Vous lisez actuellement les articles publié le septembre 5th, 2010

Page 1 de 1

DES DROITS DE LA FEMME…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

 Amis de l’égalité des sexes et des soeurs Tatin réunies, bonjour !
Jeudi soir 2 septembre, à Vichy, le grand maître du Grand Orient
de France (GODF) a été élu par ses pairs, lors du convent annuel  (assemblée générale) de cette
obédience maçonnique, la plus importante de  France, qui s’est aussi
prononcée en faveur de « la liberté pour les loges d’initier et d’accepter des femmes », un sujet controversé en son sein depuis plusieurs années.
Comment une obédience qui se veut progressiste a-t-elle pu pendant plus de deux siècles rester attacher à une règle aussi réactionnaire, cela reste pour moi un grand mystère.
Le 5 septembre 1791, Olympe de Gouges présentait la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Ce texte devait être présenté à l’assemblée Nationale le 28 octobre de la même année. Ainsi se voyait dénoncé le fait que la révolution oubliait les femmes dans son projet de liberté et d’égalité.  La phrase la plus célèbre de sa Déclaration est : « La Femme a le droit
de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à
la Tribune ».
Cette Déclaration est sans valeur légale car ce projet fut refusé par la Convention à laquelle elle avait été proposée et resta à l’état de projet. D’une
part, elle n’a paru qu’en cinq exemplaires et a été politiquement
complètement ignorée tandis que, de l’autre, il a été dit que « la
Déclaration a fait sensation dans toute la France, et même à
l’étranger. » Il faut attendre 1840 pour que quelques extraits de cette Déclaration soit publiée, et l’intégralité du texte ne l’a été qu’en 1986, par Benoîte Groult.


On peut-être révolutionnaire et néanmoins macho…
Et Olympe est resté sur son petit nuage en attendant que ces messieurs daignent se rendre compte que les femmes sont des hommes comme les autres. Le terme anglo-saxon de Human Right semble plus approprié en parlant de droits humains.
Les hommes (et les femmes) naissent et demeurent libres et égaux en droits… Quelle belle et magnifique phrase
. Je propose qu’elle soit affichée dans tous les commissariats de France et de Navarre et qu’elle soit éditée sous forme de carte postale afin que chaque « expulsé » puisse nous donner de ses nouvelles.

Allez, c’est la rentrée et, je vous l’avais dit, le soleil est à nouveau au dessus de nos têtes…Vivement l’hiver !
En attendant, soyez remercié de votre visite, portez vous bien et à demain peut-être.