Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 5th, 2011

Page 1 de 1

SONGE D’UNE NUIT D’ETE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de l’histoire antique et des montres en toc réunies, bonjour !

Cette fois ci c’est du sérieux, la rentrée est là et bien là. J’en connais qui se ronge les sangs à l’idée de remettre le collier et d’autres qui se frise la moustache en se disant que tout ça, c’est du passé…

Nous sommes le 5 septembre, autant dire le 19 de fructidor qui était intelligemment dédié à la tagette. Mais non pas la cagette bande d’ignares. La tagette est une sorte d’oeillet d’Inde de la famille des astéracéaés. On dit que son nom viendrait de Tagès qui était, chacun s’en souvient, le petit fils de Jupiter.

 

Songe d’une nuit d’été…

A l’heure où j’écris ces quelques lignes, histoire de respecter les engagements de ce blogue (un billet quotidien), il souffle sur la pointe Finistère un petit vent de Sud-Ouest à ne pas mettre une bigoudène dehors. Cela devrait suffire à chasser les gros nuages qui s’étaient installé indûment au dessus de keramoal. Les mêmes nuages qui ont subsisté sur les universités d’été et autres campus des organisations politiques. A La Rochelle on jouait pour la énième fois « embrassons-nous folleville », à Marseille, Raffarin nous sert ses raffarinades comme Marius ses Pagnoleries. Tout ce beau monde s’apprête à attaquer la dernière ligne droite avant les présidentielles en passant par les sénatoriales. Et devant cette petitesse, je repense à ce texte de LONTXO l’utopiste philanthrope.


 

« Quand je regarde les autres, je vois les conséquences du matérialisme, du dogme du travail, de l’individualisme, chacun marche dans son coin et croit connaître une parcelle du bonheur de la condition humaine, certains la trouvent dans une belle voiture, d’autres une belle maison, d’autres une belle place dans la société dont ils pourront jouir d’un pouvoir relatif, ou encore d’une notoriété quelconque pour satisfaire leur énorme égo… certains se contentent de survivre à leur misère et s’en trouvent tout autant heureux, d’autres se complaisent dans leur passion, leur art, leur engouement et leurs convictions, certains rares même se démènent toute leur vie, en sacrifiant leur temps qu’ils ont compris comme étant le plus cher mais aussi le plus dur à offrir, pour que d’autres goûtent au bonheur, à la liberté, à la Vie, la vraie, ceux-là sont des anges …

Quand j’écoute les gens, j’entends l’ignorance dominante d’une masse endormie, j’entends les intérêts futiles et débats dérisoires, les distractions incessantes qui appauvrissent les esprits, j’entends toujours moins de chants à l’Amour et bien trop de cris à la haine …

Quand j’allume la télévision… je ne l’allume plus c’est vrai.

Quand je regarde le monde je me vois petit, un peu perdu, impuissant, attristé, les larmes les plus intenses et les plus pures que j’ai versées étaient pour ce monde dans son ensemble violé, je me sens par la même occasion violé également, c’est la vie toute entière qu’ils ont violée … »

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.