Vous lisez actuellement les articles publié le avril 1st, 2011

Page 1 de 1

Amis du symbolisme et du canard laqué réunis, bonjour !

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis du symbolisme et du canard laqué réunis, bonjour !

Le 1er avril est le douzième jour de germinal dans notre calendrier républicain et, ce n’est pas le jour du poisson mais du charme. Le mot charme est issu du nom latin du charme commun, carpĭnus. Ce mot viendrait des racines celtiques, car, désignant le bois et pen désignant la tête, car le bois de charme servait à fabriquer les jougs. Lorsque nos jeux remuants insupportaient mon aïeule, celle-ci se laissait aller à utiliser le breton et nous traitait de torr-pen (casse-tête, casse pieds).

Le 1er avril 1856, naissance de Charles MAURIN au Puy (Auvergne).
Peintre graveur et anarchiste, il mérite une petite place dans notre galerie de portraits.Et d’auto-portraits comme celui que l’on voit ici à droite.
En 1875, il obtient le Prix Crozatier qui lui permet de venir à Paris étudier aux Beaux-Arts puis à l’Académie Julian (où il enseignera ensuite). Il expose au « Salon des Artistes Français » et devient membre de la Société en 1883. Ami de Toulouse-Lautrec, ce dernier fera sa première exposition particulière avec lui en 1893. Il puise son inspiration des artistes japonais, révolutionne la technique de l’eau-forte, et réalise également des bois-gravés. Il collabore à « La Revue Blanche » dirigée par Fénéon et initie Félix Vallotton à la gravure et à l’anarchisme.
Il meurt à Grasse, le 22 juillet 1914.


C‘est lui qui a réalisé le bois gravé de Ravachol que l’on voit ici à gauche, le torse nu, entre les montants de la guillotine.

Maurin met parfois la perfection de son dessin au service de l’idée et celà explique qu’un tel artiste ait pu à la fois fréquenter les milieux anarchistes et exposer au Salon de la Rose+Croix en 1892. Sa virtuosité atteint un sommet dans le fameux triptyque de l’Aurore, exposé au salon de la Rose+Croix et dont on a souvent raillé la présence dans cette exposition. 

 


La fascination du peintre pour l’enfance, dont la pureté serait à ses yeux un antidote à la laideur sociale d’un monde qu’il réprouve, se trouve amplement illustrée ; on ne peut certes qu’être charmé par ces images gracieuses tant peintes que gravées, mais il faut aller au-delà de l’amabilité du sujet pour reconnaître en Maurin un artiste solide. La fillette à la poupée que l’on voit ici à droite est visible au musée d’Orsay. Enfin, le tableau, pas la fillette, gros dégoutants !

Maurin fait partie de ces anarchistes qui étaient plus habiles au maniement du pinceau que de la bombinette et c’est fort heureux pour nous.

 

Bon, et bien voila un billet plus léger que les précédents. Je fais remarquer au passage que c’est le 571è billet des « cénobites tranquilles » blog d’humeur et d’humour qui poursuit son bonhomme de chemin cahin-caha et qui vient de franchir la barre des 17 000 visiteurs; merci à vous pour votre fidélité et votre indulgence à l’égard de l’auteur. Aussi sur Twitter: #erwandekeramoal.

En attendant le prochain, portez vous bien et à demain peut-être.