Vous lisez actuellement les articles publié le février 28th, 2013

Page 1 de 1

UN VIEUX MONSIEUR INDIGNE…

Posté par erwandekeramoal dans Actualités

Amis de l’Acratie* et des raisins de corinthe réunis, bonjour !

*L’Acratie est un terme très ancien quasi synonyme de Anarchie mais dépourvu de la connotation de chaos que l’on attribue trop rapidement à cette belle idée.

Ce jeudi 28 février (2013) correspond au dixième jour de ventôse dédié à la bêche. Le premier qui chante « à la bêche aux moules moules moules… » est à l’amende. Hier nous avons appris avec tristesse, la disparition de Stéphane HESSEL. Je reposte le billet que je lui avais consacré en 2010.

 

Diplomate, ambassadeur, grand résistant, il a collaboré à la rédaction de la déclaration 58960695_p
universelle des droits de l’homme, celle de 1948. Peut-être les rédacteurs se sont-ils inspiré du cylindre de Cyrus rédigé en -539 par le créateur de la Perse et considéré comme la première charte des droits de l’homme ? Ecoutons ce court instant du requiem de Mozart; c’est le moins que l’on puisse faire…

 

 

Il est né à Berlin en 1917 dans une famille de la grande bourgeoisie allemande. Et voilà t-il pas qu’à 93 ans, il publie un petit livre des plus réjouissants sous le titre « Indignez vous  !» (chez Indigène Editions, 32 pages et seulement 3 euros), petit opuscule qui 58960864_ppourrait être sous titré: traité à l’usage des jeunes générations. Sa maman n’est autre que l’héroïne de Jules et Jim, le célèbre roman de Henri-Pierre Roché dont Truffaut fit le non moins fameux film avec Jeanne Moreau. Prisonnier évadé en 1940, résistant lors de la seconde guerre mondiale, Hessel rejoint le général de Gaulle à Londres en mai 1941. Fin mars 1944, il est envoyé en mission en France. Quelques mois plus tard, il est arrêté, déporté en Allemagne (train du 8 août), à Buchenwald, d’où il échappe à la pendaison, après avoir échangé son identité avec celle de Michel Boitel ; puis à Dora, où il échappe aussi à la pendaison. Enfin, lors de son transfert vers Bergen-Belsen  il saute du train et parvient aux lignes américaines à Hanôvre d’où il est renvoyé à Paris.

Stéphane Hessel a signé l’appel collectif de résistants de la première heure à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil National de la Résistance du 15 mars 1944. Ce texte invite notamment « les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. »

Le 21 février 2008, sur la place de la République à Paris, Stéphane Hessel dénonce le imagesnon-respect de l’article 25 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme par le Gouvernement français et lance un appel pour que le Gouvernement mette des fonds à disposition pour que tous les sans-logis puissent obtenir un toit.

Indignez vous ! Réunit de brefs discours sur la résistance, le sens de l’histoire, l’engagement, la Palestine. Avec des mots simples, sans emphases, juste le rappel de quelques convictions. « L’immense écart qui existe entre les très pauvres et les très riches…Le traitement fait aux immigrés, aux sans-papiers, aux Roms…La bande de Gaza, la Jordanie » voilà à ses yeux des raisons actuelles de s’indigner. Allez, ayons une pensée pour ce vieux monsieur indigne… Et, à demain peut-être.