger l’agence coopérative « Magnum Photos » qui deviendra la prestigieuse agence que l’on sait. De 1948 à 50, il séjourne en Inde, en Birmanie, en Chine (durant les 6 premiers mois de la Chine populaire), puis en Indonésie (lors de l’indépendance). En 1954, il est le premier photographe occidental à se rendre en Russie. En 1960, il est à Cuba puis au Mexique, etc. En 1966, il quitte l’agence Magnum mais poursuit la photographie et les éditions. En 1974, il abandonne les reportages photos pour se consacrer au dessin. Le 1er mai 2000, il participe avec un recueil de photos « Vers un autre futur, un regard libertaire » aux manifestations de la CNT française. En mai 2003, est créée à Paris la Fondation HCB.

Le 3 août 2004, cet anarchiste empreint de philosophie bouddhiste et d’humanisme s’éteint chez lui à Céreste. « L’anarchie c’est une éthique avant tout. Une éthique d’homme libre. Relisez Bakounine ». «  Dans un monde qui s’écroule sous le poids de la rentabilité, envahi par les sirènes ravageuses de la Techno-science, la voracité du pouvoir, par la mondialisation -nouvel esclavage- au delà de tout cela, l’Amitié, l’Amour existent. » Sources:Ephéméride Anarchiste

Allez, en attendant la rentrée, portez vous bien et à demain peut-être.