Vous lisez actuellement les articles publié en septembre 2010

Page 1 de 3

MY TAILOR IS RICH…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,


Amis de la concorde universelle et du pâté en croûte réunis, bonjour !

Le coeur a ses raisons que la raison ignore dit-on. Et bien, le jazz a ses batteurs que le public méconnaît. Bon d’accord, je vous l’avoue, c’est un peu tiré par les cheveux mais, ce matin, le démarrage est un peu difficile, les bougies de préchauffage rechignent à la tâche et dans ces cas là, les vieux diesels toussent un peu.

Buddy RICH lui, est né un 30 septembre 1917 à Brooklyn, New-York. Il est resté célèbre grâce à sa formidable puissance de frappe et sa rapidité d’exécution ainsi que sa capacité à improviser. Bref, il était né pour être batteur de jazz.
Dès 1937 il joue avec Joe Marsala, Artie Shaw, Benny Carter, ainsi que dans son propre groupe. Il assiste aux débuts de Franck Sinatra avec qui il va faire partie du Tommy Dorsey Orchestra. Au début des années 50 on le retrouve aux côtés de Art Tatum.
Jusqu’à sa mort il a mené son propre big band et sans doute son plus grand succès fut son interprétation de West side story.
Buddy était réputé pour son caractère disons…Tempétueux. La légende rapporte qu’alors qu’il était hospitalisé, l’infirmière lui demanda si il n’était pas allergique à quoi que ce soit; il répondit: « si, à la musique country !« .
Sacré bonhomme que celui là. Il est décédé en 1987 et son corps est inhumé au Westwood village memorial à Los Angelès.
La cité des anges, cela ne doit pas être très loin du paradis des jazzmen !

Et puisque la musique adoucit les moeurs, je me réjouis de voir le débat s’installer sur les colonnes des « cénobites tranquilles » dans les conditions qui veillent à l’écoute et au respect d’autrui.. Néanmoins je constate que l’argumentaire de T.D. repose, au mieux sur une confusion, au pire sur une escroquerie intellectuelle. Notre visiteur feint de confondre égalité et égalitarisme et fait appel aux épouvantails de l’histoire, goulag, stalinisme et Corée du nord. L’égalité dont il est question ici, est celle de la déclaration des droits de l’Homme: « Les Hommes naissent libres et égaux en droits… », il ne s’agit pas de rejoindre Huxley et le meilleur des mondes mais que chacun, quelle que soit son origine, puisse accéder EQUITABLEMENT à l’éducation, la santé, le travail, le logement, les loisirs…Or, l’organisation de la société par les seules lois du marché et du profit, c’est à dire ce bon vieux capitalisme, est intrinsèquement contradictoire avec la notion d’équité. Le capitalisme est l’ennemi public N° 1, il est prêt, pour enrichir quelques uns dans les meilleurs délais, à laisser des millions d’autres sur le bord du chemin, à empoisonner nos cultures avec des OGM, à polluer nos océans avec son pétrole, à exploiter jusqu’à la dernière goutte nos énergies fossiles, à nucléariser le monde pour des milliers d’années, à apporter son soutien aux régimes totalitaires. Le capitalisme est la maladie honteuse de l’humanité et je prône son éradication et son remplacement par une joyeuse sarabande autour du seul mot d’ordre que je connaisse et reconnaisse: « Ploum ploum tralala ».

Voila pour aujourd’hui, n’hésitez pas à repasser, c’est ouvert toute l’année. Portez vous bien et à demain peut-être.

IN VINO VERITAS…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis du Bakouninisme éclairé et du filet mignon réunis, bonjour !

