Vous lisez actuellement les articles publié le juillet 18th, 2013

Page 1 de 1

Par tous les saints…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis du petit patrimoine et du riz au lait réunis, bonjour ! Nous sommes le jeudi 66596129_p18 juillet 2013 c’est à dire le 30è et dernier jour de Messidor et c’est le jour de la chalemie. Il s’agit d’un ancêtre de la bombarde et du hautbois que l’on jouait généralement accompagné d’une cornemuse.

Tiens, justement, en Bretagne c’est la saint Tivizio, qui a laissé son nom à Landivisiau. Si vous passez dans le coin vous pouvez admirer une très jolie fontaine qui lui est dédié. A 50 m de l’église, la ruelle Saint-Thivisiau, à droite de la place, débouche sur la fontaine de dévotion. A la tête de la fontaine 10 panneaux sculptés en kersantite* de style gothique sont encastrés dans le mur et on peut les admirer de près. Mais ils gardent le secret de leur origine. L’un 66596138_preprésente un ange tenant un écusson pour la moitié Tournemine et l’hypothèse que l’on rencontre le plus couramment est celle de fragments provenant du tombeau de François de Tournemine, seigneur de Coatmeur et de sa femme
Renée de Saint-Amadour et datant du XVIème. Sur les autres on y voit des moines et des nonnes en prière.

*La kersantite, souvent confondue avec le granite, est la seule roche qui ait un nom d’origine bretonne. En effet le nom de kersantite vient du village de Kersanton, village proche de Brest où cette roche était exploitée jusqu’à une époque très récente. Elle était blason-300x217utilisée pour la fabrication de nombreuses sculptures et en particulier des croix, des calvaires, des statues religieuses, des pierres tombales, des monuments aux morts. La « Cour à Bruslé » est le nom que donnent les habitants du quartier à la maison construite par le maître-serrurier Charles Bruslé. Située dans le quartier de Recouvrance, à Brest, cette demeure a été bâtie en 1759, comme l’indique le blason en kersantite visible au dessus de la porte et où trônent l’équerre et le compas. 

Saint Tivizio était très sollicité autrefois, les mères recommandaient leurs bébés au saint patron réputé agir contre le rachitisme: ou elles déposaient quelques vêtements de l’enfant ou elles habillaient la statue d’habits neufs. Les jeunes gens venaient consulter le saint pour leur mariage: une épingle en bois retirée discrètement du corsage de la jeune fille et jetée dans la fontaine indiquait si la fiancée était vertueuse.

Allez, merci encore de vos visites répétées, portez vous bien et à demain peut-être.