Vous lisez actuellement les articles publié en mars 2011

Page 1 de 4

LA FACEBOOKISATION…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

 

Amis de l’agonistique et de la bouillie d’avoine réunies, bonjour !

En ce 31 mars, 11è jour de germinal, dédié à la pervenche, voici le procès verbal de mes dernières circonvolutions mentales concernant l’intervention occidentale dans les restes du monde. (pervenche – procès verbal…Difficile de la rater.)

 

La facebookisation de la jeunesse arabe est une instrumentalisation qui flatte les pulsions de liberté et de démocratie des jeunes et leurs fantasmes généreux, c’est le romantisme du XXIè siècle.

Et pourtant ceci est une vieille histoire…La question des relations entre le Monde arabe et l’Europe, entre les deux rivages de la Méditerranée, s’est posé essentiellement à quatre moments de l’histoire. D’abord,la grande période arabo-musulmane, celle de la transmission des sciences grecques à l’Occident; ensuite, l’époque des croisades; puis l’époque des impérialismes, à partir du XIXe siècle; et enfin la situation actuelle, qui s’articule autour de deux thèmes centraux: le pétrole et l’immigration.

L’Occident revenchard a attendu son heure pour faire revivre les croisades. Au cours de l’automne 1917, le général Sir Edmund Allenby a envahi la Palestine et, le 11 décembre, lui et ses officiers sont entrés dans la ville sainte de Jérusalem par la porte de Jaffa. Le Premier ministre, Lloyd George, considérait cela comme un cadeau de Noël et écrivit que la chrétienté avait repris «possession de ses lieux saints». Le général français, Henry Gouraud, entra à Damas en juillet 1920. Après avoir frappé sur le tombeau de Saladin, Gouraud s’écria: «Réveille-toi Saladin, nous sommes de retour. Ma présence ici consacre la victoire de la croix sur le croissant.» Et aujourd’hui, les Guéant, Coppé et consorts veulent nous imposer un débat sur l’Islam sous couvert de laïcité ! Il est amusant de noter, ironie de l’histoire, que les croisades et l’immigration empruntent les mêmes routes…En sens inverse.

Nous y voilà! le pétrole et toujours le faciès de l’émigré, surtout s’il est arabe et musulman. Décidément et sans verser dans le choc des civilisations que Samuel Huntington avait appelé de ses voeux, il faut convenir que les croisades au besoin matinées de mondialisation de capitalisme sauvage et naturellement de pétrole, se sont installées dans la durée.

On peut penser que plus rien ne peut arrêter la dynamique d’effritement des anciens pouvoirs arabes au profit de l’inconnu. Chacun s’interroge sur ce qui en restera quand l’inexorable tsunami de la contestation balaiera les pouvoirs en place. On peut parier que les royautés du golfe ne seront pas balayés ou au pire l’Occident trouvera la parade pour en faire transitoirement des monarchies parlementaires, ce qui n’amènera pas le bonheur aux Arabes mais permettra d’assurer encore pour quelques décennies le confort énergétique de l’Occident et assoiera définitivement Israël.

A nouveau, la partition du Monde arabe est en marche. La Syrie ne sera plus comme avant, les suivants d’El Assad accepteront une partition des Kurdes qui rêvent avec leurs frères Irakiens et Turcs d’avoir leur Etat. La Turquie est de ce fait, visée. Il ne faut pas oublier que tous les pays du Moyen-Orient ont été constitués sur la base du partage des territoires entre Français et Britanniques définis lors  des accords Sikes-Picot en 1916 et non sur des notions de peuple.(A gauche la photo de Picot le diplomate français qui mena les négociations).

Et les troubles en Syrie pourraient amener un éclatement du pays où aujourd’hui différents peuples coexistent. Après un tel éclatement, on irait vers celui du Liban, puis celui du Yémen. Puis en Egypte, l’entité copte serait confirmée dans la Haute-Egypte…N’oubliez pas non plus que trois Etats coexistent en Irak et que le Sud-Soudan vient de faire sécession.

