Vous lisez actuellement les articles publié le mars 14th, 2013

Page 1 de 1

14 Mars, jour du PI.

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

Amis des chiffres et des lettres et de la quiche au thon réunies, bonjour !

Nous sommes le jeudi 14 mars 2013, 24è jour de ventôse dédié à la Pâquerette.

Ce 14 mars est aussi célébré un peu partout dans le monde par les matheux comme étant le jour du PI (3.14). Mondialement connue, la salle Pi du Palais de la Découverte affiche DownloadedFilesur ses murs 704 décimales de Pi, dont 527 calculées « à la main » avec exactitude en 1873 par William Shanks, sans même une calculatrice. Depuis, l’ingénieur informaticien Fabrice Bellard a porté le nombre des décimales connues de Pi à près de 2.700 milliards d’unités, mais avec un ordinateur. L’écrivain Daniel Tammet, poète des mathématiques,  qui se présente comme « autiste savant ou autiste de haut niveau » détient le record européen de mémorisation de décimales du nombre Pi : il a égréné les premières 22.514 décimales en 5 heures et 9 minutes pour le « Pi Day » (Jour de Pi) 2004 à Oxford. En écriture décimale, Pi est arrondie à 9 chiffres après la virgule :

3,141 592 654

Le 14 mars, (également le jour de l’anniversaire d’Albert Einstein) est l’occasion pour imagesles clubs Pi du monde entier de se réunir, raconter le rôle qu’à joué Pi dans leur vie, imaginer comment serait la vie sans Pi… C’est donc le 14/3/15 (3/14/15 pour les US) à 9h26 et 53 secondes qui le jour de Pi sera à son apogée. L’actualité romaine étant ce qu’elle est, on serait plutôt, le jour du PIE… Mais, revenons au ras des pâquerettes si vous le voulez bien.

 

La pâquerette semble être passée à peu près inaperçue des médecins de l’Antiquité et daisies-1894.jpg!Blogdu Moyen-Âge, même si elle mentionnée pour la première fois au X° siècle, et ne s’être fait une place en thérapeutique qu’à partir des XV° et XVI° siècles. Durant la Renaissance, elle a joui d’une excellente réputation : expectorante, sudorifique et dépurative. Mon aïeule, qui aurait aimé être apothicaire, disait de la pâquerette, qu’elle « nettoie le sang » au sortir de l’hiver (à gauche, un joli tableau que l’on doit à William-Adolphe Bouguereau. Fin du XIXè). « Elle effeuillait une pâquerette. Elle maniait cette fleur, d’instinct, innocemment, sans se douter qu’effeuiller une pâquerette, c’est éplucher un coeur  »: Victor Hugo, Les misérables .

De nos jours, elle semble un peu retombée dans l’oubli. C’est surtout l’homéopathie qui recourt encore à elle en préconisant la teinture de bellis perennis pour nettoyer et guérir les plaies, contre les luxations, les panaris, la furonculose, les vertiges et les courbatures. Avec l’arnica et le calendula, elles forment le trio des plantes cicatrisantes souvent utilisées autrefois sous forme d’huile et d’emplâtre.

Décidément, madame Michu, ce blog c’est de Pi en Pie. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.