Le 5 août 1910,   mort de Constant MARIE dit « Le Père Lapurge ».     Communard, militant et chansonnier anarchiste.     Il est né le 27 août 1838, à Ste-Houvrince   (Calvados). Ouvrier maçon, il participe à la Commune de Paris et sera   blessé durant les combats au fort de Vanves. Blessure qui   l’aurait contraint par la suite à se faire cordonnier   (profession semble-t-il propice au développement des   idées libertaires,allez savoir pourquoi). Auteur-compositeur de chansons   révolutionnaires dont les plus connues sont « Dame Dynamite »,   « le Père Lapurge »(à laquelle il devra son surnom) et   « La Muse Rouge »; ce chant de révolte donnera son nom à   partir de 1901 à un célèbre groupe de   poètes et chansonniers révolutionnaires à qui   l’on doit nombre de chansons faisant partie de notre patrimoine.   Propagandiste actif, Constant Marie participe à de multiples   fêtes de groupes anarchistes où il réjouit   l’auditoire, mais la virulence de ces propos attire l’attention de la   police qui ne cessera de le surveiller. Le 1er juillet 1894, son   domicile est perquisitionné; des livres et les textes de ses   chansons sont saisis; arrêté, il est inculpé   « d’affiliation à une association de malfaiteur », il passera plusieurs semaines à la prison de Mazas.

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,

Amis de la ribouldinguerie et de la franche rigolade réunies, bonjour !

Connaissez vous le père Lapurge ?

Le 5 août 1910,
  mort de Constant MARIE dit « Le Père Lapurge ».
 
  Communard, militant et chansonnier anarchiste.

 
  Il est né le 27 août 1838, à Ste-Houvrince
  (Calvados). Ouvrier maçon, il participe à la Commune de Paris et sera
  blessé durant les combats au fort de Vanves.  
  Communard, militant et chansonnier anarchiste.
 
  Il est né le 27 août 1838, à Ste-Houvrince
  (Calvados). Ouvrier maçon, il participe à la Commune de Paris et sera
  blessé durant les combats au fort de Vanves. Blessure qui
  l'aurait contraint par la suite à se faire cordonnier
  (profession semble-t-il propice au développement des
  idées libertaires,allez savoir pourquoi). Auteur-compositeur de chansons
  révolutionnaires dont les plus connues sont "Dame Dynamite",
  "le Père Lapurge"(à laquelle il devra son surnom) et
  "La Muse Rouge"; ce chant de révolte donnera son nom à
  partir de 1901 à un célèbre groupe de
  poètes et chansonniers révolutionnaires à qui
  l'on doit nombre de chansons faisant partie de notre patrimoine.
  Propagandiste actif, Constant Marie participe à de multiples
  fêtes de groupes anarchistes où il réjouit
  l'auditoire, mais la virulence de ces propos attire l'attention de la
  police qui ne cessera de le surveiller. Le 1er juillet 1894, son
  domicile est perquisitionné; des livres et les textes de ses
  chansons sont saisis; arrêté, il est inculpé
  "d'affiliation à une association de malfaiteur", il passera
plusieurs semaines à la prison de Mazas.">
Blessure qui
  l’aurait contraint par la suite à se faire cordonnier
  (profession semble-t-il propice au développement des
  idées libertaires,allez savoir pourquoi). Auteur-compositeur de chansons
  révolutionnaires dont les plus connues sont « Dame Dynamite »,
  « le Père Lapurge »(à laquelle il devra son surnom) et
  « La Muse Rouge »; ce chant de révolte donnera son nom à
  partir de 1901 à un célèbre groupe de
  poètes et chansonniers révolutionnaires à qui
  l’on doit nombre de chansons faisant partie de notre patrimoine.
  Propagandiste actif, Constant Marie participe à de multiples
  fêtes de groupes anarchistes où il réjouit
  l’auditoire, mais la virulence de ces propos attire l’attention de la
  police qui ne cessera de le surveiller. Le 1er juillet 1894, son
  domicile est perquisitionné; des livres et les textes de ses
  chansons sont saisis; arrêté, il est inculpé
  « d’affiliation à une association de malfaiteur », il passera
plusieurs semaines à la prison de Mazas.

« Je suis le vieux
  Père Lapurge,
 
  Pharmacien de l’Humanité;
 
  Contre sa bile je m’insurge
 
  Avec ma fille Egalité.
 
  J’ai ce qu’il faut dans ma boutique
 
  Sans le tonnerre et les éclairs
 
  Pour bien purger toute la clique
 
  Des affameurs de L’Univers… »

On ne s’ennuyait pas à cette époque là. Les chansonniers jouaient leur rôle et philippe Val ne jouait pas encore des ciseaux d’Anasthasie. On brocardait allègrement les puissants, les curés, les gendarmes sans risquer d’être déchu de sa nationalité. Bon d’accord, c’était souvent la prison ou la relégation mais les idées des lumières faisaient leur chemin et on pouvait rêver à des lendemains qui chantent.

Aujourd’hui, l’heure est à la reculade, le père fouettard a remplacé le père Lapurge et ce qui nous attend ne me dit rien de bon. Mais bon, parlons d’autre chose. A partir d’aujourd’hui l’ermitage accueille ses invités, enfants, petits enfants, nièces et neveu, frère et tutti quanti. Les lapins de Keramoal vont devoir s’adapter à cet afflux d’humains piétinant leur pelouse…C’est pas gagné !
Le climat ne semblant pas décidé à se prêter au barbecue, il va falloir se creuser pour rassasier tout ce joli monde. C’est promis, je vous raconterai cela. En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.




Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera jamais publié. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires (*).