Vous lisez actuellement les articles publié le novembre 22nd, 2011

Page 1 de 1

LES DINDONS DE LA FARCE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la métempsychose et de la soupe aux choux réunies, bonjour !

Nous sommes le 22 novembre, deuxième jour de frimaire dénommé jour du Turnep, autre nom du navet. Bien entendu ce qui suit n’a rien à voir, quoique…

 

Il y a 75 ans, Barcelone enterrait Buenaventura DURRUTI.

Le 22 novembre 1936, les funérailles de DURRUTI à Barcelone furent le théâtre d’une immense émotion populaire. Plus de 500 000 personnes se pressèrent à l’enterrement de celui qui incarnait si bien la révolution libertaire espagnole, l’espérance d’un monde nouveau devenue possible. Ce fut l’une des manifestations ouvrière les plus importantes de l’histoire du prolétariat. Le spectacle de son enterrement fut inoubliable : sa mort « avait frappé Barcelone au coeur »; des milliers d’habitants et toutes les organisations politiques et syndicales, sans distinction, accompagnèrent Durruti jusqu’au cimetière, seul lieu qui sut arrêter la violence de ce pur libertaire.

Dimanche, l’Espagne à voté…et c’est Mariano RAJOY qui va orchestrer la rigueur qui attend les espagnols. Une fois de plus l’actualité donne raison à Etienne de la Boétie quand à son discours de la servitude volontaire: S’écartant de la voie traditionnelle, le jeune humaniste (il n’avait que dix huit ans) porte son attention non sur les tyrans mais sur les sujets privés de leur liberté. Et il pose une question troublante : comment peut-il se faire que « tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul, qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent ? ».

Aujourd’hui c’est « le marché » qui s’est assis dans le fauteuil de l’opresseur et alors que l’on pourrait s’attendre à ce que les peuples se tournent vers des idéaux libérateurs (suivez mon regard) ils redonnent le pouvoir à ceux là même qui sont les représentants de la finance internationale…

Près de cinq siècles après La Boétie, 75 ans après Durruti, les pouvoirs continuent de se reposer sur la crédulité, l’absence de conscience politique et l’abétissement des masses entretenues par les télé-poubelles…

Allez, madame Michu, gardez l’espoir, portez vous bien et à demain peut-être.