Vous lisez actuellement les articles publié le mai 21st, 2012

Page 1 de 1

Quelques mots sur Fats WALLER…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’aposopièse* et du poulet au vinaigre réunis, bonjour !

*exemple: notre père qui êtes aux cieux, restez-y… Prévert dans « Paroles »

Nous sommes donc le lundi 21 mai, deuxième jour de prairial dédié à l‘hémérocalle. Très jolie fleur qui ne prend pas la peine de se dissimuler dans une peau de vache et dont certaines espèces ont la particularité de fleurir la nuit… Sans doute du grec Héméra « jour » et Kalos « beauté ». Pour ceux qui apprécient une gastronomie étonnante, je précise que leur saveur est très spécifique et leur forme conique est intéressante ; elle peut être farcie avec de la crème fouettée et servie pour décorer un dessert par exemple.

Tout à fait autre chose.

Les cénobites tranquilles ne pouvaient passer sous silence le jour anniversaire de la disparition de FATS WALLER l’un des plus grands pianistes de jazz que la Virginie est connu. Thomas Wright Waller naît le 21 mai 1904 dans le quartier de  Harlem à New York (États-Unis). Son père, le prêcheur baptiste Edward Waller, lui enseigne dans sa jeunesse, dès six ans, quelques rudiments d’orgue à l’église et de piano à la maison. Il pense alors faire du garçon son successeur à la chaire dominicale. Mais, Fats préfère le tempo des pianos bars à celui du gospel. Tout en jouant avec un sens du swing et une dextérité incroyable, « Fats » Waller régale le public de ses histoires ; ses performances qui le distinguent des autres pianistes attirent les foules qui le considèrent davantage comme un amuseur que le musicien surdoué qu’il est vraiment. Ecoutez « All That Meat And No Potatoes »

Boulimique de la vie (enregistrements, tournées, bouffe, boisson), Thomas « Fats » Waller est au fond de lui désabusé de n’être pas pris au sérieux et de ne pas être considéré comme un vrai jazzman. La tournée californienne de 1943 est la dernière. Tombé malade durant un concert au club Zanzibar Room à Hollywood, le pianiste meurt d’une pneumonie dans le train qui le ramène de Santa Fé à New York, en gare de Kansas City, le 15 décembre. Ce jour là, le jazz perd l’un de ses premiers maîtres et l’un de ses meilleurs compositeurs et performers, dont la carrière aurait été toute autre sans les barrières raciales de l’époque.

On raconte qu’un jour, Fats Waller fut kidnappé par quatre  gangsters sous la menace de leurs armes et jeté dans une limousine. Étant noir et ses ravisseurs blancs, Fats était terrorisé. On l’emmena à une réception où on le fit s’asseoir au piano. Fats Waller était le cadeau d’anniversaire fait à AL CAPONE par ses hommes. Capone lui servit du champagne et remplissait ses poches de billets à chaque fois qu’il lui jouait un air à sa demande. Fats rentra chez lui au bout de 3 jours avec une gueule de bois et les poches remplies de billets… Quelle époque madame Michu!

Voilà pour aujourd’hui, en attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.