Vous lisez actuellement les articles publié en mai 2013

Page 2 de 4

Ca branle dans le manche…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE


Amis du bas de laine et de l’armoire normande réunis, bonjour ! Mon petit calendrier républicain m’indique que le 21 mai, deuxième jour de Prairial, est64853403_p généralement dédié à l’Hémérocalle. Avouez que c’est une chance, Fabre d’Eglantine, l’un de ses inspirateurs, aurait pu choisir le pissenlit ou le coquelicot et bien non. Le choix s’est porté sur l’hémérocalle mais je serai bien ennuyé s’il fallait vous dire pourquoi. Outre le fait qu’il s’agit d’une très jolie fleur et que certains cuisiniers téméraires la mélangent à leurs salades, je n’ai pas la moindre idée de ce qui a présidé à un tel choix.

Le 21 mai 1871 à Paris débute ce que l’histoire retiendra sous le nom de semaine sanglante. Les Versaillais, après s’être emparé des forts, entrent dans luce_communeParis par la porte de Saint-Cloud. Une répression terrible commence. Les massacres et exécutions sommaires feront entre 20 000 et 35 000 morts. Le 28 mai 1871, au terme d’une Semaine sanglante, la Commune de Paris n’existe plus… Dix semaines plus tôt, le 18 mars, des Parisiens humiliés par la défaite de leur pays face aux Prussiens, s’en étaient pris aux troupes gouvernementales. Le chef du pouvoir exécutif, Adolphe Thiers, avait déserté sur le champ Paris pour Versailles. Un mouvement insurrectionnel improvisé avait alors assumé le pouvoir dans la capitale sous le nom de «Commune de Paris».

Mais dès la signature du traité de paix avec l’Allemagne, le 10 mai, Adolphe Thiers obtient de l’occupant prussien la libération anticipée de 60.000 soldats. Il lance aussitôt contre la capitale 130.000 hommes, dont les anciens prisonniers felix-vallotton-le-muret beaucoup des campagnards recrutés et formés à la hâte. L’assaut commence le 21 mai, dans le quartier du Point du Jour, à Boulogne. Les Versaillais ont en face d’eux une dizaine de milliers de fédérés déterminés. Ils doivent conquérir les barricades l’une après l’autre.( à droite émouvante gravure de Félix Valloton évoquant le mur des fédérés au père lachaise)

 

Les combats de rue feront au total 4.000 tués (877 du côté des troupes versaillaises). S’ajoutent à ce bilan les victimes de la répression car, à l’arrière, des liquidateurs tuent méthodiquement les suspects. Une vingtaine de «cours prévôtales» jugent hâtivement les hommes et les femmes pris les armes à la main et les font fusiller sur place. Les Communards ripostent en faisant fusiller imagesenviron 80 otages. Ils allument aussi des foyers d’incendie. Du fait de ceux-ci et des bombardements, plusieurs monuments illustres partent en fumée. Parmi eux le palais des Tuileries, l’Hôtel de Ville hérité de la Renaissance, le Palais-Royal et le palais d’Orsay… Le bilan total de la Semaine sanglante est d’environ 20.000 victimes, sans compter 38.000 arrestations. C’est à peu près autant que la guillotine sous la Révolution. À cela s’ajoutent les sanctions judiciaires. Les tribunaux prononceront jusqu’en 1877 un total d’environ 50.000 jugements. Il y aura quelques condamnations à mort et près de 10.000 déportations (parmi les déportées qui rejoindront les bagnes de Nouvelle-Calédonie figure une célèbre institutrice révolutionnaire, Louise Michel). L’amnistie (pardon et oubli) ne viendra qu’en 1879 et 1880. Sources

Allez, souviens toi, Nicolas, la Commune n’est pas morte. En attendant le temps de cerises, portez vous bien et à demain peut-être.

Les montagnards sont là…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis des calendes grecques et du far breton (pléonasme) réunis, bonjour !

