Vous lisez actuellement les articles publié le mai 19th, 2013

Page 1 de 1

ZANT ERWAN…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis de quadrature du cercle et du carré de porc réunis, bonjour ! Nous sommes donc le dimanche 19 mai 2013, Zant Erwan evel just, mais c’est aussi, je sais que vous l’attendez, le 30 de Floréal, jour habituellement consacré à la houlette.(Le premier qui dit houlette russe est à l’amende).

La houlette donc est ce fameux baton de berger (pas le saucisson) appelé aussi crosse. D’ailleurs il est symbolisé par la crosse que porte les évêques pour rappeler qu’ils sont pâtres au milieu de leur troupeau. Ce qui a donné naissance au fameux cri de53216393_p rassemblement des anti mariage pour tous: « des pâtres, des pâtres, oui mais des… ». Dans les films Etatsuniens, lors des obsèques du héros, on entend souvent: « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, Je ne crains aucun mal, car tu es avec moi, ta houlette et ton bâton me rassurent. » (Livre 19. Psaume 23:4). Etonnant non !                                                     C’est encore, et depuis plus longtemps, le Heq que porte Osiris accompagné du fouet. Expliquez moi pourquoi les républicains ont jugé bon de le mettre dans leur calendrier… Toujours est-il que l’expression est restée dans le langage populaire: Telle activité se déroule sous la houlette de… Mais, n’en profitez pas pour confondre l’égide et la houlette. Par exemple, l’intervention des occidentaux en Afghanistan s’est déroulée sous l’égide de l’ONU mais sous la houlette de l’OTAN.

Tiens, on me dit que c’était hier où avant-hier, la journée internationale contre 64795110_pl’homophobie (rien à voir avec la peur de la grande lessive). Belle occasion pour se souvenir de ce militant infatigable qu’était Daniel Guérin, lui qui ne s’est jamais trompé de combat. Il était né un 19 mai en 1904 à Paris. Je ne sais pas ce qu’il penserait de la toute nouvelle loi relative au mariage pour tous… Dédions lui ce poème de Verlaine:

 

J’allais par des chemins perfides,
Douloureusement incertain.
Vos chères mains furent mes guides.         DownloadedFile
Si pâle à l’horizon lointain
Luisait un faible espoir d’aurore ;
Votre regard fut le matin.
Nul bruit, sinon son pas sonore,
N’encourageait le voyageur.
Votre voix me dit :  » Marche encore !  »
Mon coeur craintif, mon sombre coeur
Pleurait, seul, sur la triste voie ;
L’amour, délicieux vainqueur,
Nous a réunis dans la joie.

 

Allez, passez un bon dimanche, et repassez demain, c’est ouvert tous les jours.