Vous lisez actuellement les articles publié le octobre 1st, 2010

Page 1 de 1

LA BOURSE OU LA VIE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la contre-culture et du navarin aux pois chiches, bonjour !

Continuons d’accrocher aux cimaises de notre galerie de portraits le souvenir de ces militants que l’ingratitude populaire a reléguer aux oubliettes de l’histoire. (C’est beau comme du Zola.)

Aujourd’hui 1er octobre saluons Fernand PELLOUTIER puisque c’est le jour anniversaire de sa naissance en 1867. Socialiste Républicain puis anarchiste, il sera un syndicaliste révolutionnaire jusqu’à la fin de ses jours.
Il débute (mal) sa scolarité en fréquentant le petit séminaire de Guérande (ça manque pas de sel !). Séminaire d’où il sera d’ailleurs renvoyé. Dès lors il s’oriente vers le journalisme et collabore à « la démocratie de l’Ouest » dont il prendra bientôt la direction. Il fonde ensuite à Saint Nazaire une section du parti ouvrier français « l’émancipation ».
Au congrès ouvrier de 1892 il se distingue par son appel à la grève générale universelle, ce qui l’oppose à Jules Guesde et entraine sa démission.
En 1895, il devient secrétaire général de la fédération des bourses du travail. Ce sera son oeuvre maîtresse à laquelle il va consacrer jusqu’à ses dernières forces. Atteint de tuberculose, il succombera le 13 mars 1901, il n’a que 33 ans.
« …Nous sommes ce que ne sont pas les politiciens, des révoltés de toutes les heures, hommes vraiment sans dieu, sans maîtres et sans patrie, les ennemis de tout despotisme…C’est à dire de toutes les dictatures, y compris celle du prolétariat. » (Sources: L’éphéméride anarchiste)

A part cela et en bref.
Histoire de vous donner un peu de courage pour la prochaine manif. Si on en croit le journal « les Echos »,, la rémunération des administrateurs des sociétés du CAC 40 a augmenté en moyenne de 36% entre 2006 et 2009…Quand on vous dit que c’est la crise ! Surtout pour les pauvres patrons français, le tiers des entreprises du CAC ne versent à leurs administrateurs QUE 40 000 euros par an, c’est petit !
Oliver Stone ne s’y trompe pas, dans Wall Street 2 il nous dit: Rien n’a changé !

Tiens, à propos des pôvres, c’est Martin Hirsch qui le dit dans son bouquin « pour en finir avec les conflits d’intérêts », Jean-françois Copé, patron de l’UMP à l’assemblée, émarge à 20 OOO euros par mois pour une demie journée de travail dans un des plus grands cabinets d’affaires du pays.

Comme disait mon aïeule, y-a pas d’la misère que chez les riches ! Allez, portez vous bien et à demain peut-être.