Voilà pourquoi je pense que la facebookisation de la jeunesse arabe est une instrumentalisation. Mais au final le résultat est le même car c’est un nouvel impérialisme qui se met en place et qui docilise les jeunes en leur donnant l’illusion que ce sont eux qui décident. C’est la même méthode utilisé par la dictature du marché qui arrive à « fabriquer des victimes consentantes » accros à la consommation. Le malheur est que ces jeunes se réveilleront un jour plus frustrés que jamais , et ces pays sont partis pour un nouveau joug avec une classe dirigeante jaillie de nulle part, mais déjà éduquée et formatée par l’impérialisme planétaire pour prendre le pouvoir d’une façon soft…. Sources: des lectures de Chems Eddine Chitour – Antoine Sfeir…

Et voila pour aujourd’hui, la semaine prochaine on fera plus léger. Les « cénobites tranquilles » c’est aussi sur Twitter:#erwandekeramoal. En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.

RADIUM ET URANIUM SONT SUR UN BATEAU…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

 

Amis de la Grèce antique et du jambon macédoine réunis, bonjour !

Les premières vingt-quatre heures de l’attaque contre la Libye, les B-2 des Etats-Unis ont jeté 45 bombes de 2.000 livres chacune. Ces énormes bombes avec les missiles Cruise lancés depuis des avions et des bateaux britanniques et français, contenaient des ogives d’uranium appauvri.



L’uranium appauvri est le produit de déchet du processus d’enrichissement de l’uranium. Il est utilisé dans les armes et les réacteurs nucléaires. Parce que c’est une substance très lourde, 1,7 fois plus dense que le plomb, elle est très appréciée par l’armée pour sa capacité à transpercer des véhicules blindés et des édifices. Quand une arme qui porte une pointe d’uranium appauvri frappe un objet solide, comme la paroi d’un char, elle pénètre à travers lui et après explose en formant un nuage incandescent de vapeur. La vapeur se dépose comme poussière, une poussière qui est pas seulement vénéneuse mais aussi radioactive.
Un missile avec de l’uranium appauvri au moment de l’impact brûle à 10.000ºC. Quand il atteint un objectif, 30 % sont fragmentés en mitraille. Les 70 % restant s’évaporent en trois oxydes hautement toxiques, dont l’oxyde d’uranium. Cette poussière noire reste suspendue dans l’air, et selon le vent et la climatologie, peut voyager sur de grandes distances. C’est très facile d’inhaler des particules de moins de 5 microns de diamètre qui peuvent rester dans les poumons ou dans d’autres organes pendant des années. Cet uranium appauvri inhalé peut causer des dommages rénaux, des cancers du poumon et des os, des problèmes de peau, des troubles neurocognitifs, des anomalies chromosomiques, des syndromes d’immunodéficience et d’étranges maladies rénales et intestinales. Les femmes enceintes qui se trouvent exposées à l’uranium appauvri peuvent mettre au monde des bébés ayant des malformations. Dès que la poussière se vaporise, on ne peut pas espérer que le problème puisse disparaître de si tôt. Comme émetteur de particules alpha, l’Uranium Appauvri a une vie moyenne de 4.500 millions d’années. A votre santé !

Sources: un texte de Marc Lafontan d’après un article du centre de recherche sur la mondialisation sur le site ICI

Entre cela et Fukushima on a de quoi se régaler pour des siècles et des siècles, amen!

Que cela ne vous empêche pas de vous bien porter et à demain peut-être.

ELECTIONS, PIEGE ABSCON…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de l’humanisme et de l’andouillette de Senven-Lehart réunies, bonjour !

Nous sommes le 29 mars 2011, c’est à dire le 9è jour de germinal. En ce lendemain d’élections cantonales en France, le monde continue de s’envoyer en l’air. A Fukushima on est prié de respecter la dose indiquée mais, rien n’y fait, cela continue inexorablement. Fusion et confusion, stupeur et tremblement, kimono et tsunami. Du côté de chez Mouammar on chante « Ah Dieu! que la guerre est jolie » comme dans ce merveilleux poème de Guillaume Apollinaire (il savait de quoi il parlait).

