Vous lisez actuellement les articles publié le janvier 24th, 2011

Page 1 de 1

L’UN EST SAINT, L’AUTRE PAS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la petite histoire et du céleri rémoulade réunis, bonjour !

24 janvier pour les armoricains c’est la saint Kadeg, ou Kadoc, ou Cadou qui a laissé son nom à une magnifique petite île du golfe du Morbihan dans la ria d’Etel. Voici ce qu’en dit la légende:

Fils d’un prince de Glamorgan en
Pays de Galles, puis fondateur et abbé du grand monastère de Lancarvan
(Llancarfan en Grande-Bretagne dans la région de Cambrie), Saint Cado
(Saint Cadou) vécu en Armorique vers 560.

Il
venait retrouver ses compatriotes chassés par l’invasion saxonne et
résida dans l’ile de la rivière d’Etel qui porte aujourd’hui son nom.

Il
y construit un oratoire, fonda un monastère et se consacra à
l’évangélisation du pays. Il fût aussi à l’origine de la construction de
la chaussée de 100 mètres qui relie l’île à la terre, ce qui lui valu
une légende populaire : Cliquez sur la photo pour voir le diaporama, cela vous donnera peut-être envie d’aller y voir de plus près.


Saint Cado, désirant un pont, mais manquant de moyens pour le réaliser, reçu un jour la visite de Satan.
Celui
ci lui proposa d’en faire lui même la construction, et en guise de
récompense, avoir le 1er être vivant qui traverserait ce pont.

Saint Cado accepta, et le Démon créa l’oeuvre en une nuit. Au matin suivant, Saint Cado lâcha un chat, qui passa sur le pont. Etonnant, non !

Tout à fait autre chose.

Le 24 janvier est aussi la date anniversaire de la naissance de Jeanne HUMBERT (1890-1986), née Jeanne Rigaudin, c’est une
écrivaine, journaliste, militante anarchiste et pacifiste française.
Puisque c’est le 36è anniversaire de la loi Veil et que les « anti IVG » continuent à pointer leur museau (ils étaient encore quelques uns à manifester dimanche à Paris) rappelons l’action de cette militante infatigable. Elle a milité pour la liberté sexuelle, ainsi que pour la liberté de la
contraception et de l’avortement. Elle appartient au mouvement néo-Malthusien. En 1924, elle devient la femme de l’intellectuel militant Eugène Humbert, avec lequel elle a eu une fille en 1913.

Jeanne Humbert est une pionnière de la lutte pour la contraception. Le 29 octobre 1910 ils invitèrent leurs amis au « diner des joyeux condoms » dont on voit ici reproduit le menu.

Elle collabore entre autres aux journaux créés par son mari (Génération consciente puis La Grande Réforme).
Comme son mari, elle est condamnée à plusieurs reprises à des peines de
prison, en particulier pour ses propos et ses actions en faveur de l’avortement, interdit en France depuis 1920.
Dans les années 1930, elle parcourt la France pour y donner plus d’une
centaine de conférences en faveur du contrôle des naissances et du
pacifisme.

En 1981, Bernard Baissat a réalisé un film documentaire sur sa vie, intitulé « Ecoutez Jeanne Humbert ».

Et bien voila pour aujourd’hui, vous connaissez désormais la formule qui suit: Portez vous bien, à demain peut-être et, n’oubliez pas: Indignez vous !