Nous sommes le lundi 20 mai 2013 qui correspond au premier jour de imagesPrairial du calendrier républicain. Ce jour était officiellement déclaré celui de la Luzerne. J’ai encore en tête ce 45t de Joe Dassin « Quand on s’aime dans la luzerne » (1970) mais ça c’est une autre histoire.                                                   Bon, force est de constater que les dames du calendrier républicain sont plus « gironde » que celles du calendrier Pirelli. En vérité, ce premier Prairial de l’an III restera une date de triste mémoire comme tant d’autres durant cette période agitée. Oyez l’histoire de ceux là que l’histoire désignera comme les derniers Montagnards.    

Exacerbée par la crise sociale, la famine et le chômage, exaltée par la répression et la persécution menées contre les militants sectionnaires à la suite des journées de germinal an III, une foule de femmes et images-2d’hommes envahit la salle de la Convention le 1er prairial an III (20 mai 1795) et réclame « du pain et la Constitution de 1793 » jamais appliquée. Quelques députés de la « Crête », la minorité montagnarde, appuient et organisent les revendications des insurgés. Mais Boissy d’Anglas alors président de la Convention résiste passivement aux injonctions et refuse de signer les décrets que les députés montagnards images-1lui présentent. Finalement, la Convention est délivrée dans la nuit par la garde nationale, et les insurgés se retirent sur des promesses qui ne seront jamais tenues. Quelques jours plus tard la répression judiciaire
se met en place, et six des députés montagnards ayant participé à l’insurrection sont condamnés à mort. Ces derniers se poignardent au sortir du tribunal : Romme, Goujon et Duquesnoy tombent morts, Bourbotte, Duroy et Soubrany seront achevés par la guillotine. Ce sont les « martyrs de prairial » ici représentés par Ronot presque un siècle plus tard. (1882). Sources: Pascal Dupuy – L’histoire par l’image.

Ce distinguo entre la Plaine et la Montagne ne date pourtant pas de la révolution française. On en trouve la trace dès l’antiquité et notamment dans cet ouvrage de Plutarque La vie de Solon: « les habitants de la 220px-Solonmontagne soutenaient avec force la démocratie, ceux de la plaine l’oligarchie ; les habitants de la côte formaient un troisième parti, favorable à une forme de gouvernement intermédiaire… ». Solon, n’était pas un Hobbit mais un législateur Athénien, il est considéré par beaucoup comme ayant instauré la démocratie; il fait partie des sept sages de la Grèce. Aujourd’hui, semble t-il, en politique, il est de bon ton de ne pas tenir ses promesses. Celles là même qui n’engagent que ceux qui les écoute disait Henri Queuille, (président du Conseil sous la IVè). Et ce cher vieux Machiavel ajoutait: Un prince bien avisé ne doit point accomplir sa promesse lorsque cet accomplissement lui serait nuisible, et que les raisons qui l’ont déterminé à promettre n’existent plus : tel est le précepte à donner.

En attendant qu’on rase gratis, portez vous bien et à demain peut-être.

 

 

 

 

ZANT ERWAN…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de quadrature du cercle et du carré de porc réunis, bonjour ! Nous sommes donc le dimanche 19 mai 2013, Zant Erwan evel just, mais c’est aussi, je sais que vous l’attendez, le 30 de Floréal, jour habituellement consacré à la houlette.(Le premier qui dit houlette russe est à l’amende).

La houlette donc est ce fameux baton de berger (pas le saucisson) appelé aussi crosse. D’ailleurs il est symbolisé par la crosse que porte les évêques pour rappeler qu’ils sont pâtres au milieu de leur troupeau. Ce qui a donné naissance au fameux cri de53216393_p rassemblement des anti mariage pour tous: « des pâtres, des pâtres, oui mais des… ». Dans les films Etatsuniens, lors des obsèques du héros, on entend souvent: « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi, ta houlette et ton bâton me rassurent. » (Livre 19. Psaume 23:4). Etonnant non !                                                     C’est encore, et depuis plus longtemps, le Heq que porte Osiris accompagné du fouet. Expliquez moi pourquoi les républicains ont jugé bon de le mettre dans leur calendrier… Toujours est-il que l’expression est restée dans le langage populaire: Telle activité se déroule sous la houlette de… Mais, n’en profitez pas pour confondre l’égide et la houlette. Par exemple, l’intervention des occidentaux en Afghanistan s’est déroulée sous l’égide de l’ONU mais sous la houlette de l’OTAN.

