Vous lisez actuellement les articles publié le février 23rd, 2012

Page 1 de 1

Ca file le bourdon…

Posté par erwandekeramoal dans HUMEUR

, , , , ,

Amis du développement raisonné et du vin biodynamique réunis, bonjour!

Nous sommes le jeudi 23 février, cinquième jour de ventôse dédié au bouc dans le calendrier républicain. Et puisque nous parlons de nos amies les bêtes, voici une petite vidéo qui préfigure ce qui nous attend si nous laissons Monsanto, Bayer, BASF, Syngenta et consorts innonder notre planète de leurs saletés.

The video cannot be shown at the moment. Please try again later.

Epoustouflantif non?

Allez, la M.E.S. est dite!

Pendant de temps là nos députés viennent de voter dans l’indifférence générale le traité validant le Mécanisme Européen de Stabilité (MES). Seuls 44 élus ont voté contre. La majorité des socialistes se sont courageusement abstenu. Rappelons qu’il s’agit de permettre la création d’un mécanisme permettant de sauvegarder la stabilité de la zone euro de manière permanente.Mais…

Le MES ne prêtera pas son propre argent aux États en difficulté. Il se base sur un capital garanti par les états membres pour pouvoir emprunter sur les marchés. Le capital s’élevant au total à 700 milliards d’euros dont 11% seulement seront réellement versés durant les 5 années suivant la ratification du traité.

Le MES « aura pleine personnalité juridique et aura pleine capacité juridique« . Il pourra aller en justice, acquérir et aliéner des biens immobiliers et mobiliers ou passer des contrats. Tous ses biens, fonds et avoirs jouiront de l’immunité de toute forme de procédure judiciaire et seront exempts de restrictions, réglementations, contrôles et moratoires. Sa propriété, son financement et ses actifs seront exempts de perquisition, réquisition, confiscation ou saisie, d’où qu’elles émanent. Ses archives et documents, ainsi que ses locaux seront inviolables. Les employés seront à l’abri de toute poursuite à l’égard d’actes accomplis en leur qualité officielle, seront soumis au secret professionnel, paieront un impôt interne décidé par le Conseil d’Administration (les salaires et émoluments étant exempts de l’impôt sur le revenu national). Facteur à ne pas négliger non plus : aucun acteur de ce système n’est élu ni responsable devant les peuples européens.

Quand on vous dit qu’une aristocratie financière est en train de s’approprier le pouvoir au détriment de la souveraineté des peuples et cela, avec la complicité béate des élus en place. Honte aux élus soit-disant de gauche qui n’ont pas voté contre.

Allez, ne nous fâchons pas, portez vous bien et à demain peut-être.