Vous lisez actuellement les articles publié le avril 19th, 2011

Page 1 de 1

A BAS LA CALOTTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis de la liberté de conscience et du veau marengo réunis, bonjour !

 

Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font !

 

L‘obscurantisme a encore frappé et cette fois-ci, amusant, dans la cité des papes…

Le débat sur la laïcité, ou du moins sur la place de la religion et sur la tolérance, a rebondi là où on ne l’attendait pas, autour d’une œuvre d’art d’Andres Serrano jugée blasphématoire par des catholiques à Avignon.

Piss-Christ, c’est le nom de l’oeuvre, date de 1987 et a toujours provoqué la polémique.

Dimanche, cette œuvre a été détruite par des militants qui se sont introduits dans le musée tandis qu’était organisée une manifestation de protestation de plusieurs centaines de catholiques intégristes devant le musée d’art contemporain privé d’Avignon qui présente la collection du galleriste parisien Yvon Lambert.

 

Alain Escada, secrétaire général de l’institut Civitas, a alors déclaré, selon le journal « la Provence »:

« Nous vivons un temps de christianophobie. Aujourd’hui est un jour de colère pour tous les catholiques de France à la veille du dimanche des Rameaux, nous exigeons que cette œuvre soit retirée de la collection Lambert. »

Dimanche, jour des Rameaux dans la tradition catholique (jour de la pensée pour les républicains), les manifestants se sont montrés plus offensifs, puisque deux personnes ont réussi à s’introduire dans le musée et à atteindre les oeuvres qu’ils ont saccagées avec des marteaux qu’ils avaient caché sous leurs vêtements.

Quand ce ne sont pas les barbus qui protestent contre les caricatures de Mahomet, ou les Juifs contre la venue de Stéphane Hessel pour une conférence dans une grande école, ce sont les cathos, tendance « jupe plissée et socquettes blanches » qui s’en prennent aux artistes. Et pourtant, le dernier condamné pour blasphème en France est le chevalier de la Barre, décapité à l’âge de 19 ans et jeté au feu avec le dictionnaire philosophique de Voltaire le 1er juillet 1766. Une statue représentant le Chevalier de la Barre est de nouveau présente sur la colline de Montmartre à Paris depuis son inauguration le 24 février 2001. Elle montre François Jean de la Barre souriant, les mains dans les poches et coiffé d’un chapeau, comme un défi permanent à cette procession religieuse qu’il n’a pas salué à Abbeville en 1765.

Et bien le cénobite, libre penseur, athée, anticlérical bref, mécréant; revendique le droit au blasphème comme inaliènable et constitutif de son état de citoyen libre. Que tous ces bigots retournent dans leurs églises, mosquées, synagogues et autres temples et arrêtent de nous les briser menu avec leurs fatwas, leurs excommunications, et leur terrorisme anti-républicain.

Rien de tel qu’un petit coupe de gueule pour reprendre goût à la vie. Allez, portez vous bien et à demain peut-être.