Vous lisez actuellement les articles publié le mai 15th, 2013

Page 1 de 1

JUNE CARTER AVANT J. C. …

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

Amis de l’anarchisme éclairé et du foie de veau aux cerises réunis, bonjour ! Nous sommes le mercredi 15 mai 2013, 26è jour de Floréal dédié au Fusain. Evoquons, si vous le voulez bien, quelques grandes figures de la country-music dont celle de Valérie June Carter. Je vois que ce nom vous laisse perplexe. Et pourtant si je vous parle de son compagnon, Johnny Cash, tout s’éclaire. Ainsi va la vie, les femmes font l’histoire mais ce sont les hommes qui l’écrive…

Fille de la célèbre chanteuse Maybelle Carter, Valérie June Carter Cash est née le 23 juin 1929 aux États-Unis dans la ville de Scott County en Virginie. C’était une 53050353_pchanteuse de musique country américaine qui aurait pu connaître une toute autre carrière malheureusement, elle épousa le plus célèbre de tous les chanteurs de Country, alors forcément…. Elle faisait partie de la famille Carter, première grande famille de la musique country. Elle fut l’épouse de Johnny Cash (on dit que celui-ci était le descendant de Malcom IV d’Ecosse qui fut roi au 12è siècle) pendant 35 ans, ils eurent ensemble un fils du nom de John Carter Cash. Leur mariage fut également le témoignage d’une union entre deux grands musiciens qui enregistrèrent ensemble tout au long de leur vie. Dans sa biographie, elle raconte sa vie avant J.C. c’est à dire avant Johnny Cash, amusant non ! June Carter mourut 4 mois avant son célèbre mari. Son talent fut récompensé par un Grammy Award en 1999 et deux autres, à titre posthume, pour son dernier album en 2003.

2003, sale temps pour les CASH. June Carter Cash est décédée à Nashville, Tennessee, de complications cardiaques le 15 mai 2003 à l’âge de 73 ans. Johnny Cash la suivit le 12 septembre 2003 , et la seconde fille de June, Rosie, mourut un mois plus tard, le 24 octobre 2003. Sur la vidéo, on voit June et Johnny au cours d’un de leurs célèbres duos.

Allez, merci encore à vous d’être passé par ici. Oserai-je dire que vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ce chemin… J’en rougis de confusion. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.