A CONTRE COURANT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la tragédie antique et de la politique en toc, bonjour !

Nous sommes le 11 novembre 2011, 21è jour de brumaire dédié aux Bacchantes, ces nymphes qui célébraient les mystères de Dionysos au cours des fameuses Bacchanales. On dit qu’elles couraient çà et là, échevelées, à demi nues ou couvertes de peaux de tigres, la tête couronnée de lierre, le thyrse à la main, dansant et remplissant l’air de cris discordants. Elles répétaient fréquemment le cri Évoé, comme pour rappeler les triomphes de Bacchus sur les Géants. Berlusconi a du s’en inspirer pour ses Bunga-bungas…

 

Et si on profitait de cette crise et de son cortège de vraies fausses solutions libérales, pour se re-poser la question du partage du travail et du droit à la paresse…

Michel MAJOROS qui est doctorant à l’université libre de Bruxelles a eu la gentillesse d’attirer mon attention sur un colloque dont il est l’un des organisateurs et qui se tiendra outre-Quiévrain le 23 novembre. Ce blog ayant un lectorat international et un message universel, j’en profite pour m’en faire l’écho. En voici le texte de présentation :


Licencier à tours de bras et traquer les chômeurs. Renforcer la compétitivité  – travailler plus et à tout prix !

Et si les agences de notation et la FEB avaient tout faux? Si, face aux dégâts humains et planétaires,LE DROIT À LA PARESSE réalisait le droit à l’emploi et à la vie, en travaillant moins, mais dans de meilleures conditions, et tous. Le programme complet en cliquant sur le lien.

Paul Lafargue, témoin du machinisme triomphant, militant des débuts du socialisme (la manifestation du 1er mai, la journée de 8 heures), écrivit ce manifeste du mouvement ouvrier, diffusé partout, jusqu’à ce que la bataille pour la production et la guerre le jette aux oubliettes des années 30.

À l’occasion du centenaire de la mort de Laura Marx et Paul Lafargue, des acteurs du théâtre, de la recherche, du monde du travail, invitent à construire le droit à la paresse, comme nécessité urgente, alternative aux bricolages de l’Europe et des institutions financières.

Cent trente ans après sa publication, pamphlet pour la réduction du temps de travail, le droit à la paresse se pose à contre-courant, mais dans l’air (ou le contre-air !) de ce temps d’impasses. Vous êtes cordialement invité/e à cette rencontre entre le monde du travail et celui de la recherche. »

Ce visionnaire, qui avait épousé la fille de Karl Marx, déclarait à l’époque « Une étrange folie possède les classes ouvrières des nations où règne la civilisation capitaliste. Cette folie traine à sa suite des misères individuelles et sociales qui, depuis deux siècles, torturent la triste humanité. Cette folie est l’amour du travail, la passion moribonde du travail, poussée jusqu’à l’épuisement des forces vitales de l’individu et de sa progéniture… »

 

Voici quelques mots d’un texte de Moustaki qui rend hommage à Paul Lafargue dont j’avais dressé le portrait ici même au mois de novembre de l’an passé. Et à droite, la photo de la tombre du couple Laura Marx et Paul Lafargue au père Lachaise.


« Je voudrais rendre grâce a celui qui peut-être
A été mon premier et mon unique maître
Un philosophe mort voici quelques décades
Mort de son propre choix ni trop vieux ni malade
Il n’était pas de ceux qui entre dans l’histoire
Nous sommes peu nombreux à servir sa mémoire
Il ne se posait pas en saint ou en prophète
Mais cherchait avant nous le bonheur et la fête… 

…Je voudrais rendre grâce à ce maître en sagesse
Qui ne demandait que le droit à la paresse
. »

 

Allez,c’est pas tout, j’veux pas louper la commémo (j’rigole). Merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

Un commentaire

  1. Sceptique

    Le droit à la paresse existe, sous un autre nom, la solidarité. Mais il vaut mieux l’exercer en ville, parce que ça passe inaperçu. Les villageois sont si méchants, sous prétexte qu’ils travaillent!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).