En ce huitième jour de vendémiaire, nous célébrons l’amaranthe (non, c’est pas Roselyne, la marrante…) belle plante dont le nom vient du Grec « a maranthos », qui ne fane pas. Pendant longtemps cette plante a été cultivée pour l’alimentation notamment en Amérique Latine. Les graines étaient grillées et les feuilles consommées comme légumes verts. Après la conquête espagnole la culture fut interdite car la plante était utilisée par les Aztèques lors de cérémonies rituelles. Du fait de cette interdiction et de la violente répression qui sévissait
durant plusieurs siècles à l’encontre des jardiniers qui continuaient à
cultiver cette plante, l’Amaranthe a,depuis le XXe siècle,
presque totalement disparu de l’alimentation mexicaine, alors même
qu’elle entrait dans la constitution de très nombreux plats aztèques
(tamale, sauce, tortillas et boissons). Tiens, je dis cela pour madame « dans ma cuizine« , les feuilles d’amaranthes se cuisinent comme les épinards. Il y a aussi ce poème de Rimbaud qui commence comme ceci: Plates-bandes d’amarantes jusqu’à l’agréable palais de Jupiter…

Ceci étant et, toutes choses égales par ailleurs comme disait mon aïeule, la poésie n’a pas l’heur de plaire à tout le monde. Cf les derniers commentaires postés sur ce blog. Je ne sais plus qui a dit: « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté » mais, ça mérite réflexion…

Allez, trêve de polémiques et retrouvons l’atmosphère bucolique, dont les synonymes se passent de commentaires, eux: Agreste, pastoral, champêtre, rural, campagnard, et qui caractérise l’ambiance que veut adopter ce blog. Tel un joyeux cénobite, depuis ma retraite de Keramoal,je me plais à vilipender les travers de notre société que les marchands du temple ont décidé de brader à l’encan. Quand bien même, ils trouvent dans la blogosphère quelques hérauts pour les défendre à tous crins, l’heure viendra où il leur faudra rendre compte devant le peuple souverain.

Bon, après une tirade comme celle là je peux aller faire ma pelouse. En attendant la suite, portez vous bien et à demain peut-être.




LES SEVENTIES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,


Amis des seventies et du cresson nantais réunis, bonjour !

C‘est en effet en 1974 que paraît le film EMMANUELLE de Just Jaecking (c’est Just son prénom !) qui va propulser Sylvia Kristel au rang de star internationale. J’en parle aujourd’hui car elle est née un 28 septembre en 1952 aux Pays-Bas. C’était une petite fille très intelligente, il paraît qu’elle avait un QI de 145, ce qui lui a permis de sauter(déjà) plusieurs classes. Nous étions quelques années après 68, la libération des moeurs avait fait son chemin, l’érotisme cherchait le sien, c’était avant que Canal+ n’installe le porno sur ses écrans le samedi à minuit…
Elle parle couramment le néerlandais, le français, l’italien et l’anglais ce qui l’aide à débuter sa carrière de mannequin à 17 ans et de devenir Miss TV Europe…
Quand bien même, ce rôle va lui coller à la peau toute sa vie, elle a aussi tourner dans des films de Mocky Un cercueil n’a pas de poches, de Chabrol Alice ou la dernière fugue, de Roger Vadim Une femme fidèle et même dans René la canne de Francis Girod.
J’ai vraiment un faible pour les années 70, du point de vue cinématographique. Imaginez: Tristana de Bunuel en 70 – Duel de Spielberg en 71 – en 72: L’attentat de Boisset, Cabaret de Bob Fosse, Fellini’s Roma. 73: Mean streets de Scorcese, Etat de siège de Costa-Gavras, Les noces rouges de Chabrol. 74: Dupont-Lajoie, Les valseuses. 76: Un après midi de chien de Lumet. 79: Apocalypse now de Coppola… Et je pourrai rallonger la liste tant cette décennie fut féconde en chefs- d’oeuvre. J’ajouterais, autres magnifiques créations, que mes deux gars sont nés dans les années 70 et ça, c’était pas du cinéma…
Pour en revenir à notre Emmanuelle, après une vie compliquée où elle sera confrontée à la maladie, l’alcool, la drogue et la tromperie de son deuxième mari qui va la dépouiller entièrement, elle se consacre désormais à la peinture aux Pays-Bas et connaît semble t-il, un certain succès. En 2006 elle a publié son autobiographie sous le titre de Nue dans lequel elle raconte son calvaire. Photo de droite, l’inoubliable et exceptionnel Alain Cuny qui lui donne la réplique dans Emmanuelle. Si vous avez l’occasion, ne ratez pas Le maître et la Marguerite d’après le roman de Boulgakov mis en scène par Petrovic. Peut-être dans une salle art et essai si il en reste…


Allez, on va s’arrêter là pour aujourd’hui, à chaque jour suffit sa peine disait mon aïeule qui avait une maxime pour chaque situation. J’espère que vous avez apprécié le montage hyper kitch qui accompagne la musique de Pierre Bachelet. En attendant la suite et non sans avoir salué le 7000ème visiteur de ce blog, portez vous bien et à demain peut-être.





