Vous lisez actuellement les articles publié le août 9th, 2010

Page 1 de 1

COUP DE GUEULE…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

Amis de la paix sociale et du veau marengo réunis, bonjour !



Voici donc le retour de la République des beaufs, des Bidochons et des Dupont-lajoie, la xénophobie tranquille de ceux qui disent sans sourciller: « je ne suis pas raciste mais… ».



De ceux qui dénonçaient le voisin sous le régime de Vichy.
De ceux qui ratonnaient le bougnoule pendant la guerre d’Algérie.
De ceux qui, képis bien droits sur la tête, raflaient les juifs sous l’occupation.

De ceux qui rasaient les cheveux longs dans les années 60.
De ceux qui crient aux voleurs de poules devant les caravanes des gens du voyage.
De ceux qui veulent une Europe blanche et chrétienne.
De ceux qui: « je paye mes impôts moi monsieur ».
La République du bob Ricard et d’Yvette Horner, la République de la haine ordinaire, du repli identitaire, du béret Basque et de la baguette.
La République franchouillarde de la cagoule et de l’affaire Dreyfus, celle de Pétain et de Laval, la République des auvergnats d’Hortefeux, du bruit et de l’odeur de Chirac…
La République de l’identité nationale de Besson et du tout sécuritaire de Sarko.
Aujourd’hui, et encore moins demain, personne ne pourra dire « on ne savait pas ».
L‘histoire nous a légué un enseignement qui fait de chacun de nous un dépositaire imprescriptible de ces quelques valeurs qui permettent le « vivre ensemble ». Hélas, comme le disait Frédérique Dard: « notre échelle des valeurs est en train de perdre ses barreaux« . Et les sondages semblent une fois de plus donner raison à de Gaulle: « les Français sont des veaux« . Ils plébiscitent la matraque, l’expulsion, la répression. Ils leur faut quelqu’un pour payer l’addition du chômage du tonton et cela ne sera pas la banque Machin ni le fond de pension Truc ni les stocks options ni les parachutes dorés non, on va casser de l’arabe, du tsigane, du musulman, du jeune (beur de préférence). On va enfin pouvoir se lâcher au café du commerce et faire du Le Pen de province après le troisième pastis.
Hier, mon petit fils de dix huit mois gambadait dans les jardins de Keramoal, je ne veux pas lui laisser cette République là. Je veux pour lui, une Europe ouverte, multiculturelle, fraternelle, et si je peux lui apprendre quelque chose, ce sera simplement à résister…

Bon, ben ça va mieux tiens ! Allez merci encore de passer par ici, portez vous bien et à demain peut-être.