Tiens, on me dit que c’était hier où avant-hier, la journée internationale contre 64795110_pl’homophobie (rien à voir avec la peur de la grande lessive). Belle occasion pour se souvenir de ce militant infatigable qu’était Daniel Guérin, lui qui ne s’est jamais trompé de combat. Il était né un 19 mai en 1904 à Paris. Je ne sais pas ce qu’il penserait de la toute nouvelle loi relative au mariage pour tous… Dédions lui ce poème de Verlaine:

 

J’allais par des chemins perfides,
Douloureusement incertain.
Vos chères mains furent mes guides.         DownloadedFile
Si pâle à l’horizon lointain
Luisait un faible espoir d’aurore ;
Votre regard fut le matin.
Nul bruit, sinon son pas sonore,
N’encourageait le voyageur.
Votre voix me dit :  » Marche encore !  »
Mon coeur craintif, mon sombre coeur
Pleurait, seul, sur la triste voie ;
L’amour, délicieux vainqueur,
Nous a réunis dans la joie.

 

Allez, passez un bon dimanche, et repassez demain, c’est ouvert tous les jours.

 

La Zumbavotte…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la métempsychose et de la bouillie d’avoine réunies, bonjour ! Nous sommes le samedi 18 mai 2013, 29è jour de Floréal dédié au Sénevé.  Si vous 392890_10151362560098807_1828419345_n-212x300n’avez pas encore bouclé votre programmation du wikande, n’hésitez plus et prenez la route de Douarnenez.

La Vie en Reuz.2. Douarnenez la festive récidive! Pour le temps d’un week-end, le reuz, cette fièvre locale qui se transmet par le sourire, le rire et le grand n’importe quoi,
envahit le port et les rues au son des musiques d’ici et de partout. Place aux comédiens, aux musiciens et à une armée de bénévoles prêts à porter haut les couleurs d’une culture subversive et populaire! Laissez-vous porter au son d’une musique grisante et entêtante qui saura vous faire voir… La Vie en Reuz! je glisse ici, à nouveau, l’explication de texte par Gérard Alle: « A Douarnenez, on aime faire la fête. La réputation de la cité sardinière n’est plus à faire… elle est FÊTE ! Et si la sardine fait la tête, se fait plus discrète, si les bateaux de pêche se font plus rares, si c’est le boulot qui trinque, plutôt que se morfondre, le Douarneniste préfèrera toujours lever le coude que baisser les bras… ».

 

 

Cette vidéo, qui fait le buzz sur les réseaux sociaux comme on dit, est là pour vous permettre de répéter avant la fête. La Zumbavotte fera le tube de l’été, c’est sûr. Tous les spectacles sont gratuits et tous publics.

Allez, à ce soir sur le port et à plus dans l’bus !

 

Les banksters se portent bien…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’hypallage* et du kouign amann réunis, bonjour !

