LA BONNE A TOUT FAIRE…

Posté par erwandekeramoal dans JAZZ

, , ,

 

Amis des jardins à l’anglaise et des champignons à la grecque réunis, bonjour ! Nous sommes le dimanche 5 mai 2013, 16è jour de Floréal dédié à la consoude, cette plante que les anciens appelaient la bonne à tout faire.

Utilisée depuis l’antiquité comme cicatrisant, le nom français « consoude » provient des capacités de cette plante à accélérer la consolidation des fractures grâce à sa teneur en allantoïne. On consomme ses racines crues ou cuites, les feuilles servent dans les64345709_p soupes, à la façon du tapioca. On confectionne des beignets avec ses feuilles, qui rappellent le goût du filet de sole. Bon, n’exagérez pas car elle renferme des alcaloïdes dangereux pour le foie ! Autrefois, les nourrices utilisaient les racines des « toutes-bonnes » pour soigner les gerçures de leurs mamelons.. Elle est maintenant appréciée comme engrais sous forme de purin. Profitez en avant que cela ne soit interdit par l’Europe. Il parait qu’on peut même teindre la laine grâce à une teinture brune qu’on obtient à partir de ses racines. Alors, qui dit mieux ?

Tout à fait autre chose.

Quelques lignes à propos de Alain CARON, Le bassiste Alain Caron a entrepris sa DownloadedFilecarrière à l’âge de 11 ans en participant à un concours d’amateurs. À 14 ans, grâce à un disque d’Oscar Peterson, il découvre le genre musical qui deviendra sa plus grande passion : le jazz. En 1977, une occasion en or se présente à lui lorsqu’il rencontre Michel Cusson et son groupe. De cette rencontre est né le groupe jazz fusion québécois UZEB.Tout en jouant avec UZEB, il commence à travailler en studio et à donner des spectacles dans tous les clubs de jazz de la ville.Il décide de revenir à Montréal pour se consacrer presque exclusivement à UZEB. Entre 1981 et 1990, le groupe enregistrera dix albums et vendra au-delà de 400 000 exemplaires de ces disques à travers le monde, en plus d’offrir d’innombrables concerts dans plus de 20 pays.

Caron prends sa carrière solo en main en fondant son propre label, Les disques Norac. En 1993, il réalise son premier album solo, Le Band, qui reçoit un Félix dans la catégorie Album jazz de l’année, puis il part en tournée au Canada et en Europe avec DownloadedFile-1son groupe. Suivront les disques Rhythm’n Jazz (1995) et Play (1997). En 2000, il fait paraître Call me Al, qui est nommé pour le Félix Album jazz de l’année. En 2003, son cinquième disque solo, intitulé simplement 5, est lancé. En parallèle, il accompagne de nombreux artistes de réputation internationale à titre de bassiste, notamment Mike Stern, Frank Gambale, Biréli Lagrène, Didier Lockwood… jouant dans plus de 30 pays. Alain Caron s’est développé une réputation de maître de la basse électrique et de virtuose de la basse à six cordes. Cette notoriété a fait en sorte qu’il est invité régulièrement à donner des classes de maître dans de grandes villes du monde.À ce jour, Alain Caron a fait paraître plus de 20 disques, que ce soit à titre solo ou avec le groupe UZEB, en plus de collaborer à quelque 25 albums d’artistes évoluant autant dans le jazz et la musique world que la pop et la chanson. Récipiendaire de plusieurs prix, dont dix Félix, un Gémeaux et le prix Oscar-Peterson, Alain Caron a été élu meilleur bassiste huit années consécutives par le magazine Jazz Report. Sources

Et voilà pour ce jour d’hui, en attendant le prochain billet, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).