 

L'adieu du cavalier

Ah Dieu! que la guerre est jolie
Avec ses chants ses longs loisirs
Cette bague je l'ai polie
Le vent se mêle à vos soupirs

Adieu! voici le boute-selle
Il disparut dans un tournant
Et mourut là-bas tandis qu'elle
Riait au destin surprenant

Rimbaud l'avait déjà évoqué dans "Le Mal"
Tandis que les crachats rouges de la mitraille
Sifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu ;
Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,
Croulent les bataillons en masse dans le feu ;

Tandis qu'une folie épouvantable broie
Et fait de cent milliers d'hommes un tas fumant ;
Pauvres morts ! dans l'été, dans l'herbe, dans ta joie,
Nature ! O toi qui fis ces hommes saintement !...

Et richard Attenborough de nous le rappeler dans son film en 1969.
L'imagination de l'homme en la matière est sans limite.

Car la guerre est toujours faite au nom de grandes idées, la patrie, la liberté, la démocratie…regardez, à droite, ce que réalisèrent 18 000 soldats avant de s’embarquer. Nous sommes en 1918 dans le camp de Dodge en IOWA. Etonnant non ?

Et cela dure depuis une éternité… Vous avez aimé les « révoltés du Bounty », vous allez adorer « les insurgés de Benghazi ». Benghazi justement, dans l’est de la Lybie .Un élément très important qui n’est mentionné dans aucun grand média est que cette ville est le point du continent Africain le plus proche de l’Europe. Benghazi est donc devenue, au cours des 15 dernières années environ, l’épicentre de la migration africaine vers l’Europe. Il est arrivé que plus de 1000 émigrés africains entrent par jour en Libye dans l’espoir d’atteindre l’Europe.

Le trafic humain, un de commerces les plus malsains et inhumains qui soit, s’est transformé en une véritable industrie à Benghazi, brassant des milliards de dollars. Un monde parallèle mafieux s’est développé dans la ville et il est profondément implanté et emploie des milliers de personnes dans tous les domaines et corrompt la police et les fonctionnaires. Lorsque les premières manifestations de jeunes mécontents se sont déroulées à Benghazi, la coalition informelle de groupes terroristes (notamment le Groupe Islamique Combattant, proche de Al Quaida) et de gangs de trafiquants ont immédiatement profité de la situation pour attaquer les prisons de haute sécurité à l’extérieur de Benghazi où leurs camarades étaient enfermés. Et d’ailleurs, pour ce qui doutent, Dans une interview au journal italien Il Sole 24 Or, M. al-Hasidi (ici à droite) chef de la rebellion lybienne, a admis qu’il avait recruté « environ 25 hommes » de la région de Derna, dans l’Est de la Libye, pour lutter contre les troupes de la coalition en Irak. Certains d’entre eux, dit-il, sont « aujourd’hui sur les lignes de front dans Adjabiya ».M. al-Hasidi affirme que ses combattants « sont des patriotes et de bons musulmans, pas des terroristes », mais il a également ajouté que les « membres d’Al-Qaïda sont également de bons musulmans et se battent contre l’envahisseur ». No comment.

Après la libération de leurs chefs, la rébellion a attaqué les postes de police et les bâtiments officiels, et les habitants de la ville se sont réveillés avec la vision de cadavres de policiers pendus aux ponts qui enjambent les autoroutes.Ce sont ces gens là que Sarkozy a reçu en leur décernant le titre de seuls représentants de la Lybie.

Pendant ce temps on nous demande de choisir, pour gérer un département, entre monsieur Truc et madame Machin…C’est comme si on nous demandait, vous êtes plutôt thé ou café, beurre ou confiture, de gauche ou socialiste…Je signe et je persiste: Elections = piège abscon…

Oui décidément que la guerre est jolie ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.


 

AUX PREMIERES JONQUILLES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis de l’Amérique profonde et du beurre de cacahuète réunis, bonjour !

 

Puisque ce 28 mars correspond au 8è jour de germinal et qu’il est dédié aux jonquilles, célébrons le printemps en rendant un petit hommage à celui qui s’est autoproclamé « le père du blues ».

William Christopher HANDY.

Il est le créateur des célèbres Memphis blues et Saint Louis blues que l’on entend ici sur cette vidéo qui gratte comme un vieux bourbon. Il est décédé un 28 mars ce qui me donne l’occasion d’en dire quelques mots. Il était né dans l’Alabama, d’esclaves affranchis dit-on, et son père était pasteur. Comme beaucoup de bluesmen c’est dans l’église qu’il fit ses premiers pas de chanteur et de musicien.


