Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 24th, 2011

Page 1 de 1

LA VICTOIRE EN CHANTANT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

Amis de l’apologue et de l’omelette au haddock réunis, bonjour !

Nous voici (déjà) le 24 septembre, troisième jour de vendémiaire dans le calendrier républicain, dédié à la châtaigne. A propos de châtaigne, c’est pas l’envie qui me manque… Quand on voit c’qu’on voit et qu’on entend c’qu’on entend comme le disait Jean Carmet, on ressent un désir irrépressible de distribuer des baffes. Je vous fait grâce des tribulations des amis du petit Nicolas embourbés dans leurs histoires de valises. C’est juste nauséeux. Chaque malette pleine de billets c’est un point de sondage en plus pour le front national et les gars de la Marine. Du coup, l’austère Fillon tente de détourner l’attention en lançant un ballon d’essai sur la retraite à 67 ans. Histoire de faire comme les cousins Germains dit-il. Ah oui, mais non, dit le secrétaire général de la CGT, tel un corbeau sur son arbre perché, nous allons protester solennellement. D’ailleurs, avec Maître Chérèque nous sommes d’accord pour exprimer notre désaccord. Alors, en avant pour une grande manif, protestation, grève générale, expression de notre déception face à cette politique antisociale. En gros, 55 minutes d’arrêt de travail dans les services publics (ceux qui restent) faut pas déconner non plus !

Pendant ce temps, l’UMP sort de son chapeau le dernier lapin blanc de la série: l’allégeance aux armes!!! Je mets trois points d’exclamation car là, je vous avoue, ça me la baille belle. Je me souviens que dans les années cinquante, les maîtres d’école nous apprenaient à marcher au pas en chantant « la victoire en chantant nous ouvre la barrière… Un français doit viiiiiivre pour elle, pour elle, un français doit mourir ». C’était pour préparer le défilé de la fête des écoles, démonstration de la vitalité des écoles publiques face à la concurrence. Je revois encore monsieur Le L… et son béret basque, la cour de la communale et ses marronniers, son préau et la distribution de lait à la récré… 68 est passé par là et nous avons jeté aux orties les blouses grises et les chants martiaux. Mais Mariton & Copé nous refont le coup de la patrie. Et pourquoi pas « Maréchal nous voila » pendant qu’on y est!

Non décidément, il se fait dans ce pays une politique aux relents nauséabonds et je ne vois guère se développer d’alternative, sauf peut-être ma cousine Bette qui s’est fait faire une indéfrisable…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.