Avez vous noté que nous sommes déjà le vendredi 17 mai 2013, 28è jour de Floréal et, je ne vous le cacherai pas plus longtemps, c’est le jour de la Buglosse… Plante herbacée de la famille des Boraginaceae ce qui, vous l’avouerez n’est pas commun. Cela fait partie des mystères du calendrierimages-1 républicain qui reste pour moi source d’émerveillement autant que les noms donnés aux figures de rhétorique tel l’hypallage. Les latins en étaient friands et Virgile en faisait fort usage. Mais des poètes modernes aussi, comme Prévert, à qui l’on doit: un vieillard en or avec une montre en deuil. Bel exemple d’hypallage qui consiste à attribuer à un mot ce qui convient à un autre.       Mais, revenons à notre Buglosse et écoutons ce qu’en dit La grande Marie sur l’excellent site Dllhad sul: » Les feuilles sont très consommées en Italie et en Irlande (et aussi en salade NDLR). Il ne faut pas hésiter à les cueillir : quand la tige est brisée, la plante trouve les moyens de se reproduire et de subsister et émet de nouvelles tiges. La racine, comme celle de la consoude, se régénère une fois coupée (attention donc si vous en plantez dans le jardin : elle peut devenir envahissante).
DownloadedFile-1On peut les manger crues, en salade, lorsqu’elles sont toutes jeunes, ou encore, en soupe ou comme des épinards. En faisant revenir un oignon et 3 ou 4 pommes de terre coupées en dés, puis, après avoir ajouté de l’eau, additionnée de 4 ou 5 poignées de buglosse, quelques feuilles de plantain, sel, poivre, et épices au choix. Au bout de 15 à 20 minutes, on mouline la soupe. Inutile de la laisser cuire trop longtemps : elle gardera ses nutriments. Le goût est très frais, très printanier. Les fleurs, comme celles de la bourrache, agrémenteront agréablement les salades, grâce à leur jolie couleur et à leur goût légèrement iodé. » On se croirait chez Madame dansmacuizine non ? Mais avant de passer à notre chronique « éco », écoutons Marc Ogeret interpréter cette magnifique chanson de Montéhus.

Les banksters se portent bien.

Nouvelle étape dans la réduction des effectifs de la Société Générale, qui avait déjà annoncé à l’automne 2011 la suppression de 880 postes ? La banque de la Défense pourrait en effet supprimer « plusieurs centaines » de postes en banquiers-banque-oudea-conseil-d-administration_155France d’ici à fin 2013, selon des sources syndicales citées par l’AFP. Selon l’une d’elles, lors d’une réunion avec les syndicats, la direction de la banque a évoqué « le regroupement de quatre pôles en deux » dans le quartier de la Défense, près de Paris, avec à la clef « un impact sur l’emploi de 600 à 700 postes supprimés ». Voici sans doute pourquoi, le montant de la rémunération variable de son P-DG, Frédéric Oudéa a augmenté de 75% en 2012 à 1,19 millions d’euros. Sa rémunération fixe elle, est restée à « seulement » un million d’euros. C’est Jérôme Kerviel qui doit se marrer…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

MARIA LACERDA DE MOURA…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis républicains, bonjour ! Faut-il vous le rappeler, nous sommes aujourd’hui le jeudi 16 mai 2013, 27è jour de Floréal dédié à la Civette. Petit mammifère plus proche du blaireau que du chat d’après Buffon.

Dans notre galerie de portraits, l’homme du jour est une femme.

J‘ai toujours eu un petit faible pour les brésiliennes, mais celle là, me plait particulièrement. Maria Lacerda de Moura poursuit des études à l’École Normale de Barbacena et devient enseignante en 1904. Politiquement, elle 53088442_padhère aux idées développées par les anarchistes et en particulier, celles défendues par Francisco Ferrer Guardia, libre-penseur et pédagogue libertaire. Comme lui, elle est convaincue de l’importance du rôle de l’éducation dans le développement des individus et souligne qu’en ce qui concerne les femmes, elle est un moyen de les affranchir du poids des traditions sociales et religieuses qu’elles subissent.

 

 

Elle s’engage alors dans la lutte contre l’illétrisme et œuvre pour faciliter l’accès des femmes au savoir. La création de La Ligue contre l’illettrisme constitue ainsi une concrétisation de son engagement dans ce domaine. En 1920, elle fonde à DownloadedFileRio de Janeiro une ligue pour l’émancipation intellectuelle des femmes qui revendique l’attribution du droit de vote aux femmes et elle est considérée comme l’une des pionnières du féminisme brésilien. Parallèlement à son engagement féministe, elle se consacre également à l’amélioration des conditions de vie des gens dans le besoin et combat en compagnie d’autres femmes pour permettre aux sans-abris d’avoir un accès au logement. Son combat féministe se révèle ainsi également humanitaire.

