Vous lisez actuellement les articles publié le mai 2nd, 2013

Page 1 de 1

Ça va venir découragez-vous pas ♫

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis des confessions de saint Augustin et du veau Marengo réunis, bonjour !

Nous sommes le jeudi 02 mai 2013, treizième jour de Floréal dédié au Bâton d’or.

« Il n’y a pas de gouvernements populaires. Gouverner, c’est mécontenter. » disait Anatole France dans Monsieur Bergeret à Paris. Et bien le notre de gouvernement en fait une cuisante démonstration. Je dis cuisante car ceux qu’il mécontente sont imagesprécisément ceux qui l’ont mis là où il est. Les autres, les patrons, les boursiers, les actionnaires, n’ont de cesse de se réjouir de cette nouvelle politique socio-libérale qui réduit à peau de chagrin le droit du travail, qui amplifie la baisse du pouvoir d’achat, qui augmente le nombre de chômeurs et donc, diminue le coût du travail. Car demain, laborieux amis, vous serez flexsécurisés par les bons soins des joyeux drilles de Solférino. En d’autres termes, vous serez jetables et corvéables à merci. Les salaires vont diminuer et les retraites itou. Vous travaillerez plus longtemps; enfin, quand je dis « travaillerez » c’est un euphémisme; disons que vous resterez plus longtemps à la disposition du marché… Allez, on se refait un p’tit coup de La Bolduc.

Nos jeunes et talentueux entrepreneurs sortent de l’Elysée, la fleur (Pellerin) à la boutonnière et le sourire aux lèvres. Le Président les a rassurés et l’ANI (Accord National Interprofessionnel) voté par l’assemblée fait rosir de plaisir les pontes du MEDEF. Camarades salariés, cet ANI ne vous veut pas que du bien. Chez PSA, cinq des six syndicats représentatifs dont CFDT, FO, CFTC… viennent de signer un accord qui entérine la fermeture d’Aulnay et la disparition de 11 000 emplois. Mais dans quel monde vit-on ?

Oh, bien entendu, on fait semblant de se fâcher tout rouge contre Angela qui fait rien DownloadedFilequ’à nous embêter avec son austérité (sparpolitik) mais, la messe est dite. On file tout droit vers le catalogue de la déroute (!) et les sondages sont tous d’accord: dans le cas d’hypothétiques élections, le FN passerait largement devant le PS. Voilà qui devrait faire réfléchir les énarques boutonneux et les décider à changer de braquet, à sortir de la pensée unique, à soutenir la demande, à donner du mou à l’inflation, à laisser courir (un peu) le déficit, à obliger la BCE à prêter directement aux États, et à donner de l’argent à ceux qui s’en servent pour consommer et non pour spéculer.

Et bien non, chez ces gens là, tant qu’on a pas la tête sous l’eau, on ne se rend pas compte que la mer monte. Tais toi et nage !