Vous lisez actuellement les articles publié le janvier 12th, 2011

Page 1 de 1

PRINCIPE DE PETER…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la pédagogie appliquée et du
canard laqué réunis, bonjour !


En ce 12 janvier 2011, amusons nous,
faisons les fous, la vie passera comme un rêve
, comme nous le
suggère cette vieille chanson libertaire. Aujourd’hui hommage à un
grand pédagogue souvent mal connu malgré le fait qu’il est laissé
son nom à un principe toujours d’actualité. Laurence Johnston
Peter
.

Décédé un 12 janvier 1990, ce
canadien avait un humour au moins égal à son talent et aurait pu
sans rougir grossir les rangs du collège de pataphysique cher à
Boris Vian.

Le Principe de Peter, également appelé
« syndrome de la promotion Focus » de Laurence J. Peter et Raymond Hull,
est un principe satirique relatif à l’organisation hiérarchique. Il
est paru originalement sous le titre The Peter Principle  en
1969.

Selon ce principe, « tout employé tend à s’élever à son
niveau d’incompétence. »

Il est suivi du « Corollaire de Peter » :

« Avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent
incapable d’en assumer la responsabilité. »

Je suis sûr que ça vous rappelle quelqu’un dans votre entourage
professionnel.

Principes de base :

  • un employé compétent à un poste
    donné est promu à un niveau hiérarchique supérieur ;

  • un incompétent à un poste donné n’est pas promu à un
    niveau supérieur.

  • un employé ne restera dans aucun
    des postes où il est compétent puisqu’il sera promu à des niveaux
    hiérarchiques supérieurs.

  • par suite des promotions,
    l’employé finira (peut-être) par atteindre un poste auquel il sera
    incompétent.

  • par son incompétence à ce poste, l’employé ne recevra plus
    de promotion, il restera donc indéfiniment à un poste pour lequel
    il est incompétent.

  • à long terme, tous les postes
    finissent par être occupés par des employés incompétents pour
    leur fonction.

  • la majorité du travail est effectuée par des salariés
    n’ayant pas encore atteint leur « seuil d’incompétence ».

Je pense que ce principe doit s’appliquer aussi dans la blogosphère, non ! En attendant, je me soigne même si, depuis que Oui-Oui m’a taquiné à propos de mon égo, je me demande à quoi ça sert de prêcher dans le désert, de faire quotidiennement pipi dans un violon, de peigner la girafe, de bricoler dans l’incurable, si ce n’est pour interroger son miroir…

Voila pour aujourd’hui, vous inquiétez pas, ça va s’arranger, en attendant portez vous bien et à demain peut-être.