Vous lisez actuellement les articles publié le mai 26th, 2011

Page 1 de 1

CRAZY BLUES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

 

Amis de l’ampélosophisme* et du Pessac-Léognan réunis, bonjour !

Puisque aussi bien nous sommes le 26 mai et que ce jour était le 7è de prairial, autant vous le dire tout de suite, il était dédié au fromental encore nommé, l’avoine élevée. Avez vous remarqué comme les dames du temps jadis étaient autrement plus girondes que les échalas qui défilent pour nos grands couturiers ? Celle-ci tient d’une main la faux et de l’autre la colombe…Tout un programme, non !

*L’ampélosophisme est considéré par certains comme un humanisme de bistro et se déclare libertaire, utopique, indépendant des autres courants de pensée philosophiques politiques ou religieux. Il existe un site qui lui est consacré mais je ne suis pas sûr qu’il soit encore en activité.

Et puisque vous êtes les meilleurs lecteurs qu’un blogue n’ai jamais eu, voici pour vous une véritable pépite dénichée sous les plis de la toile (c’est joli ça), le premier disque de blues de l’histoire, gravé en 1920.

 

C‘est Mamie SMITH qui est la chanteuse, elle est née le 26 mai 1883 à Cincinnati, et décèdera en septembre 1946 à Harlem. Très populaire à Harlem dès 1914, elle est engagée par Perry Bradford qui réussi à convaincre la compagnie Okeh de l’enregistrer. Crazy blues, c’est le titre du morceau, obtient un succès considérable dès sa parution. On dit que le disque s’est vendu à 75000 exemplaires la première semaine. Dès lors Mamie entreprend une fructueuse carrière jusqu’en 1931.

Elle défraie bien un peu la chronique par ses liaisons avec avec de grands jazzmen, ce qui ne l’empêche pas d’interpréter une série de films musicaux au début du parlant. Par la suite, drogue et alcool venant elle sombre dans la misère et l’oubli. Ah, la vie est dure madame Michu.

 

Tout à fait autre chose.

J‘ai une pensée émue pour les salariés des Ponts et Chaussées (ça ne doit plus se nommer comme cela) à qui l’on demande de monter les panneaux indiquant la présence des radars puis de les démonter pour finalement les remonter quelques jours plus tard. Cela ressemble à s’y méprendre à un sketche de Raymond Devos. Il faut avouer que la valse hésitation du gouvernement aurait de quoi faire sourire si cela n’en était affligeant. Faire du populisme une politique d’Etat n’est pas chose facile. Il faut bien se garder de fâcher les cabarétiers et leur TVA, ne pas caresser à rebrousse poils les chasseurs, faire les yeux doux aux paysans pollueurs, flatter les constructeurs de bagnoles, rassurer les électeurs du front national, choyer le lobby nucléaire, chouchouter les marchands d’armes sans oublier de ménager les cathos, bichonner les pétroliers, dorloter la maréchaussée, câliner le joueur de loto, et gâter le supporteur du PSG…

Dernière minute.

Après de longues recherches, les cénobites sont enfin en mesure d’en apporter la preuve: Oui, DSK est amateur de pipe !


Allez, portez vous bien et à demain peut-être.