Vous lisez actuellement les articles publié le mai 2nd, 2012

Page 1 de 1

Chronique de la haine ordinaire…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

,

Amis de la République et du sot-l’y-laisse réunis, bonjour!

Nous sommes le mercredi 2 mai, 13è jour de Floréal dédié au bâton d’or, à ne pas confondre avec le bouton d’or…

Alors qu’il fait un temps à ne pas mettre un léonard dehors, voici qu’un mien voisin vient frapper à mon huis. Je m’empresse de l’introduire et l’invite à me communiquer le but de sa visite. Le brave homme, car soyez en assuré, il s’agit d’un brave homme, m’explique tout de go qu’il fait le tour de la commune afin de récolter des signatures contre l’implantation de « gens du voyage » à proximité. Alors que j’avais déjà la main sur la bouteille de cidre comme le veut la tradition locale, je mets un frein à ma légendaire hospitalité et lui demande d’éclairer ma lanterne.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Il s’agit, me dit-il, de personnes appartenant à cette communauté, et qui viennent de faire l’acquisition d’un terrain non loin de ses propres terres, dans le but de se sédentariser. Il se fait donc l’écho de la vox populi (d’ailleurs Machin a signé, Untel aussi et même Trucmuche…) pour barrer la route à ces voleurs de poules. Lui et ses co-pétitionnaires ont bien tenté de faire pression sur le notaire, sur le maire et autres autorités mais, en vain. La famille en question n’a pas encore montré le bout de sa caravane que déjà le plus proche voisin a doublé son épaisseur de grillage de protection.

Voici comment, dans une petite commune rurale du Nord-Finistère, loin des bruits de la ville, les discours, désormais aseptisés des Le Pen, des Guéant et des Sarkozy, distillent la haine de l’autre. Les retraités se barricadent, les « voisins vigilants » se mobilisent dans le but d’empêcher des citoyens à part de devenir des citoyens à part entière. Non, décidément, les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux.

Il va s’en dire que notre honnête citoyen s’en est retourné grosjean comme devant et fort désappointé que l’on ne partage pas sa vision d’une société ségrégationniste. La morale de l’histoire est que j’ai économisé une bouteille de cidre…

Ainsi va la vie…Allez, portez vous bien et à demain peut-être.