 

Copropriètaire d’une maison d’édition musicale à Memphis au début du XXè siècle, il a surtout eu l’idée de trancrire en partitions les blues qu’il entendait dans les quartiers noirs populaires et de les publier sous son nom. Ce rôle de diffuseur n’est pas à négliger même si sa légende dépasse la réalité. En 1958, un film s’empare de sa vie et son rôle est tenu par Nat King Cole lui même.

La publication en 1912 de la partition de Memphis Blues introduit son style de blues en douze mesures dans de nombreux foyers. En même temps, on le cite comme ayant inspiré l’invention du pas de danse Fox Trot par Vernon et Irene Castle, un groupe de danse de new-York. Cette chanson est également considérée par beaucoup comme la toute première chanson de blues.

La ville de Memphis , berceau du blues, a immortalisé Handy en donnant son nom à un parc et en lui érigeant une statue (que l’on voit ici à droite) en 1980 ainsi qu’en décernant chaque année les W.C. Handy awards du blues.

Bien que lui même ait très peu enregistré, ses blues sont devenus des standards. Allez, on l’ajoute sans remords à notre galerie de portraits.(Il semblerait qu’au singulier comme au pluriel, on mette toujours un « S » à remords…Je n’en suis pas sûr.)

Sources: La grande encyclopédie du blues de Gérard Herzhaft.

Tout à fait autre chose.

Sans même avoir vérifié les résultats, je mise sur une augmentation de l’abstention au second tour des cantonales. Et du coup, je vous offre cette parodie de film que l’on doit au super blog de CPOLITIC.

 

Vous lirez dans vos gazettes respectives la meilleure façon d’apprécier les « dégats de la Marine ».

Pendant ce temps, le taux de radioactivité ne cesse de grimper autour de Fukushima mais, pas de sushis à se faire, continuent de nous répèter les nucléocrates de tout acabit.

Chez nous, c’est la pollution des esprits qui s’impose par les voix des Guéant, Zemmour, Sarko et consorts.

Tout cela encourage des comportements qui nous rappellent les heures noires de notre histoire. A Nantes des épiciers se sont cru autorisés à chasser à coup de bulldozer des Rroms qui s’étaient installé à proximité de leur magasin. La banalisation de ces attidudes « fascistes » n’est rendue possible que parce que au plus haut niveau de l’Etat elle trouve une légitimité. Ce pétainisme larvé devrait nous révolter; car les leçons de l’histoire nous interdisent aujourd’hui de dire: On ne savait pas ! Comme disait Bretcht, « le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde« .

 

 

Allez, gardez le sourire, portez vous bien et à demain peut-être.


LE MOUVEMENT PERPETUEL…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

 

Amis de l’analyse concrète et du sirop d’érable réunis, bonjour !

 

Nous cheminons lentement vers avril et nous voici déjà le 27 mars, date qui correspond au 7è jour de germinal et qui est dédié au bouleau. Le bouleau est le premier arbre du calendrier celtique; il symbolise la sagesse, en breton Bezo. Le nom local du bouleau est également à l’origine du nom du mois de mars dans plusieurs langues slaves, comme en tchèque (březen); il s’agirait d’une évocation de la sève qui commence à circuler à cette époque. Au Canada et en Alaska on en tire un sirop et une eau de vie. Le bois du bouleau jaune est utilisé en menuiserie sous le nom de merisier, celui du bouleau flexible sous le nom de merisier rouge. On apprend chaque jour quelque chose sur « les cénobites tranquilles ».Voyez ici à droite ce magnifique taleau de Slavicek.

 

Tout a fait autre chose.

Le 27 mars 1972 a vu la disparition d’un artiste dont l’oeuvre m’a toujours intrigué. Maurits Cornelis ESCHER est un dessinateur graveur Hollandais. Tout le monde a croisé un jour l’une ou l’autre de ses oeuvres, originale ou transformée, souvent avec bonheur (mais pas toujours) aux fins de publicités, de génériques d’émissions télévisées, de couvertures de livres, ou d’affiches.