Elle s’installe à Sao Paulo en 1921 où elle écrit de nombreux articles dans la presse anarchiste brésilienne, argentine, uruguayenne et espagnole où elle dénonce l’oppression sexiste subie par les femmes quelle que soit leur condition 53088423_psociale. La sexualité de la femme est l’un de ses thèmes de prédilection dont elle aborde de front tous les aspects (virginité, plaisir, maternité…), ce que peu de femmes osaient alors faire au Brésil. Enfin, elle créé la revue Renaissance en 1923. Entre 1928 et 1937, elle rejoint une communauté agricole autogérée anarchiste à Guararema, composée d’anarchistes individualistes et d’exilés ou de déserteurs espagnols, français et italiens et elle considère que cette expérience correspond à la période la plus féconde de son activité intellectuelle. Cependant, sous la pression du gouvernement de Getúlio Vargas, la communauté doit être abandonnée. Maria Lacerda se réfugie alors à Rio de Janeiro, où elle termine sa vie en poursuivant son combat et ses travaux.

Allez, portez vous bien, vive la sociale et à bas la calotte.

 

JUNE CARTER AVANT J. C. …

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’anarchisme éclairé et du foie de veau aux cerises réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 15 mai 2013, 26è jour de Floréal dédié au Fusain. Evoquons, si vous le voulez bien, quelques grandes figures de la country-music dont celle de Valérie June Carter. Je vois que ce nom vous laisse perplexe. Et pourtant si je vous parle de son compagnon, Johnny Cash, tout s’éclaire. Ainsi va la vie, les femmes font l’histoire mais ce sont les hommes qui l’écrive…

Fille de la célèbre chanteuse Maybelle Carter, Valérie June Carter Cash est née le 23 juin 1929 aux États-Unis dans la ville de Scott County en Virginie. C’était une 53050353_pchanteuse de musique country américaine qui aurait pu connaître une toute autre carrière malheureusement, elle épousa le plus célèbre de tous les chanteurs de Country, alors forcément…. Elle faisait partie de la famille Carter, première grande famille de la musique country. Elle fut l’épouse de Johnny Cash (on dit que celui-ci était le descendant de Malcom IV d’Ecosse qui fut roi au 12è siècle) pendant 35 ans, ils eurent ensemble un fils du nom de John Carter Cash. Leur mariage fut également le témoignage d’une union entre deux grands musiciens qui enregistrèrent ensemble tout au long de leur vie. Dans sa biographie, elle raconte sa vie avant J.C. c’est à dire avant Johnny Cash, amusant non ! June Carter mourut 4 mois avant son célèbre mari. Son talent fut récompensé par un Grammy Award en 1999 et deux autres, à titre posthume, pour son dernier album en 2003.

2003, sale temps pour les CASH. June Carter Cash est décédée à Nashville, Tennessee, de complications cardiaques le 15 mai 2003 à l’âge de 73 ans. Johnny Cash la suivit le 12 septembre 2003 , et la seconde fille de June, Rosie, mourut un mois plus tard, le 24 octobre 2003. Sur la vidéo, on voit June et Johnny au cours d’un de leurs célèbres duos.

Allez, merci encore à vous d’être passé par ici. Oserai-je dire que vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ce chemin… J’en rougis de confusion. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

CARPE DIEM…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’ichtyologie et du sandre au beurre blanc réunis, bonjour !

Puisque nous sommes le mardi 14 mai 2013, 25è jour de floréal, célébrons la carpe puisque les républicains lui ont dédié ce jour.

 

Selon une légende chinoise, les carpes du fleuve jaune, après avoir remonté le fleuve, s’envoleraient vers le ciel en se transformant en dragons. Cette légende serait à l’origine des koi nobori, qui représentent plus généralement la force et la persévérance des64632506_p carpes qui remontent à contre-courant les rivières et cascades. Koinobori signifiant comme chacun le sait, « banderole de carpe » en japonais, sont des manches à air en forme de carpe Koï hissées au Japon pour célébrer Tango no sekku , évènement traditionnel qui est désormais une fête nationale, le Kodomo no hi (jour des enfants).

