Vous lisez actuellement les articles publié le février 20th, 2013

Page 1 de 1

Numéro spécial « Le maillon faible »

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

En règle générale je ne suis guère friand de ce genre d’exercice mais je ne sais résister à l’humour déjanté de Stéphane (et il le sait, le bougre) j’ai donc, comme le dit Marco accepté la patate chaude en devenant l’un des maillons de cette chaîne. 11 questions à 11 blogueurs qui à leur tour… Je me dois en préambule de vous éclairer sur le sieur en imagesquestion et verser au dossier ces quelques éléments. Il est désigné dans ce qui suit par: Lundi-Vidu. On devra par la suite, au moment du jugement dernier, mettre ceci au crédit de ses circonstances atténuantes. En effet, Lundi-Vidu est le prénom dont l’ont affublé ses parents car, c’est par une nuit qu’il vit le jour au 13 de la rue de la tour un lundi de Pentecôte. Et Vidu parce que, alors qu’ils se rendaient à la mairie pour déclarer l’événement, le père et l’ami de sa mère, ivres de joie et de rhum arrangé s’attardèrent dans la salle du bar tabac de la rue des martyrs et s’écrièrent: Venu vidu vicu… Lundi-Vidu donc, présente tous les symptômes du pervers polymorphe et se complaît (veston) à inonder le Net de questionnaires qui sont à Proust ce que la musique militaire est à la musique. En voici le dernier exemple en date avec (j’ai honte) mes propres réponses.

1) Pourquoi Jean-Vincent Placé a-t’il soudainement arrêté de jouer au rugby et notamment à cette place de trois quart aile pour Bagnères de Bigorre dans laquelle il brillait ?

R: Sans doute à-t-il préféré la mêlée politique

2) Pourquoi les chats, à partir d’un certain âge, sentent-ils globalement la pisse ?

R: Alors que les chattes, elles, nous embaument de ce parfum enivrant… 560462_463337557053401_525668469_n

3) Pourquoi Didier Goux ?

R: On dit que tous les Goux sont dans la nature…Hélas

4) Pourquoi les phacochères ont-ils des dents ?

R: Pour se différencier des portes cochères qui elles n’en n’ont pas.

5) Qu’est-ce que je fous dans cette galère, à ramer ainsi sans bu

R: Et qu’est-ce que j’ai dans ma p’tite tête à rêver comme ça le soir d’un éternel jour de fête.

7) Comment l’incinération a t’elle remplacée la radiation, dans le coeur de Pôle emploi ?

R: Pôle emploi n’a pas de coeur; c’est bien connu.

8) Pour quelle raison absurde Marcel Azzola ne figure-il pas dans le dernier classement NME  ?

R: Il a été irradié par Pôle emploi.

9) Que fout Marie-anne Chapdelaine (PS Rennes) à l’Assemblée Nationale alors que tout le monde sait qu’elle préfère (et de loin) Bricodépot ?

R: Joker !

10) Qui m’a piqué mon string ? Et pourquoi ?

R: Sans doute Marie-Anne Chapdelaine pour aguicher Marcel Azzola.

11) Sachant que 27 x 13 = 47, combien font 18 X 49 (sans les décimales) ?

R: Alors là, on touche à l’infinie incertitude des questionnements blogosphériques.

 

Bon, pas sûr que je trouve onze questions et onze victimes.

1) Pourquoi y a t-il quelque chose plutôt que rien ?

2) Benoist XVI et Fidel Castro sont en bateau. Lequel tombe à l’eau ?

3) Si ma tante en avait. Ma soeur, qui est sa nièce, pourrait-elle en hériter ?

4) Why ?

5) La question 4 vous interpelle t-elle quelque part au niveau du vécu, poil au c…?images-2

6) Peut-on imaginer un monde sans beurre salé ?

7) Et si vraiment Depardieu existait, faudrait-il s’en débarrasser ?

8) Le ministre Boulin a t-il été assassiné car il connaissait la vérité sur Roswell ?

9) Qui a vu Martine Aubry ?

10) Le Canard enchaîné est-il victime d’Al-Quaïda au magret islamique ?

11) Qui a peur de Virginia Woolf ?

Sont invités à répondre: mon père, ma mère, mes frères et mes soeurs, la famille Duraton, le curé de Camaret, le Père Peinard, le père fouettard, le père Noël, la mère Louise Michel et le père No Ricard.

 

Histoire de Jules…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE

Amis de l’érotisme biblique et des muffins aux bananes réunis, bonjour!

Nous sommes le mercredi 20 février 2013, deuxième jour de ventôse dédié au Cornouiller, jolie plante qui a laissé sa trace dans la culture Occitane. En effet, En Occitanie la floraison et la fructification du Cornouiller Mâle (Cornu Mas) ont constitué227435_1
une sorte de convention collective avant la lettre. La floraison indiquait la période à partir de laquelle les servantes des fermières n’étaient plus tenues de ravauder, filer ou tricoter après le repas du soir. Inversement la maturité des fruits imposait cette obligation. En langue occitane la prescription se formulait en ces termes: « comma roja, veilla hoja. Quand la comma a florit la veillada a falit ». Dans certaines régions, la plante est désignée par le joyeux vocable de: « couilles de Suisse » tout comme une fameuse recette belge; allez savoir pourquoi. Il existe d’ailleurs, dans le Brabant Wallon une confrérie des compagnons de la Couille de Suisse qui ambitionne de « donner au passé les dimensions d’un présent qui aurait de l’avenir ». Amusant, non !

Il s’appelait Jules…

C‘est comme cela, il y a des gens qui s’appellent Jules Durand comme d’autres Jacques Martin. Des vieux noms bien franchouillards qui sentent le calendos et le beaujolpif. Des noms à vous réconcilier avec l’identité nationale, des noms qui sentent 49928480_pbon le terroir, la baguette et le bérèt, des noms capables de procurer une érection à Claude GUEANT. Mais, ainsi que j’essaie de le montrer dans cette galerie de portraits, derrière ces noms, des hommes et des femmes, méconnus, oubliés… Ils pourraient se nommer Jean ou Peter ou Ivan ou Paolo, ils ont depuis longtemps aboli les frontières, ils appartiennent à la grande communauté des gens de « bien » qui ont lutté contre les gens de « biens ».

Ainsi donc, le 20 février 1926, mort de Jules Gustave DURAND, né le 6 septembre 1880 au Havre. Anarchiste, syndicaliste révolutionnaire, secrétaire du syndicat des charbonniers du Havre.

Initiateur de la grève illimitée d’août 1910, il sera victime d’une machination politico-judiciaire suite à la mort d’un « jaune » lors d’une rixe. On essayera de prouver que 49928529_pDurand avait fait voter la mort de ce dernier dans son syndicat. La corruption de plusieurs témoins et une campagne ignominieuse de la presse locale entraînèrent, le 25 novembre 1910, sa condamnation à mort. Mais le 28 novembre, par solidarité et pour
lutter contre cette injustice, la grève est générale au Havre, et s’étend au secteur international des docks anglais et américain. Puis une protestation générale, initiée par la Ligue des Droits de l’homme, aboutit à sa libération, le 15 février 1911. Malheureusement, Jules Durand, maintenu 40 jours en camisole de force, était devenu fou, et finit sa vie à l’asile. La révision de son procès, le 15 juin 1918, l’innocenta totalement.

Voilà pour la petite histoire, pour la grande, je pourrai vous raconter que c’est un 20 février, en l’an de grâce 1171 que CONAN IV  fils d’Alain le noir, seigneur de Guingamp et Comte de Richmond devint Duc de Bretagne mais ce sera pour une autre fois. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.