GREVE GENERALE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de la théorie des quatre mouvements et de la gallinette cendrée réunies, bonjour !

Les français sont descendus dans la rue, un million, deux millions, trois millions…Peu importe, à force de se prendre la tête sur les questions sécuritaires, le gouvernement de Nicolas 1er  est devenu complètement autiste. Roselyne, en charge de la santé, avait pourtant prévenu: La masturbation, ça rend sourd !
Résultat des courses, rebelote le 2 octobre. Ben oui, disent nos syndicalistes, faut faire ça un samedi, ça coutera rien aux salariés. Et pourtant, l’histoire nous l’apprend, sans remonter aux barricades de la révolution, tous les grands acquis sociaux furent le fruit de luttes longues, âpres et quelquefois désespérées. Le front populaire, mai 68, les grandes grèves de 95 ont permis des avancées sociales significatives parce que le patronat, les possédants, et leurs marionnettes politiques étaient acculés (restons polis).

Les petites promenades « traine-savates » entre Nation et République n’ont jamais fait reculer les capitalistes. Oui je sais, c’est un gros mot. Aujourd’hui, on veut nous faire croire qu’il n’y a plus de classes puisque, la preuve madame Michu, il n’y a plus de lutte des classes. Nous sommes tous dans le même bateau, il faut se rallier à l’intérêt supérieur de la Nation. Sauf que dans ce bateau là, il y a ceux qui rament et ceux qui se la coule douce. Il y a Liliane Bettencourt, ses îles paradisiaques ses dons pharaoniques à l’UMP, ses milliards à l’étranger et Liliane Duchmoll, caissière à temps partiel à Carrefour et ses 750 euros mensuels. Et comme le chantait Maurice Chevalier, tout cela ça devrait faire d’excellents français, copains comme cochons et prêts à travailler jusqu’à pas d’âge si ils veulent « jouir » de leur retraite à taux plein. En échange de cette union sacrée, on garantit leur sécurité, on expulse les métèques et on autorise les jeux du peuple sur le Net.

Voila pourquoi, contrairement à Chérèque, je n’ai pas peur de prononcer le terme de grève générale et voila pourquoi, amis lecteurs, je suis Fouriériste dans l’âme et je cite plus haut la théorie qui lui était chère:

La Théorie des quatre mouvements éditée pour
la première fois en 1808, est l’ouvrage premier et fondamental dans lequel Fourier déclare
ses objectifs pour un gouvernement et une économie mondiale régis par
l’Attraction Passionnée, seule possibilité pour
transformer la société, « remédier au plus scandaleux des désordres
sociaux, à la pauvreté » ; contre les morales et les idéologies qui
prêchent pauvreté et médiocrité, il défend l’opulence pour tous, le
luxe, la gourmandise et la volupté ; seule l’émancipation de la femme,
libérée de la servitude du mariage et par conséquent la libération de
l’enfant des principes oiseux de l’obéissance, pourra permettre la
réalisation de cette transformation. Les trois ennemis naturels des
passions et de l’harmonie sont, dit-il, l’uniformité, la tiédeur et la
médiocrité. Camarade Chérèque, tu devrais relire Fourier…

Bon ben dites moi, ça démarre fort pour un lundi. Allez c’est sympa à vous d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.

ECONOMISTES ATTERRES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , , , , ,

Amis de la relance Keynésienne et du céleri rémoulade réunis, bonjour !