ESCHER associe perfection d’exécution et imagination. Il abuse de nos sens visuels, joue avec notre raison, invente de nouvelles représentations spatiales et de nouveaux mondes qui n’existent que par le dessin. Car « dessiner, c’est tricher ! ». Son œuvre expérimente diverses méthodes de pavage en deux ou trois dimensions ou représente des espaces paradoxaux qui défient nos modes habituels de représentation. L’œuvre de Maurits Cornelis Escher a séduit de nombreux mathématiciens auxquels il se défendait d’appartenir. Il aimait à dire à ses admirateurs : « Tout cela n’est rien comparé à ce que je vois dans ma tête ! ». Faut-il rappeler qu’il était « satrape » du collège de pataphysique…

Il y a un type qui s’appelle Andrew Lipson et qui s’est mis en tête de reproduire les dessins de ESCHER en briques de Lego. Etonnant, non ! Un de mes gars dans sa prime enfance avait cette faculté de construire des choses improbables avec ce matériau et de consommer une ramette de papier par semaine pour ses étranges esquisses. Mon patron n’a jamais compris les débordements de mon budget « fournitures de bureau »…

 

Bon allez, plus prosaïquement, pour moi le mouvement perpétuel consiste à reprendre la tondeuse à gazon et à faire le tour des jardins de Keramoal. Portez vous bien et à demain peut-être.

VOUS REPRENDREZ BIEN UN PEU DE RADIUM…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la radioactivité et du savon au radium réunis, bonjour !

A l’époque de Plogoff on disait: Nukleel ? Nann ! Bon mais alors…Juste un nuage !


 

Au début du 20ème siècle, le radium était découvert par Pierre et Marie Curie, à partir des travaux de Becquerel sur la radioactivité. Considéré d’abord comme un produit miraculeux, les industriels aussi bien que les charlatans s’en emparent rapidement et le radium se retrouve partout.

Le radium est LA substance à la mode jusque dans les années 40 : vêtements, sodas, fontaines d’eau au radon, crèmes cosmétiques, médicaments et potions supposés guérir divers maux ou booster sa vie sexuelle.


Pendant des décennies, des compagnies ont commercialisé ces produits sans en être inquiétées malgré un premier scandale dès 1917 avec le procès des Radium Girls qui fabriquaient des montres à cadran lumineux en y apposant une peinture au… radium.

 

Vient ensuite la découverte majeure de Hermann J. Muller sur la toxicité des rayons en 1927, mais c’est la mort du milliardaire américain Eben MacBurney Byers en 1932 suite à des prises quotidiennes de Radithor qui sonnera la fin de l’ère Ray-Cura.

 

 

 

Rien de plus efficace qu’un bon suppositoire radioactif avant de se coucher.

 

 

 

 

 

Il y en avait pour tous les goûts y compris pour les animaux de la ferme…

 

Pour les plus téméraires, il y avait aussi les préservatifs radioactifs.

 


 

Ah quelle époque madame Michu…Aujourd’hui on se fait un sang d’encre parce que une centrale nipponne a décidé de se volatiliser.

Non décidément…C’était l’bon temps ! Allez portez vous bien et à demain peut-être.

Poème irrationnel

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

 

Amis de la Pataphysique et de la raie au beurre noir réunies, bonjour !

Pour ce 25 mars, 5è jour de germinal, nos amis républicains avaient décidé de dédier cette date à la poule…Allez savoir ce qui se passait dans la tête de Fabre d’Eglantine !

Voici un autre grand poète qui mériterait mieux que les obscurs rayonnages des bibliothèques municipales. Il est né un 25 mars 1931 dans le Vaucluse.

Jacques Bens fut l’un des fondateurs de l’Oulipo. Dataire au Collège de Pataphysique, gendre de Célestin Freinet (dont j’ai longuement parlé dans ces colonnes), il a travaillé avec Raymond Queneau chez Gallimard à l’Encyclopédie de la Pléïade, de 1960 à 1963. Il a été durant les trois premiers siècles de l’OuliPo son « secrétaire provisoire » chargé des comptes-rendus de séances, rassemblés aujourd’hui chez Bourgois. Poète, romancier, et nouvelliste (il a reçu en 1990 le « Goncourt de la Nouvelle » pour ses Nouvelles désenchantées.)Je vous recommande Cinq chateaux de cartes chez Nathan en 1983, il fut également un éminent cruciverbiste, et collabora avec Perec pour les jeux du journal Télérama.A droite, réunion de l’OuLiPo en 1975 dans les jardins de François Le Lionnais.

