Vous lisez actuellement les articles publié le novembre 14th, 2010

Page 1 de 1

ENCORE UNE LOUISE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la philosophie des lumières et
de la pile Mazda réunies, bonjour !


Vous savez comme sont les gens, ils ont
leurs hobbys. Tenez, ma fiancée par exemple est fan de toutes les
Louises de la terre. Ce n’est pas un groupe sur Facebook, simplement
un intérêt particulier porté à ces dames que leurs parents ont
affublé de ce charmant prénom. Depuis Louise de Vilmorin jusqu’à
Louise attaque en passant par Louise Von Salomé et sa filleule adorée… En toute fin de ce billet, vous pouvez écouter « Louise » cette belle chanson à faire pleurer dans les chaumières.

C‘est donc pour
abonder son carnet d’adresse que je vais évoquer aujourd’hui Louise
Renée de Penancoët de Keroual
. Je le fais avec d’autant plus de plaisir
que c’est une voisine.


C‘est par une nuit qu’elle vit le jour
en 1649 au château de Keroual en Guilers, près de Brest. Il reste
encore de ce domaine, le fameux bois de Keroual là même où se
déroule le non moins fameux festival Astropolis, aux portes de Brest.

Vieille noblesse
bretonne et donc, éducation religieuse au couvent Sainte Ursule à
Lesneven où elle est sensée apprendre les bonnes manières.
Apparemment elle apprend vite car quelques années plus tard elle
arrive à Versailles pour se mettre au service de « Madame »,
c’est à dire la duchesse d’Orléans, belle-soeur, cousine et
ancienne liaison du roi.

Le roi qui ne va pas tarder à
remarquer la jouvencelle et à lui confier une mission diplomatique,
devenir très « proche » du roi d’Angleterre Charles II.
Au mois d’octobre 1671, elle est invitée à une réception donnée
par la comtesse d’Arlington en présence du roi. « La suite
serait délectable, malheureusement je ne peux pas la dire et c’est
regrettable…
»(Georges Brassens). Admirez le raccourci ! C’est ainsi que Louise
de Keroual devient la maîtresse du roi d’Angleterre. Dès l’année
suivante elle va donner naissance à un garçon qui sera créé duc de
Richmond. Elle reçoit des terres et des titres et la voici duchesse
de Portsmouth, comtesse de fareham et baronne de patersfield. En
1684, mission accomplie, Louis XIV la fait duchesse d’Aubigny.

Il est amusant de noter que la
princesse de Galles, Lady Di, était une des descendantes du fils que
Louise de Keroual avait eu avec Charles II. Louise de Penancoët de
Keroual va s’éteindre à Paris, rue des saints pères, le 14
novembre 1734. L ‘année suivante, son petit fils, duc de
Richmond va créer la célèbre loge maçonnique d’Aubigny où furent
initiés le duc d’Antin et Montesquieu. C’est une des premières
loges maçonniques créées en France.à gauche, Charles Lennox duc de Richmond, partisan des Lumières et soutien à la révolution américaine.


Et bien voilà une petite histoire qui
nous rapproche de la grande. C’est tout l’éclectisme des « cénobites
tranquilles » de vous parler le samedi d’un anarchiste
lorientais et le dimanche d’une courtisane brestoise. Allez, merci
encore de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.