Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 26th, 2010

Page 1 de 1

ECONOMISTES ATTERRES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , , ,

Amis de la relance Keynésienne et du céleri rémoulade réunis, bonjour !

Aujourd’hui, 26 septembre, cinquième jour de vendémiaire dédié au cheval…Comme disait Pierre Dac: « Si vous avez perdu au PMU, vengez vous, mangez du cheval !« 

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, je ne supporte plus d’avoir à ingurgiter à longueur d’interviews, les mêmes schémas sur l’économie. La pensée unique de ceux qui nous rebattent les oreilles avec le fait qu’il n’y aurait pas d’alternative et que, hors du marché, point de salut. C’est pourquoi je salue l’initiative de quatre économistes, et non des moindres, qui se sont donnés un joli nom: Les économistes atterrés.
Atterrés de voir que deux ans après la crise qui a ébranlé le monde, rien n’a changé. Philippe Askenazy, CNRS; Thomas Coutrot, ATTAC; André Orléan, AFEP; Henri Sterdyniak, OFCE; tous chercheurs de renommée mondiale lancent un cri d’alarme et un manifeste déjà signé par 400 de leurs confrères. « Le pouvoir de la finance n’est pas remis en cause…Le logiciel néolibéral est toujours le seul présenté comme légitime malgré ses échecs patents.« 
« Le nombre de fonctionnaires diminue partout, menaçant le bon fonctionnement des services publics. La construction européenne est menacée…Une forme de dictature des marchés s’impose partout. Face à la crise et à l’impuissance du politique, les tensions xénophobes s’attisent. »

Pour satisfaire aux exigences des marchés financiers, les « experts » continuent d’inciter à la réduction des dépenses publiques, la flexibilité du marché du travail, la libéralisation des services. Et de dénoncer les fausses évidences telles celle-ci: »Les marchés sont favorables à la croissance économique. » Non, disent-ils: « Aujourd’hui, globalement, ce sont les entreprises qui financent les actionnaires au lieu du contraire. »
Bref, une bouffée d’air pur dans ce monde Thatcherisé… A lire aussi le livre de Frédéric Lordon « pour en finir avec les crises financières« .

Bon, et bien dites moi, c’est un peu coton pour un dimanche non ? On se venge comme on peut, je n’aime pas les dimanches. Je vais créer une association, un groupe sur Facebook, pour la suppression du dimanche. Allez, en attendant, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.