Vous lisez actuellement les articles publié le mai 7th, 2011

Page 1 de 1

DRAGON BALL…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis de l’étymologie et du soufflé au fromage réunis, bonjour !

 

Vous ai-je déjà parlé de Neventer que l’on fête aujourd’hui en Bretagne ? En voilà un qui a laissé son nom à la commune de Plouveventer, en Finistère evel just, et qui est l’archétype du bon saint chassant les vieux dragons des terres païennes. Si l’on en croit le noble et discret messire Le Grand, chanoine de Saint-Pol, premier Conseiller du Duc François II et recteur de Plounéventer en1412, c’est à dire le propre grand oncle d’Albert Le Grand à qui nous devons un collectage fabuleux des contes et légendes de Bretagne, c’est une véritable épopée que vécurent Neventer et son pote Derrien, de retour des croisades, dans les parages.Tout cela sur les rives de l’Elorn, magnifique rivière à truites et saumons.ici à droite, c’est une représentation de saint Derrien.

Ces deux saints débarrassèrent la région d’un dragon qui revendiquait chaque jour sa ration de chair humaine. Il semble bien que les personnages de Saint Néventer et de Saint Derrien seraient nés de l’imagination d’un recteur ennuyé de n’avoir aucune légende à raconter à ses paroissiens ce qui était fort dommageable lorsqu’il s’agissait d’évangéliser tous ces mécréants de basse-bretagne…Il existe encore une « gwerz » chantée par les bardes locaux et qui conte cette histoire:

Bed en devoa eveus a hed
Ervez ar soutur pemp gonset
E gorv a ioa vihana
Kement hag eur marc’h ar brasa.
E gorv a ioa goloet
Eveus a skant kalet meurbet.
En eur ger, ken terrubl oa,
Ar bed-holl a grene razan.

Quand à Rioc, le seigneur du patelin, sauvé des griffes du dragon, il a laissé son nom à la jolie petite commune de Riec-sur-Belon. Ah, une douzaine de Belon et une bonne bouteille de muscadet de chez Cherreau et Carré. Je vous conseille le « vieilles vignes »  le comte de Chasseloir, c’est un vrai délice qui donne au Muscadet ses lettres de noblesse.

Allez, avec votre permission je vais m’arrêter là pour aujourd’hui car, à chaque jour suffit sa peine, disait qui vous savez. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être. Vous pouvez suivre les aventures du cénobite sur Twitter;#erwandekeramoal.