Ces bannières sont accrochées le long de perches en bambou, La première et la plus large, magoi, est noire et représente le père ; la deuxième, higoi , est rouge et représente la mère, puis l’on ajoute une carpe pour chaque enfant de la famille. Parfois, on suspend aussi des rubans rouges et blancs ou une manche à air multicolore symbolisant les flots des rivières.

Après Fukushima et avant la prochaine catastrophe, les japonais doivent surtout se dire aujourd’hui, CARPE DIEM en relisant le célèbre poème d’Horace:

Tremble, Leuconoé, de chercher à connaître                                                        L’heure de notre mort; fuis les calculs pervers                                                          De Babylone. À tout il vaut mieux se soumettre                                                     Que Jovis te concède encor d’autres hivers,                                                          Qu’il les borne au présent, dont mugit l’onde étrusque,                                           Sois sage, emplis ta cave, et d’un si court chemin                                                  Ôte le long espoir. Je parle, et le temps brusque                                                  S’enfuit. Cueille le jour, sans croire au lendemain.

 Tout à fait autre chose.

Rapidement, quelques mots sur un musicien de jazz qui a poussé l’harmonie jusqu’à 64632585_pnaître (1897) et mourir (1959) un 14 mai. Prodige musical, né au sein d’une famille créole (la famille serait originaire de Haute-Savoie, et plus précisément de Féternes), il a étudié auprès de Louis dit « Papa » Tio à la Nouvelle-Orléans. Je veux parler de Sidney BECHET . Sacré bonhomme qui se fit connaître en participant au groupe de Duke Ellington mais aussi comme un bagarreur impénitent, expulsé de Grande Bretagne, et de France après avoir passé plusieurs mois en prison à Fresnes, nous sommes en 1928. Il venait de passer plusieurs années dans la revue nègre de Joséphine Baker. En 1949 il revient s’installer définitivement en France. Il va imposer au monde entier son thème Petite fleur.

 

A la fin de sa vie, en 56, au cours d’une grande tournée en Belgique, il adapte le doudou, cette fameuse musique64632596_p traditionnelle qui anime les jeux de la non moins fameuse Ducasse de Mons (Belgique), procession rituelle et cérémonie multiséculaire qui est assez déjantée pour vous faire oublier la grande soirée des Gras à Douarnenez (Finistère-France). Ma fiancée et moi même ne ratons jamais une occasion de nous arrêter sur la grand’place de Mons pour y savourer une de leurs merveilleuses bières et caresser la tête du petit singe. N’hésitez pas si vous êtes dans le coin, c’est actuellement la foire aux bières sur cette belle place de Mons.

Bon, je vois que je digresse un maximum, signe qu’il est temps de mettre un terme à ce billet. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

 

L’HERBE AUX CHATS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Bonjour à tous, nous sommes le lundi 13 mai 2013 et vous êtes encore devant votre ordinateur. Dans notre désormais célèbre calendrier Républicain, nous sommes le 24 de imagesFloréal et c’est le jour de la Valériane. Plante médicinale utilisée depuis la haute
antiquité, elle était censée atténuer les effets de la danse de saint-guy (Chorée aigüe). Au moyen age, cette maladie vous conduisait irrémédiablement vers le bûcher, au motif que vous étiez possédé. Aujourd’hui en France, cinq à six mille personnes sont encore atteintes de ce mal héréditaire. Dans les officines, on l’appelle aussi « l’herbe aux chats ». Son effet sur ces félins est dit-on inverse à ce qu’il produit chez l’homme. Chez nous, associée à l’aubépine, la valériane est utilisée dans les cas d’insomnie et de nervosité. Chez nos amis les bêtes, il semblerait que cela déclenche une intense nervosité proche de l’agressivité. Allez, à votre santé.

L’homme du jour c’est donc CHET BAKER.

