Vous lisez actuellement les articles publié le juillet 8th, 2010

Page 1 de 1

LES LAVANDIERES DU TEMPS PRESENT…

Posté par erwandekeramoal dans Non classé


Amis
de l’austérité et des shampoings l’Oréal réunis, bonjour !


En
effet, l’austérité n’ayant pas bonne presse du côté de Matignon,
nos politiciens se sont empressés de remplacer le terme par le mot
rigueur…

Maître
Capello ne me démentira pas si je dis qu’il s’agit là d’un abus de
langage. Austérité qui nous vient du Latin « austéritas »
veut dire âpreté, sévérité, dureté, gravité. L’austérité
signifie qu’on va se la serrer (la ceinture). La rigueur, du Latin
« rigorem », signifie raideur, rigidité, inflexibilité.
Ce qui  signifie en termes populaires qu’on va l’avoir profond et que
de surcroit, il faudra payer la vaseline… Bref, l’austérité est
désormais de rigueur !

Mais,
au nom de quelle loi naturelle la rigueur dans la gestion des
finances publiques a-t-elle besoin d’attendre les périodes de crise.
C’est la moindre des choses que doivent les politiques à ceux qui
les ont mis là où ils sont, les citoyens. Même en période de
vaches grasses, la rigueur devrait s’imposer à tous et
particulièrement aux donneurs de leçons porteurs de Rolex (par
mesure d’économie, je ne mets qu’un L) et fumeurs de Havane.

Le
programme s’annonce donc des plus réjouissant: Augmentation des taux
d’intérêt, augmentation de la pression fiscale, gel des salaires,
diminution de la dette publique… En règle générale le scénario
se présente en grandes pompes sous la forme d’une annonce solennelle
(autrefois il y avait un premier ministre qui était chargé de la
sale besogne) accompagnée d’un train de mesures ad’hoc. Aujourd’hui,
l’omniprésent Nicolas 1er va nous faire le coup du « deus ex
machina », celui par qui la solution arrive, le sauveur suprême
!

Mais
voilà que 2012 pointe déjà le bout de son isoloir et la rigueur
coco, c’est pas très vendable politiquement. Très vite donc, les
mauvaises habitudes reprendront force et vigueur. On va se remettre à
raser gratis, à promettre des châteaux en Espagne, la fin de la
fracture sociale, la justice pour tous, le p’tit rouge à trente
centimes, la retraite à…Euh, là je ne suis pas sûr.

En
attendant ces jours meilleurs, on assiste affligé au grand déballage
et, Marie-Chantal outragée s’écrie: Coaaaaa ! Les milliardaires
financent les partis de droite ? Alors c’est donc vrai,
on-ne-nous-dis-pas-tout… On doit à la vérité de
reconnaître que des milliardaires de gauche, y’en a pas beaucoup par
les temps qui courent.

Si
seulement ce petit monde se contentait de laver son linge sale en
famille. Mais voilà, aujourd’hui ce n’est guère facile, les
nouvelles technologies vont plus vite qu’eux. Le majordome enregistre
madame (y-a plus de domestique), les vestiaires de foot ont perdu
leur huis clos et tout cela se retrouve sur le Net. Internet est
devenu le lavoir de nos aïeux, les journaleux de vraies lavandières
et la rumeur court, vole et se répand. Mon aïeule, dont je vous
narre souvent les aventures, descendait au lavoir une fois par
semaine et là, entre commères s’échangeaient les derniers ragots.

Ah,
nous vivons une époque formidable ! Allez, portez vous bien et à
demain peut-être
.