Vous lisez actuellement les articles publié le mars 7th, 2012

Page 1 de 1

BLUE SUEDE SHOES…

Posté par erwandekeramoal dans PORTRAIT

, , ,

Amis du Rockabilly et du cheese burger réunis, bonjour !

Nous sommes le mercredi 07 mars et c’est le jour de la Doronic, longtemps confondue avec l’Arnica des montagnes comme chacun le sait.

Aujourd’hui donc, le portrait d’un musicien de Rock’N'Roll, issu du blues et du gospel.

Carl Perkins est un chanteur de rock ‘n’ roll américain né le 9 avril 1932 à Tiptonville au Tennessee. Mort le 19 janvier 1998 à l’âge de 65 ans.
Il est issu d’un milieu agricole où il commence à travailler tout jeune dans les champs de coton avec des Noirs. Le jour, il y apprend le Gospel et, la nuit, il écoute du Blues et de la Country sur des radios locales. Il y apprend aussi la guitare.
Aux début des années 1950, il forme un trio de musique country, les Perkins Brothers, avec ses frères Jay B. et Clayton.

En 1954, un single d’Elvis Presley (Blue Moon of Kentucky) le pousse à tenter sa chance. Ses tout premiers enregistrements sont des ballades. Sam Phillips revend le contrat d’Elvis à RCA, misant sur Perkins pour le remplacer.

En 1955, Carl Perkins possédait une paire de chaussures en daim bleu. Il y tenait particulièrement et craignant qu’on ne les abîma en lui marchant sur les pieds. C’était l’époque de la naissance du Rock’N'Roll. Issu du Tennessee rural, marqué par le blues des noirs et la country music des blancs, il en tira une chanson enregistrée le 1er janvier 1956, Blue Suede Shoes qui devient son véritable premier hit, mais aussi un hymne pour la jeunesse. Il mélange picking, rapidité et accords dévastateurs. Grâce à lui, le Rockabilly gagne ses lettres de noblesse.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Alors au faîte de sa gloire, il échappe de peu à la mort lors d’un accident de la route, alors qu’il se rend à New York pour participer à l’émission de télévision de Perry Como. Son manager décède au cours du drame. Carl passe plusieurs mois à l’hôpital entre déprime et télégrammes de Presley, qui va enregistrer sa propre version de Blues Suede Shoes et devenir ce que l’on sait à la place de Carl !
Le 4 décembre 1956, il enregistre Matchbox aux studios Sun, inspiré d’un blues de Blind Lemon Jefferson. Ses deux frères l’accompagnent, ainsi que le jeune Jerry Lee Lewis. Johnny Cash est présent dans le studio quand le King décide de venir faire un tour dans son ancienne maison de disques. Les quatre chanteurs se retrouvent naturellement autour du piano pour improviser quelques airs traditionnels. Sam Phillps, qui flaire le bon coup, laisse les micros allumés. Cet enregistrement ne sera pourtant publié qu’après la mort d’Elvis, sous le titre The Million dollar quartet.

En 1964, alors qu’il est en tournée au Royaume-Uni avec Chuck Berry, les Beatles déclarent combien son influence à été décisive sur leurs compositions et reprennent d’ailleurs plusieurs de ses chansons sur leurs disques.
Mais c’est surtout sa rencontre avec Johnny Cash et sa participation au show télévisé de ce dernier qui lui permettent de se reconstruire, alors qu’il avait

quitté le métier. Le déroulement de leurs carrières est identique (départ et retour à la Country, batailles gagnées contre l’alcool et les drogues). Il signe un contrat discographique et abandonne un Rockabilly mourant pour des écarts Country puis Rock.

Guéri d’un cancer de la gorge en 1993, il continue d’écrire, de s’occuper de ses deux restaurants et de sa fondation pour les enfants battus. Au fil des années, il a vu ses compositions reprises notamment par les Beatles, Ricky Nelson, Eddie Cochran, Vince Taylor, Johnny Burnette, Link Wray, Patsy Cline, Dolly Parton, Mountain, Eric Clapton ou encore The Stray Cats.
Il meurt en 1998 d’une rechute de son cancer de la gorge et après plusieurs mois de souffrance. Il est enterré au cimetière de Ridgescrest à Jackson (Tennessee).

PS: je m’aperçois, mais un peu tard que j’ai déja évoqué cette chanson ici même. Bof, abondance de biens ne nuit pas…

Et voilà, c’est tout pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.