Aujourd’hui, 26 septembre, cinquième jour de vendémiaire dédié au cheval…Comme disait Pierre Dac: « Si vous avez perdu au PMU, vengez vous, mangez du cheval !« 

Je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, je ne supporte plus d’avoir à ingurgiter à longueur d’interviews, les mêmes schémas sur l’économie. La pensée unique de ceux qui nous rebattent les oreilles avec le fait qu’il n’y aurait pas d’alternative et que, hors du marché, point de salut. C’est pourquoi je salue l’initiative de quatre économistes, et non des moindres, qui se sont donnés un joli nom: Les économistes atterrés.
Atterrés de voir que deux ans après la crise qui a ébranlé le monde, rien n’a changé. Philippe Askenazy, CNRS; Thomas Coutrot, ATTAC; André Orléan, AFEP; Henri Sterdyniak, OFCE; tous chercheurs de renommée mondiale lancent un cri d’alarme et un manifeste déjà signé par 400 de leurs confrères. « Le pouvoir de la finance n’est pas remis en cause…Le logiciel néolibéral est toujours le seul présenté comme légitime malgré ses échecs patents.« 
« Le nombre de fonctionnaires diminue partout, menaçant le bon fonctionnement des services publics. La construction européenne est menacée…Une forme de dictature des marchés s’impose partout. Face à la crise et à l’impuissance du politique, les tensions xénophobes s’attisent. »

Pour satisfaire aux exigences des marchés financiers, les « experts » continuent d’inciter à la réduction des dépenses publiques, la flexibilité du marché du travail, la libéralisation des services. Et de dénoncer les fausses évidences telles celle-ci: »Les marchés sont favorables à la croissance économique. » Non, disent-ils: « Aujourd’hui, globalement, ce sont les entreprises qui financent les actionnaires au lieu du contraire. »
Bref, une bouffée d’air pur dans ce monde Thatcherisé… A lire aussi le livre de Frédéric Lordon « pour en finir avec les crises financières« .

Bon, et bien dites moi, c’est un peu coton pour un dimanche non ? On se venge comme on peut, je n’aime pas les dimanches. Je vais créer une association, un groupe sur Facebook, pour la suppression du dimanche. Allez, en attendant, merci d’être passé par ici, portez vous bien et à demain peut-être.

ACTION DIRECTE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis de la conscience universelle et des nouilles au beurre réunies, bonjour !

En ces temps de grèves et de manifs contre la réforme des retraites, les éditions Agone ont la bonne idées de publier un livre qui devrait vous aider à supporter les longues soirées automnales.
Il s’agit de textes d’Emile POUGET (voir mon billet du 21 juillet) présents dans L’action directe et autres écrits syndicalistes (1903-1910).
Celui qui fut le génial créateur du Père Peinard, journal anarchiste resté célèbre pour son argot fleuri, témoigne:  » L’action directe, c’est la libération des foules humaines, jusqu’ici façonnées à l’acceptation des croyances imposées, c’est leur montée vers l’examen, vers la conscience….Chacun est invité à ne plus attendre d’en haut son salut, à mettre la main à la pâte, à ne plus subir passivement les fatalités sociales. L’action sociale clôt le cycle des miracles – miracles du ciel, miracles de l’Etat – et proclame la mise en pratique de la maxime: Le salut est en nous !« .
« L’action directe dégage donc l’être humain de la gangue de passivité et de non-vouloir, en laquelle tend à le confiner et l’immobiliser le démocratisme… Elle a, par conséquent, une valeur éducative sans pareille: Elle apprend à réfléchir, à décider, à agir… L’indépendance et l’activité de l’individu ne peuvent s’épanouir qu’en plongeant dans le sol fécond de la solidaire entente« .

Ces textes ont été rassemblés et présentés par Michel Chueca. Et, comme le dit Paco sur Bellaciao: De quelle maladie souffrons nous pour être à ce point ankylosés face à l’injustice sociale et à l’arrogance des possédants ? Bref, une lecture des plus réjouissantes et des textes que l’on croirait écrits hier matin tant ils résonnent d’une actualité frappante.

Bon, allez, il n’y a pas que la révolution dans la vie, j’ai un panier de champignons à remplir si je veux agrémenter mon filet de boeuf ce soir…Portez vous bien et à demain peut-être.

CARTE POSTALE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , ,

Amis des « cénobites tranquilles » et des PTT réunis, bonjour !

