Vous lisez actuellement les articles publié le novembre 26th, 2010

Page 1 de 1

LE DROIT A LA PARESSE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis du travailler-moins-pour-gagner-plus et du porc chop
suey réunis, bonjour !

26 novembre, 6è jour de Frimaire consacré à la mâche, tiens encore un truc de nantais, ailleurs on l’appelle aussi Blanchette, doucette, clairette, oreillette, rampon et même Valérianelle…Jean-Yves va bien nous dégoter une anecdote et Mirou nous dire que dans mâche…Il y a « H ».


C‘est un 26 novembre, en 1911, que nous
quittait Paul Lafargue à qui nous devons ce merveilleux
ouvrage, Le droit à la paresse, paru en 1880.

« Pour qu’il parvienne à la
conscience de sa force, il faut que le prolétariat foule aux pieds
les préjugés de la morale chrétienne, économique, … il faut
qu’il retourne à ses instincts naturels, qu’il proclame les
Droits de la Paresse, mille et mille fois plus sacrés que les
phtisiques Droits de l’Homme concoctés par les avocats
métaphysiques de la révolution bourgeoise ; qu’il se
contraigne à ne travailler que trois heures par jour, à fainéanter
et bombancer le reste de la journée et de la nuit.
»A droite, magnifique gravure que l’on doit à Félix Vallotton.

150 ans avant le débat sur les
retraites, Lafargue posait déjà les vraies questions. Il est vrai
qu’il avait des circonstances atténuantes; d’abord il était né à
Cuba et puis, bien que très influencé par les idées de Proudhon,
il avait épousé la fille de Karl Marx. Ce visionnaire mériterait le
Panthéon, qu’on en juge: « Une étrange folie possède les
classes ouvrières des nations où règne la civilisation
capitaliste. Cette folie traine à sa suite des misères
individuelles et sociales qui, depuis deux siècles, torturent la
triste humanité. Cette folie est l’amour du travail, la passion
moribonde du travail, poussée jusqu’à l’épuisement des forces
vitales de l’individu et de sa progéniture…
»

À 69 ans, en 1911, il se suicide avec sa femme, en se justifiant
dans une courte lettre : « Sain de corps et d’esprit,
je me tue avant que l’impitoyable vieillesse qui m’enlève un à un
les plaisirs et les joies de l’existence et qui me dépouille de mes
forces physiques et intellectuelles ne paralyse mon énergie, ne
brise ma volonté et ne fasse de moi une charge à moi et aux
autres
».

Paul Lafargue et Laura Marx sont enterrés au cimetière du
Père-Lachaise (division 77), face au mur des fédérés. Georges
Moustaki lui rend hommage dans une de ses chansons. Ici à droite, ce n’est pas Moustaki mais bel et bien Karl Marx, un peu arrangé.

Je voudrais rendre hommage à celui qui, peut-être,

a été mon premier et mon unique maître,

Un philosophe mort voici quelques décades,

Mort de son propre choix, ni trop vieux ni malade.

Malgré mes recherches, je n’ai pas réussi à la dénicher en vidéo.

Bon, et bien je vais me recoucher moi. Merci de votre visite,
portez vous bien et à demain peut-être.