Il a été membre fondateur de l’Oulipopo, Ouvroir de littérature policière potentielle et de l’OuCuiPo (ouvroir de cuisine potentielle). On lui doit notamment, la cuisine en jeux paru chez Zulma en 1999, ouvrage dans lequel il organise une visite ludique et gourmande à travers les provinces françaises. Comment concilier des activités d’écrivain, d’oulipien chevronné et de cruciverbiste avec une passion pour l’art culinaire ? En imaginant un petit livre où alternent recettes, grilles de mots croisés, acrostiches et autres anagrammes. De quoi faire patienter vos invités si votre gigot nécessite un temps de cuisson supplémentaire ! Un truc qui devrait figurer sur les étagères de dansmacuizine.com.

Poème irrationnel

Le presbytère n’a rien perdu de son charme,
Ni le jardin de cet éclat qui vous désarme
Rendant la main aux chiens, la bride à l’étalon.

Mais cette explication ne vaut pas ce mystère.

Foin des lumières qui vous brisent le talon,
Des raisonnements qui, dissipant votre alarme,
Se coiffent bêtement d’un chapeau de gendarme,
Désignant là, le juste, et ici, le félon.

Aucune explication ne rachète un mystère.

J’aime mieux les charmes passés du presbytère
Et l’éclat emprunté d’un célèbre jardin;
J’aime mieux les frissons (c’est dans mon caractère)
De tel petit larron que la crainte oblitère,
Qu’évidentes et sues les lampes d’Aladin.

Vous, je ne sais pas, moi j’adore…

Allez, encore merci de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.

LES PERLES DE L’ORIENT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

 

Amis du consensus mou et du filet mignon réunis, bonjour !

Nous sommes le 24 mars de l’an de grâce 2011 et je ne me résouds pas à rejoindre la majorité silencieuse ni dans les urnes cantonales ni à propos du proche-orient. Je vais donc en remettre une couche.

L’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis ont envahi le petit royaume de Bahreïn dans l’indifférence quasi générale. La population mène depuis plus d’un mois, un magnifique combat pacifique contre le despotisme de la dynastie des Al-Khalifa au pouvoir depuis trois siècles.

Au Yémen « le peuple veut renverser le régime », c’est ce que réclament les manifestants depuis plusieurs semaines. Ali Abdallah Saleh, surnommé par son propre peuple le « boucher », est au pouvoir depuis 1978 (1978/1990 président du Yémen du Nord et depuis 1990 du Yémen réunifié).

Le même vent de révolte souffle également sur le sultanat d’Oman dirigé depuis 1970 par le sultan Qaboos qui concentre entre ses mains tous les pouvoirs. Ses ancêtres dirigeaient ce petit royaume depuis 1749 ! A droite, le sultan.

Cette aspiration profonde au changement inquiète évidemment les pouvoirs autoritaires en place, mais surtout l’impérialisme américain et européen. Car des régimes démocratiques, au Yémen, à Bahreïn et à Oman peuvent donner des idées et servir d’exemple aux autres peuples de la région qui subissent la même oppression, les mêmes injustices et les mêmes régimes tyranniques. En Arabie Saoudite, le peuple aspire lui aussi, comme les autres peuples arabes, à une société nouvelle débarrassée du joug de la dynastie des Al Saoud qui domine le pays depuis des siècles. Et il ne faut surtout pas que le peuple saoudien emprunte le même chemin que les peuples voisins et renverse le régime anachronique des Al Saoud serviteur local des États-Unis comme l’a fait le peuple tunisien et égyptien. Faut-il rappeler que le sol saoudien renferme les plus importants gisements de pétrole au monde, et que l’Arabie Saoudite est le premier exportateur mondial et le deuxième producteur de l’or noir. Elle est à ce titre un élément clé de la sécurité énergétique des USA. Les américains sont les protecteurs armés de la dynastie saoudienne et leur soutien à la famille royale est inconditionnel.

