Vous lisez actuellement les articles publié le mai 17th, 2011

Page 1 de 1

SUPPLEMENT AU BILLET DU JOUR…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

 

 

Dialogue pour Les Vamps…

- Et alors madame Michu, comment ksè?

- Ohlala, madame Boulic, ce pauvre monsieur déesska, c’est-y pas pitié de voir ça ! Traité comme un voleur de mobylette, un homme comme lui ! Et sa dame qu’est si gentille… Même monsieur Béhachèle il a prit sa défense. Présumé innocent qu’il a dit. Bon, c’est vrai il a rien dit sur la présumée victime. Une femme de chambre, vous pensez, et noire, non ? Dans Gacivoila ils disent que tout ça c’est complot et compagnie. Ah, c’est pas chez nous qu’on verrait des choses comme ça. En France on cuisine à l’étouffée, faut qu’ça mijote, qu’ça accroche au fond de la marmite, plus c’est long plus c’est bon.

- P’tet ben madame Michu mais, vous savez c’qu’on dit, y’a pas de fumée sans feu hein !


- Oui, bon, y’a pas non plus de castor sans pollux ni de Tintin sans Milou ni de Dupond sans Dupont. Allez, c’est pas tout ça, j’ai mon lait qu’est su’l'feu.

- N’empêche qu’y'a pas de fumée sans …Et puis j’en ai marre d’entendre parler de présumé ceci et cela. Il y a une plaignante et un accusé, point barre, que les dieux me tripotent mais les mots ont un sens.

- Oh mais il a des bons avocats, c’est les ceusses qui on fait acquitté Maiequelle Jacqueson. Y z’y ont même proposé un bracelet électronique de chez Cartier.

- Ah oui, un Cartier de haute sécurité !

- Enfin, ça nous fait des faits divers pour le printemps. Mon fiston, qui a fait les grandes écoles m’a rappelé un mot de …Comment c’est-y qui s’appelle déjà, ah oui, Bourdieu  Les faits divers c’est surtout des faits de diversion…J’vois pas ben ce que ça veut dire mais c’est sûrement vrai…

- Autrement, ça va chez vous ?

- Ben, j’attends les primaires.

- Dites donc, vous êtes pas en avance. Chez nous, dans le Léon, les primeurs sont déjà sur le marché. Elles vont être un peu amères, vos primaires.

- Z’en faites pas madame Boulic, c’est des légumes de Hollande.

FISHING BLUES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis de la sérénitude et du lapsang souchong réunis, bonjour !

 

Ce 17 mai correspond au 28è jour de floréal dédié à la buglosse, ce qui, j’en suis persuadé, vous fait une belle jambe.

Une fois encore, l’actualité nous confronte à cette nouvelle caste télévisuelle que sont les commentateurs. Ces éditocrates qui n’ont plus rien de commun avec le journalisme se succèdent sur les plateaux pour nous assèner leur vérité. Il est très difficile d’y échapper car ils occupent aussi les ondes de nos radios et les colonnes des journaux. Ils forment entre eux une sorte de secte qui a réussi à occuper l’espace médiatique jusqu’à plus soif. Leur crédo c’est le commentaire et ils commentent avec autant d’aplomb aussi bien sur Itélé que sur Canal, à Libé ou au Figaro, sur RTL ou sur Inter. Je ne supporte plus ces olibrius qui me serinent à longueur de journée « ce qu’il convient de penser » sur tel ou tel fait d’actualité. Vive le journalisme anglo-saxon…

 

Allez, tiens, aujourd’hui petit portrait.

 

Voici Henry Saint Clair Fredericks plus connu sous le nom de TAJ MAHAL. Evidemment il s’agit d’un joueur de blues.

Il est né à New-York le 17 mai 1942. Son père était arrangeur de jazz et il fonde dans les années 60 les Rising sons en compagnie de Ry Cooder et Ed Cassidy. Excellent guitariste et harmoniciste il va participer à de nombreux festivals notamment le Fillmore West. Il va par la suite s’employer à enrichir sa musique en assimilant des rythmes des Caraïbes, de Salsa et d’amérique latine. Il enregistre the Real thing au milieu des Pointer Sisters avec John Lee Kooker et le griot malien Ali Farka Touré.

Il a joué le rôle du mythique bluesman dans le superbe film de Martin Ritt, Sounder. Sans doute le meilleur film jamais réalisé sur le blues.

Il est amusant de noter qu’il est le propre frère de Carole Fredericks que l’on a beaucoup vu comme choriste aussi bien auprès de Polnareff que de Halliday et même Mireille Mathieu ou Céline Dion.

 

Allez, merci de votre visite, n’hésitez pas à repasser, portez vous bien et à demain peut-être.