Chesney Henry, « Chet » Baker Jr, le jazzman blanc le plus dépressif de l’histoire est décédé un 13 MAI en 1988 à Amsterdam. A 10 ans, Chet et sa famille déménagèrent vers la Californie du Sud, pendant l’âge d’or du bebop. Pour les 12 ans de Chet, son 53014935_ppère lui offrit un trombone . Le garçon trouvant l’instrument trop difficile , l’échange pour une trompette. Il en jouera tout le long de sa scolarité. En 1946, il part à l’Armée, mais n’abandonne pas son instrument pour autant, il jouera d’ailleurs avec l’Army Band dans le Berlin conquis. Il passe avec succès une audition pour Charlie Parker et trouve le succès en 1952 au sein du Gerry Mulligan’s pianoless quartet, qui joue régulièrement à Hollywood. Chet s’illustre par la force de son solo sur le morceau « My Funny Valentine » (c’est la vidéo), un morceau qu’il gardera comme fétiche tout au long de sa vie.

 

 

 

Après un séjour en Europe, Il retourne aux Etats-Unis en 1956 et devient accro à l’héroïne et à la cocaïne. Après un concert à San Francisco en 1966, il se fait agresser 47784176_ppar des dealers. Sa mâchoire est fracturée et beaucoup de ses dents (très fragilisées par des années de drogue) sont cassées. En 1973 Il recommence aussi à enregistrer, redevient toxicomane et repart en Europe, où il tourne et enregistre de plus en plus régulièrement, principalement à cause de ses besoins d’argent pour acheter sa drogue. Le vendredi 13 mai (pas d’bol) 1988 à Amsterdam, Chet Baker tombe de la fenêtre de sa chambre d’hôtel. Sa carrière prend fin brutalement, alors que ses qualités musicales sont au plus haut. Une autopsie révèle qu’il n’était ni saoul ni drogué au moment des faits. Son corps sera enterré au Cimetière du Parc d’Inglewood, en Californie.

Voila pour aujourd’hui, et, pour ne pas changer une formule qui a fait ses preuves, portez vous bien et à demain peut-être.

 

La bourrache et paturache…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de la météorologie et du far aux pruneaux réunis, bonjour !

Nous sommes en cette période dite des saints de glace. Mamert, Pancrace et Gervais DownloadedFilequi sont censés annoncer l’ultime retour du froid avant les beaux jours. Ils donnent lieu à tous les dictons que vous connaissez, mais, en Bretagne, c’est saint Yves qui est considéré comme le dernier saint de glace. Cela donnait l’occasion à mon aïeule, qui ne pouvait jamais faire comme tout un chacun, de nous en servir un, de dicton, des plus croquignolets: craignez le petit Yvonnet, c’est le pire de tous quand il s’y met ! Vous voilà prévenus…

Quand je vous aurai dit que ce 12 mai 2013 est le 23è jour de Floréal dédié à la bourrache, vous saurez presque tout. Ceci permettrait à mon aïeule, jamais en manque d’un mauvais calembour, de rajouter: la bourrache et paturache sont les deux mamelles de la Franche. Etonnant, non ? Elle n’avait pourtant rien d’auvergnat étant bretonne DownloadedFile-1élevée au leurre salé (non, non, y’a pas de coquille) et maîtrisait l’art de la bourrée autant que celui du jabadao. La bourrée et le jabadao étant, comme vous le savez, deux danses populaires et néanmoins régionales qui se pratiquent encore dans les veillées des uns et les festou-noz des autres. A tel point que devant une telle richesse, l’UNESCO, canal historique de la culture Onusienne, a décidé d’inscrire le fest-noz au patrimoine immatériel de l’humanité. Je n’ai rien contre l’accordéon mais, c’est pas demain qu’on verra la Bourrée auvergnate faire l’objet de tant d’attentions de la part de l’UNESCO. J’ai bien connu une auvergnate chez qui la bourrée était devenue une seconde nature; surtout en fin de semaine, mais ça, c’était avant.

Allez, cela suffira pour un dimanche matin. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.