Vous lisez actuellement les articles publié le mars 23rd, 2011

Page 1 de 1

DE BON ALOI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

 

Amis de l’encyclopédie et du kebab d’agneau réunis, bonjour !

 

Le 23 mars, dans le calendrier républicain, était dédié à l’asperge ce qui, bien entendu n’a rien à voir avec ce qui va suivre. Il y a des semaines comme celles là où le vent de la nostalgie vous entraînent loin des côtes; résultat, il faut souquer dur pour rentrer au port.

Tiens, j’apprends, en jetant un oeil distrait sur ma gazette, que Maître Capello, 88 ans, à décider de passer l’arme à gauche.

Il nous aurait dit: Cette locution provient du langage militaire. Au XVIIe siècle, quand les soldats devaient charger leur fusil, ils le tenaient de la main gauche, afin de pouvoir utiliser leur main droite et être plus à l’aise. Cependant, les mouvements à effectuer étaient longs et nombreux, laissant les soldats très vulnérables. « Passer l’arme à gauche » pouvait donc à ces occasions être synonyme de mourir. De plus, lors des funérailles avec les honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt. Enfin, le mot « gauche » a toujours eu une connotation négative, d’où senestre, sinistre…

 

De son vrai nom Jacques Capelovici, il devint célèbre en participant aux fameux jeux de vingt heures qui, étonnament, démarrèrent sur FR3 un 23 mars 1976. La liaison entre les studios et la province était assurée par l’innénarrable Jean-Pierre Lascombes qui a terminé sa carrière en faisant de l’animation dans les grandes surfaces. Ardent défenseur de la langue française, Maître Capello était agrégé d’anglais, lisait le braille, était diplômé d’italien et de scandinave ancien, et était aussi certifié d’allemand.

Bon et bien dites moi, voila qui nous change des anarcho-libertaires et autres libres penseurs auxquels les « cénobites tranquilles » nous ont habitué. Mais dans ce monde de brutes, un peu de légèreté n’est pas de mauvais aloi…Je m’en vais donc en rester là, des tâches plus prosaïques m’attendent du côté des jardins de Keramoal. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.