Nicola Sacco…

Posté par erwandekeramoal dans ANARCHISME, HISTOIRE

, ,

Amis de la révoltation (je viens de l’inventer) et de la rebellitude (id) réunies, bonjour ! Nous sommes le lundi 22 avril 2013, troisième jour de Floréal dédié à la fougère.

L‘actualité (hélas brûlante) nous invite à assister à la folie meurtrière de deux émigrés dans les rues de Boston (USA). Il y a un siècle un jeune italien du nom de Nicola Sacco, agé de dix sept ans, émigrait lui aussi vers Boston où il devait trouver un emploi d’ouvrier dans la métallurgie puis dans l’industrie de la chaussure. Quelques 52198326_pannées plus tard, militant anarchiste, il fut victime, non pas des actes aveugles et criminels des fous de Dieu, mais du terrorisme d’Etat. Il était né un 22 avril 1891. D’abord socialiste, il rejoint ensuite, en 1913, le cercle anarchiste d’Etudes Sociales où il participe avec sa compagne aux activités politiques ou culturelles du groupe jouant des pièces de théâtre.

 

En 1916, lors d’une manifestation de soutien à la grève de Mesabi Range, dans le Minnesota, il est arrêté avec les compagnons du Cercle social. Condamné pour trouble à l’ordre public, il sera finalement gracié en appel. En 1917, les Etats-Unis entrent dans le conflit mondial. Pour échapper à la mobilisation, Sacco se réfugie au Mexique avec une trentaine d’insoumis, dont Bartolomeo Vanzetti c’est celui qui a une grosse moustache, dont il fait la connaissance. Sacco rentre trois mois plus tard aux Etats-Unis sous un faux nom. En 1918-1919, les nouvelles lois sur l’immigration suscitent la colère des anarchistes et des attentats visent les responsables du mouvement anti-étrangers. En 1920, la répression policière s’abat sur le mouvement anarchiste, provoquant la mort d’Andréa Salsedo. Par ailleurs, deux braquages ont lieu, 56407660_ple 24 décembre 1919 à Bridgewater, et le 15 avril 1920 à South Braintree, où deux convoyeurs sont tués. Le 5 mai 1920 Sacco et Vanzetti sont arrêtés par la police. Le 16 août, Vanzetti est condamné pour le premier braquage à 15 ans de prison. Le 11 septembre 1920, Sacco et Vanzetti sont accusés du meurtre des convoyeurs. C’est le début de l’affaire Sacco & Vanzetti. Le procès du 31 mai au 14 juillet 1921 les déclare coupables. Des comités de soutien se créent dans le monde entier pour clamer l’innocence des deux inculpés. Mais ni les immenses manifestations internationales, ni le manque de preuves formelles ne feront reculer la « logique » juridico-politique. Le 12 mai 1926, leur condamnation à mort est confirmée. Dans la nuit du 22 au 23 août 1927, Sacco et Vanzetti sont exécutés sur la chaise électrique, suscitant une réprobation mondiale. En 1977, 50 ans après leur exécution, leurs noms sont réhabilités par le gouverneur du massachusetts… La belle affaire !

Allez, le printemps est bien là, j’ai aperçu les premières hirondelles, et pourtant, hier matin il gelait encore. Portez vous bien et à demain peut-être.

 

4 commentaires

  1. Sceptique

    C’est aux États-Unis que la pratique de la mise à mort collective a reçu son nom, le lynchage. La condamnation et l’exécution de Sacco et Vanzetti ont quelques aspects de cette pratique. De nos jours, Obama rencontre des difficultés insurmontables à fermer Guantanamo et à faire bénéficier ses prisonniers de l’état de droit. L’esprit de vengeance né des attentats du 11 Septembre 2001 n’est pas encore apaisé. Un état est l’émanation de ses citoyens!

    • erwandekeramoal

      Les américains sont capables du meilleur comme du pire. Ainsi Abel Meeropol, à la suite des lynchages dans le Sud, écrivit « Strange fruit » qui fut interprétée de façon tellement magnifique par Billie Holiday. Bonne semaine.

    • Corsico

      Le Nouveau Monde n’a pas l’apanage des gibets….hélas…On le sait depuis Villon, « Frère humains…etc,etc… »
      Nous avons d’ailleurs aujourd’hui trouvé beaucoup mieux : le lynchage médiatique..
      Yaka regarder les in-faux .
      Bonne journée à tous!

      .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).