Vous lisez actuellement les articles publié le décembre 10th, 2011

Page 1 de 1

Le 10 décembre 2001, mort de Vero Benvenuto Costantino RECCHIONI plus connu sous le pseudonyme de Vernon RICHARDS.Militant et actif propagandiste anarchiste anglais.Il naît le 19 juillet 1915 à Soho (Londres), où son père Emidio Recchioni (un anarchiste italien) s’y était refugié et y avait ouvert une épicerie fine. En 1931, il suit son père à Paris où celui-ci milite contre le fascisme de Mussolini. Il est en relation avec la famille de Camillo Berneri,Giovanna sa compagne (qui lui apprend l’italien), et leurs 2 filles Marie-Louise (qui deviendra sa femme) et Giliana. Mais lorsque Emidio meurt à Paris en 1934, il rentre à Londres pour s’occuper du magasin. Il n’en poursuit pas moins la lutte antifasciste et, en collaboration avec Camillo Berneri à Paris, il édite le journal bilingue « Free Italy/Italia Libre ». En janvier 1935, lors d’un séjour en France, il est arrêté et expulsé. En 1936, lorsqu’éclate la révolution espagnole, il se joint au groupe de militants qui éditaient Freedom pour publier à Londres le journal Spain and the World, principal soutien aux anarchistes espagnols.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la vérité éclairant le monde et du pâté hénaff réunis, bonjour !

Nous sommes le 10 décembre 2011, autant dire que l’année à pratiquement fini sa carrière (Ô lac) et c’est le 20è jour de frimaire dédié à l’Hoyau… il n’y a d’autre Pomone ni d’autre Vertumne que la bêche et le hoyau du jardinier. Disait Voltaire dans son dictionnaire philosophique…

Il y a dix ans (déjà), disparaissait Vernon Richards que je souhaitais rajouter à notre galerie de portraits.

Le 10 décembre 2001, mort de Vero Benvenuto Costantino RECCHIONI plus connu sous le pseudonyme de Vernon RICHARDS.
Militant et actif propagandiste anarchiste anglais.
Il naît le 19 juillet 1915 à Soho (Londres), où son père
Emidio Recchioni (un anarchiste italien) s’y était refugié et y avait ouvert une épicerie fine. En 1931, il suit son père à Paris où celui-ci milite contre le fascisme de Mussolini. Il est en relation avec la famille de Camillo Berneri,Giovanna sa compagne (qui lui apprend l’italien), et leurs 2 filles Marie-Louise (qui deviendra sa femme) et Giliana. Mais lorsque Emidio meurt à Paris en 1934, il rentre à Londres pour s’occuper du magasin. Il n’en poursuit pas moins la lutte antifasciste et, en collaboration avec Camillo Berneri à Paris, il édite le journal bilingue « Free Italy/Italia Libre ». En janvier 1935, lors d’un séjour en France, il est arrêté et expulsé. En 1936, lorsqu’éclate la révolution espagnole, il se joint au groupe de militants qui éditaient Freedom pour publier à Londres le journal Spain and the World, principal soutien aux anarchistes espagnols.

En 1939, après la défaite républicaine en Espagne, le journal change son nom en Revolt! puis lorsqu’éclate la guerre mondiale en War Commentary for Anarchism. En avril 1945, Vernon avec Philip Sansom et John Hewetson sont condamnés à 9 mois de prison pour incitation à la désertion. Marie-Louise Berneri est quant à elle acquitée (elle décèdera d’une affection virale en 1949). Membre du groupe « Freedom Press » basé à Whitechapel, Vernon publie « Freedom » jusqu’en 1965, et poursuit ensuite une collaboration au journal, en donnant de nombreux articles et traductions. A gauche, autoportrait.

Il exerce divers métiers, notamment comme photographe et on lui doit de fameux portraits comme celui de Georges Orwell, l’auteur de « 1984″ ici à droite.

En 1968, avec Dorothy (Peta) Hewetson, ils se fixent dans le Comté de Suffolk et y produisent durant plus de 30 ans des légumes biologiques. Ah, les salades anarchistes…
Outre ses nombreux articles, il est l’auteur d’une biographie de Malatesta: »His Life & Ideas »(1965).

Sources:Dictionnaire international des anarchistes – Ephémérides anarchistes.

Allez, voila pour aujourd’hui, portez vous bien et à demain peut-être.