EN PLACE POUR LA PHOTO…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , ,

 

Amis de la photo argentique et de la brioche vendéenne réunies, bonjour !

Nos amis républicains, toujours en avance d’une longueur, avaient dédié ce 26 avril, 7è jour de floréal, au muguet.

Ce qui m’amène, sans transition aucune, à ce petit billet. C’est en faisant le tri dans quelques vieux cartons que je suis tombé sur une photo de cet artiste dont je voulais vous dire quelques mots.

 

René Maltête est né le 8 mai 1930 à Lamballe dans les Côtes d’Armor. Il commence à prendre des photos dès l’âge de 16 ans. Un photographe moins célèbre que Doisneau, moins médiatisé que Ronis, moins bobo que Artus Bertrand, moins  « historique » que Capa, assez atypique ! Anarchiste, anti-conformiste, non-violent, anti-militariste, pacifiste, etc. Pas de sécurité sociale, pas de patron, pas de retraite, pas de contraintes. « Militant ardent et inventif, il avait engagé l’humour sous la bannière des causes qu’il défendait, la protection de la planète et la condamnation de la guerre… ses amis complices se souviennent pour longtemps des dépôts solennels de gerbes en l’honneur « des futurs morts des prochaines guerres » en pleine cérémonie officielle avec sous-préfet compassé et fanfare militaire bégayante. » (Anne Certain)

 

Un mode de vie assez difficile à vivre pour les proches… Il travaillait pour l’agence Rapho, comme Robert Doisneau, en temps que « photographe illustrateur », de façon totalement indépendante. Il nous lègue une oeuvre originale, attachante, impertinente et toujours d’une réelle et quelquefois cruelle, ironie.

 



1951 : Il « Monte » à Paris pour être assistant-réalisateur et se retrouve, en 1952, assistant-metteur-en-scène-stagiaire de Jacques Tati et de Claude Barma. Les temps sont durs, il doit pratiquer plusieurs petits métiers pour subsister.
En 1958, il intègre la célèbre agence Rapho.
En 1960, il réussit à faire publier son livre « Paris des rues et des chansons », muni de textes de Prévert, Vian, Brassens, Trenet, Mac Orlan. D’autres livres suivront.


Photographe vagabond, poète, humoriste, écologiste avant l’heure, René Maltête avait le talent de piéger avec son objectif des situations insolites de notre vie quotidienne. Drôles, poétiques, tendres, les photos de René Maltête ont été publiées dans la presse du monde entier, « Stern », « Life », « Epoca », « Camera », « Asahi Camera », « Punch », et de nombreuses expositions et cartes postales ont contribué à populariser son oeuvre.
René Maltête est mort le 28 novembre 2000.

Je crois que c’est à lui que l’on doit cette fameuse photo de Prévert, ci-dessous…A vérifier !

 



 

 

 

 

 

 

 

voilà pour aujourd’hui, humeur et humour restent les deux mamelles des « cénobites tranquilles ». Avouez qu’en ces temps de décrépitude, cela fait du bien, un petit bain d’irrévérence. En attendant la prochaine livraison, portez vous bien et à demain peut-être.

2 commentaires

  1. corsico

    c2e4da27651d0b827ab74cb38ac4539a? « > Loin de moi l’idée de provoquer une attrapade avec le Cénobite blogueur , mais la photo de Prevert semble etre l’oeuvre de Doisneau ,exposée notamment lors de l’exposition « Jacques Prévert, Paris la Belle » à l’Hotel de ville de Paris en octobre 2008.
    Ce qui n’enlève rien ,d’ailleurs au talent de René Maltéte,et à l’humour de ses photos que l’on peut apprécier dans ses ouvrages comme Paris de rues et des chansons, ou Au petit bonheur,la France.
    « Rien de plus nécessaire que l’humour,qui nous évite de subir les événements, dans notre impuissance individuelle à pouvoir les modifier. » écrivait il; ce n’est pas le Cénobite qui le contredira, non?
    Salute a tutti

  2. oui oui

    054868e7671d82f8ead4b204248cb9bc? « > tres bel hommage,Cenobite; merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).