Nous sommes le 24 septembre et pour nos amis républicains c’était le troisième jour de vendémiaire, jour de la châtaigne, ce qui n’est pas une raison suffisante pour s’échanger des marrons. Et tiens, à propos d’échange…

Chose promise, chose due…Voici la carte postale des « cénobites », disponible sur simple demande. Laissez votre adresse, on vous écrira ! Nul doute que cette carte là est appelée à devenir collector. Je rigole déjà en pensant à la tronche du préposé surtout si elle tombe par hasard entre les mains de Besancenot. Il faut que je pense à me procurer une adresse qui se situe sur sa tournée. Dois-je vous rappeler que cette création est le fruit du talent de Magik studio, le père des désormais célèbres Mightys que vous pouvez retrouver ICI

Autrefois on appelait cela un plaidoyer pro domo, aujourd’hui on dit simplement que c’est de la pub. Echange de bons procédés, je parle de toi, tu parles de moi…On parle de nous…Il en restera forcément quelque chose.

Un petit salut en passant à Fats Navarro, grand trompettiste de jazz, né un 24 septembre à Key West en Floride. Certainement un des rois du Be-Bop qui a joué avec les seigneurs du genre de Charlie Parker à Kenny Clarke’s ou Lionel Hampton. Il est décédé prématurément de la tuberculose à l’âge de 26 ans en 195O.

Voila pour ce vendredi, jour des crêpes, evel just, je vais d’ailleurs de ce pas m’occuper de ma pâte…Faut qu’elle repose trois heures, disait mon aïeule.

Allez, portez vous bien et à demain peut-être.

HISTOIRE D’O…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, , , ,

Amis de l’érotisme flambloyant et de la bouillie d’avoine réunis, bonjour !

La roue tourne inlassablement et nous voici déjà le deuxième jour de vendémiaire généralement dédié au safran. Ah, les coquilles saint Jacques sur une fondue de poireaux safranée…Vous servez cela avec un Graves de Vayres ou encore un Savennières. Je vous recommande « la coulée de serrant », un vin cultivé en biodynamique par Nicolas Joly.

Le 23 septembre est le jour anniversaire de la naissance d’une écrivaine (je déteste cette formulation), un auteur donc, dont on a longtemps mis en doute les capacités, sans doute précisément parce que elle était une femme. Je veux parler de Dominique AURY. Ce nom ne vous dit rien et pourtant elle a commis un des plus grands best-sellers de la littérature érotique. On la connaît mieux sous le nom de Pauline Réage et on lui doit, entre autres, Histoire d’O.
Elle fut élevé en Bretagne par sa grand mère et devint une élève brillante au point qu’elle fut la première fille admise en Khâgne à Condorcet. C’est son père, lui même universitaire, qui lui présenta Jean Paulhan le directeur de la prestigieuse Nouvelle Revue Française (NRF). Elle ne tarda pas à tomber amoureuse de Paulhan, de vingt ans son ainé et leur collaboration allait durer.
Vers l’âge de quarante ans, sentant son amant s’éloigner d’elle, elle écrit histoire d’O qui sera refusé par son éditeur Gallimard et c’est Jean-Jacques Pauvert qui rafle la mise en publiant le livre en 1954.
Elle entretenait à l’époque une liaison avec Edith Thomas, historienne et journaliste qui en 43 avait fondé le conseil national des écrivains avec Jean Paulhan, et on dit qu’elle s’en serait inspiré pour créer le personnage d’Anne-Marie dans son roman.
Il fallu attendre 1994 pour qu’elle admette enfin être l’auteur de ce roman qui fit couler tant d’encre. Elle a publié d’autres oeuvres, notamment lecture pour tous qui recevra le prix de la critique en 1956.

Bonne lecture pour ce début d’automne, à déguster sans modération évidemment.

Voila pour ce jeudi de grève qui ne sera hélas pas encore illimitée, générale et insurrectionnelle. Allez en attendant les grands soirs, portez vous bien et à demain peut-être.

VENDEMIAIRE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,


Amis du socialisme triomphant et de la sardine en boite réunis, bonjour !

Nous voici donc le 22 septembre c’est à dire le premier jour de l’an 1 de la République (1792) nous ouvrons vendémiaire…Cela sent l’équinoxe.

On doit à Brassens cette merveilleuse chanson dont vous vous souvenez certainement.

