Vous lisez actuellement les articles publié le juillet 21st, 2010

Page 1 de 1

C’EST LE JOUR DU MELON…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé

, ,


Amis
du libertinage et des cucurbitacées réunis, bonjour !


Pour
ce troisième jour de thermidor, il faut avouer que Fabre d’Eglantine
ne s’est pas beaucoup remué les méninges en consacrant ce jour au
melon…


Le 21
juillet 1931 voit la disparition d’Emile POUGET dont je vous
ai déjà parlé à propos de l’étymologie du mot « sabottage »
(voir mon billet du 10 février).

Il
était né en 1860 et s’investit très tôt dans le mouvement
ouvrier. Marqué à jamais par le procès des Communards, il crée
dès ses jeunes années son premier journal ,Le lycéen
républicain
.

En
1883, alors qu’il mène un cortège vers le boulevard St Germain, il
est arrêté alors qu’il tente de soustraire Louise Michel aux
policiers. Il sera condamné à huit ans de prison pour « pillage
à main armée » et incarcéré à Melun.

En
1889 il édite le fameux périodique « Le père peinard »
ancètre de nos journaux satiriques. Emile Pouget prone l’action
directe et surtout la grève générale. Après l’assassinat de Sadi
Carnot et la répression qui s’abat sur les anarchistes, il émigre
en Angleterre jusqu’en 1895 date de l’amnistie. On lui doit un
célèbre slogan « à mauvaise paye, mauvais travail »,
il paraphrase ainsi les ouvriers terrassiers américains de Bedford
qui, apprenant la prochaine réduction de leur salaire, rognèrent
leurs pelles de deux pouces et demi au cri de « à petite
paie, petite pelle
».



Les
ouvriers de Général Motors à qui la direction propose un gel des
salaires et la suppression des RTT feraient bien de s’en inspirer.


Il
s’éteindra discrètement en 1931 mais laisse derrière lui une
marque indélébile dans l’histoire ouvrière.




L’histoire
bégaie, raison de plus pour ne pas oublier ceux qui nous ont
précédé. Allez, merci de votre visite, passez de bonnes vacances,
portez vous bien et à demain peut-être.