La place de la Perle, au cœur de Manama la capitale de Bahreïn et haut lieu de la révolte populaire, a été évacuée dans le sang le 16 mars 2011. Une répression sauvage s’est abattue sur des hommes et des femmes qui manifestaient pacifiquement contre une dictature. A droite, la place de la Perle. Depuis, les autorités ont fait détruire le monument…

Alors que l’impérialisme américain et européen interviennent militairement en Libye « pour assurer la protection des civils », la population de Bahreïn, elle, non seulement n’a pas le droit à cette protection, mais on la réprime violemment avec l’aide des armées étrangères sous l’œil bienveillant des États-Unis. Il faut préciser que c’est à Bahreïn que se trouvent le quartier général de la Ve flotte et le port d’attache des bâtiments de guerre américains. Bahreïn occupe également une position stratégique entre l’Arabie Saoudite, l’Irak, le Koweït et l’Iran.

« Le boucher » du Yémen, Ali Abdallah Saleh au pouvoir depuis 32 ans, continue à massacrer sa propre population avec, là encore, le silence complice des États-Unis et de l’Europe. Rien que pour la journée de vendredi 18 mars, selon l’AFP, la répression a fait 52 morts et 126 blessés. C’est que Abdallah Saleh est considéré comme un allié par les américains dans « la lutte contre Al-Qaïda ».

Une fois encore, on invoque l’humanitaire pour intervenir en Libye riche en pétrole, et on soutient des dictatures en Arabie Saoudite, à Bahreïn, à Oman et au Yémen, des régimes qui massacrent leur population. Aux yeux de l’impérialisme, Kadhafi, contrairement aux autres tyrans arabes, n’est pas tout à fait fiable. Le despote libyen, au pouvoir depuis 42 ans, reste pour les occidentaux « un mauvais dictateur ». Les peuples de Bahreïn, du Yémen, de l’Arabie Saoudite et tous les peuples arabes aspirent profondément à se débarrasser des tyrans d’un autre âge soutenus par les bourgeoisies américaines et européennes qui veulent faire tourner les roues de l’histoire en arrière.

Sources: D’après un article de Mohamed Benlaali sur le site Bellacio. voir le lien colonne de droite.

Voila une petite pierre au débat qui hélas ne fait pas la une des journaux. Les français semblent avoir d’autres chats à fouetter. DSK ne sait toujours pas s’il doit dire qu’il y pense en se rasant et du coup, c’est nous qu’il rase…Fillon ne sait toujours pas si il va voter pour-contre ou contre-pour…Guéant ne sais plus quoi inventer pour s’extrèmedroitiser…Et Le Pen (j’ai écouté Corsico) compte les marrons qu’elle va retirer du feu.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

DE BON ALOI…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

 

Amis de l’encyclopédie et du kebab d’agneau réunis, bonjour !

 

Le 23 mars, dans le calendrier républicain, était dédié à l’asperge ce qui, bien entendu n’a rien à voir avec ce qui va suivre. Il y a des semaines comme celles là où le vent de la nostalgie vous entraînent loin des côtes; résultat, il faut souquer dur pour rentrer au port.

Tiens, j’apprends, en jetant un oeil distrait sur ma gazette, que Maître Capello, 88 ans, à décider de passer l’arme à gauche.

Il nous aurait dit: Cette locution provient du langage militaire. Au XVIIe siècle, quand les soldats devaient charger leur fusil, ils le tenaient de la main gauche, afin de pouvoir utiliser leur main droite et être plus à l’aise. Cependant, les mouvements à effectuer étaient longs et nombreux, laissant les soldats très vulnérables. « Passer l’arme à gauche » pouvait donc à ces occasions être synonyme de mourir. De plus, lors des funérailles avec les honneurs militaires, les soldats passaient leur arme à gauche, canon vers le sol, en signe de deuil et de respect envers le défunt. Enfin, le mot « gauche » a toujours eu une connotation négative, d’où senestre, sinistre…

 

De son vrai nom Jacques Capelovici, il devint célèbre en participant aux fameux jeux de vingt heures qui, étonnament, démarrèrent sur FR3 un 23 mars 1976. La liaison entre les studios et la province était assurée par l’innénarrable Jean-Pierre Lascombes qui a terminé sa carrière en faisant de l’animation dans les grandes surfaces. Ardent défenseur de la langue française, Maître Capello était agrégé d’anglais, lisait le braille, était diplômé d’italien et de scandinave ancien, et était aussi certifié d’allemand.

