Vous lisez actuellement les articles publié le avril 8th, 2012

Page 1 de 1

Le poète a toujours raison…

Posté par erwandekeramoal dans HISTOIRE, PORTRAIT

, ,

Amis de la magistrale poésie et de la potée bretonne réunies, bonjour !

Nous sommes le dimanche 08 avril et l’on me dit que c’est Pâques… Les seules qui m’aient un jour inspiré ce sont les Pâques irlandaises, en 1916, lorsqu’une poignée d’utopistes déclarèrent imprudemment l’indépendance de leur pays…

C‘est aussi le jour anniversaire de la naissance de François de Montcorbier dit Villon en 1431 à Paris. Sans doute le poète français le plus connu de la fin du Moyen Age.

Écolier de l’Université, maître de la Faculté des Arts dès 21 ans, il a d’abord mené au Quartier Latin une vie joyeuse d’étudiant indiscipliné. À 24 ans, il tue un prêtre dans une rixe et s’enfuit de Paris. Amnistié, il doit de nouveau s’exiler un an plus tard après le cambriolage du Collège de Navarre. Accueilli à la cour de Charles d’Orléans, le prince-poète, à Blois, il échoue à y faire carrière. Il mène alors une vie errante et misérable sur les routes. Emprisonné à Meung-sur-Loire, libéré à l’avènement de Louis XI, il revient à Paris après six ans d’absence. De nouveau arrêté dans une rixe, il est condamné à être pendu. Après appel, le Parlement casse le jugement et le bannit pour dix ans de la ville. Il a 31 ans. On perd alors complètement sa trace. Il nous a laissé, entre autres, la fameuse Ballade des pendus interprétée ici par un Léo Ferré génial.

Mais déjà l’imagerie populaire a transformé Villon. Elle a fait du poète le type de l’escroc par excellence, grand farceur et grand buveur, toujours habile à tromper le bourgeois pour vivre d’expédients. Il est le héros du Sermon des repues franches de maistre Françoys Villon, un petit recueil sur l’art de vivre aux dépens d’autrui, dont le succès est considérable autour des années 1500. Le poète apparaît comme un bouffon, vivant d’escroqueries journalières avec ses compagnons. Son nom devient si populaire qu’il entre dans la langue : on dit villonner pour duper, tromper, payer en fausse monnaie. Villon, villonner, villonnerie avec le sens de fripon, friponner. Qui a dit : Le poète a toujours raison…

Allez, à chaque jour suffit sa peine, portez vous bien et à demain peut-être.