Le 22 septembre au diable vous partîtes

et depuis chaque année à la date susdite

je mouillais mon mouchoir en souvenir de vous

or nous y revoilà mais je reste de pierre

plus une seule larme à me mettre aux paupières

le 22 septembre aujourd’hui je m’en fous.

RIONS (jaune) UN PEU…

Elle s’appelle Térésa Lewis et doit être prochainement exécutée suite à sa condamnation à mort pour avoir aidé son amant à se débarrasser de son mari.

Après avoir pris connaissance de cette info. je me dis, t’inquiète pas Térésa, notre B.H.L. endimanché va te sortir de là; ameuter les médias,manifester son intérêt pour l’humanité souffrante comme il l’a fait pour Sakineh Ashtiani, cette iranienne dans la même situation.(Photo de droite)

Comment ? Térésa Lewis est américaine. Elle va être exécutée jeudi, en Virginie, Etats-Unis. Ah mais, c’est que cela change tout, on ne dérange pas notre philosophe Germanopratin pour n’importe quoi, enfin, pour n’importe qui, je veux dire, il faut une bonne-mauvaise cause. Par exemple la lutte contre l’axe du mal de tous ceux qui veulent faire bobo à Israël.

Si la femme est l’avenir de l’homme, l’immoralité « Béachélienne » est l’avenir de la philosophie…

Allez, merci d’être passé par ici. Tiens, au fait, l’évènement de la rentrée c’est l’édition d’une carte postale « les cénobites tranquilles » (disponible sur simple demande), réalisée avec talent par « Magik studio » bien sûr. En attendant la troisième guerre mondiale, portez vous bien et à demain peut-être.

DOUCEMENT LES BASSES…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

,

Amis du club Dorothée et de l’écrevisse sauce Nantua réunis, bonjour !

Colchique dans les prés, c’est la fin de l’été, chantait mon aïeule qui, vous le constatez, avait tous les talents.

Profitons de ce 21 septembre pour rendre hommage à celui que nous sommes quelques uns à considérer comme le plus grand bassiste de jazz de tous les temps. j’ai nommé Jaco PASTORIUS. Il nous a quitté dans des conditions tragiques le 21 septembre 1987, assassiné par un gérant de boite de nuit. Son père, d’origine allemande, était lui même musicien. Il débute dans des orchestres locaux qui jouent des reprises de Otis Redding, Aretha Franklin et James Brown. Il avoue son admiration pour Herbie Hancock qui l’a fortement influencé. Mais on pourrait citer tout autant, Charlie Mingus, Ray Charles, Charlie Parker ou Tony Bennet. En 1975 il enregistre son premier album intitulé Jaco Pastorius qui va lui apporter la célébrité. Album sur lequel on retrouve la fameuse reprise de Dona Lee (en vidéo) de Charlie Parker. Puis il va rejoindre le groupe Weather Report  dans lequel il jouera jusqu’en 82. Entre temps il accompagne de nombreux artistes, on le trouve même sur un morceau de Michel Polnareff « une simple mélodie« .
Dès cette époque il consomme beaucoup de drogue et souffre de comportements bipolaires. Son comportement de plus en plus chaotique alimente la presse à scandale plus souvent qu’à l’ordinaire. Il est en plein divorce et en procès avec sa maison de disque qui le contraint à dissoudre son big band. Sans orchestre et sans maison de disque, ses problèmes psychiatriques s’aggravent; il multiplie les excentricités et les accidents. A partir de 84, son comportement lui ferme la porte de la plupart des scènes musicales.
On considère que Jaco Pastorius a apporté au jazz un vent de folie (une de ces compositions est intitulée « Punk jazz »), il a hissé au top niveau l’utilisation de la fameuse Fender Jazz Bass.
Il devient carrément sans domicile fixe et erre avec des clochards. En juillet 86 il est interné à New York et interdit de séjour dans de nombreux clubs de jazz. Un soir de septembre 87 il est violemment tabassé par Luc Havan, responsable du Midnight Bottom Club. Il meurt quelques jours plus tard.

Un sacré musicien, un peu agité du bocal certes, mais virtuose de la basse comme il n’y en a plus. Allez écoutez un de ses morceaux, portez vous bien et à demain peut-être.