Bon et bien dites moi, voila qui nous change des anarcho-libertaires et autres libres penseurs auxquels les « cénobites tranquilles » nous ont habitué. Mais dans ce monde de brutes, un peu de légèreté n’est pas de mauvais aloi…Je m’en vais donc en rester là, des tâches plus prosaïques m’attendent du côté des jardins de Keramoal. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.

 

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

 

 

Amis de la nostalgie et du pain perdu réunis, bonjour !

Le 22 mars 1968, à la cité Universitaire de Nanterre, le mouvement contestataire étudiant qui va prendre le nom de « mouvement du 22 mars« , occupe les locaux de l’Université (photo de droite). Il est l’aboutissement d’une contestation grandissante emmenée par des groupes d’extrême-gauche, des anarchistes et des situationnistes. Né d’abord de revendications solidaires, comme la libération des manifestants arrêtés lors des actions contre la guerre du Vietnam (parmi eux, Xavier LANGLADE, j’y reviendrais), il déborde rapidement sur des questions de société comme la remise en cause du puritanisme social (avec la revendication du droit d’accéder à la résidence universitaire des filles).
Rapidement ce mouvement conduit, entre autres, par Daniel COHN-BENDIT (qui se réclame alors de l’anarchie) va passer de la critique de l’Université à la critique de la société et de l’autoritarisme. Il sera le ferment de ce qu’on allait appeler par la suite: les évènements de mai 68.

Je réponds d’autant plus volontiers à la sollicitation de Corsico concernant Xavier Langlade (ici à gauche) que j’ai eu l’occasion de connaître ce dernier. A cette époque là nous étions très engagés dans les comités Viet-Nam et le Front de Solidarité Indochine. Il s’est fait arrêter après le caillassage des vitrines de American express, symbole de l’impérialisme Etatsunien. Voici à droite une photo de notre arrivée rue Scribe, je pense qu’il y a prescription… Je dis cela pour le monsieur des renseignements généraux.

A rennes, où je sévissais à l’époque, il était venu nous enseigner quelques techniques pour faire face aux forces de l’ordre et autres nervis de « Occident », « Ordre nouveau » ou de la C.F.T., milice patronale, qui faisait rêgner l’ordre à Citroën.

Ecoutez plutôt ce qu’en disait Daniel Bensaïd: « 25 janvier 2007, Xavier Langlade nous a quittés brutalement. Il est mort à Cuba, sur cette île qui nous fit tant rêver, presque 40 ans après le premier grand meeting parisien de la Jeunesse communiste révolutionnaire, organisé en hommage au guérillero tombé en Bolivie, un funeste jour d’octobre 1967. En 1966, sur le campus de Nanterre, il avait une solide réputation de praticien des arts martiaux et de dirigeant (avec Jacques Tarnero) d’un service d’ordre étudiant performant, chargé de protéger le campus des descentes répétées des commandos d’Occident. Discret, un peu secret, Xavier avait le goût de la pénombre plus que des projecteurs. Comme la plupart d’entre nous, il vibrait à l’appel de la Révolution cubaine et de l’Amérique latine. Pendant plus de dix ans, nous avons souvent collaboré dans la conspiration contre l’ordre établi: le 21 juin 1973 et la dissolution de la Ligue, l’agonie de l’Espagne franquiste, amers voyages en Argentine et au Chili, où l’atmosphère s’alourdissait des préparatifs du coup d’État. À la fin des années 1970, l’histoire édentée ne nous mordait guère plus la nuque. »

J‘imagine que pour les plus jeunes d’entre vous tout cela a un parfum un peu surrané mais, nous avions 20 ans et étions convaincus que le vieux monde était derrière nous…

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.